Changer d'édition

Trump s'accroche au mur, se dit prêt à un "shutdown" de longue durée
International 4 min. 05.01.2019

Trump s'accroche au mur, se dit prêt à un "shutdown" de longue durée

Trump s'accroche au mur, se dit prêt à un "shutdown" de longue durée

AFP
International 4 min. 05.01.2019

Trump s'accroche au mur, se dit prêt à un "shutdown" de longue durée

Donald Trump a une nouvelle fois défendu bec et ongles vendredi son projet de mur à la "dangereuse" frontière sud des Etats-Unis, avertissant qu'il était prêt à ce que la paralysie partielle de l'administration fédérale dure plusieurs mois, voire plus d'un an.

AFP - La construction d'un mur à la frontière avec le Mexique est une question de "sécurité nationale", a-t-il martelé. "Ce n'est pas un jeu", a-t-il ajouté, évoquant même la possibilité d'avoir recours à une procédure d'urgence lui permettant de contourner le Congrès.


US President Donald Trump chairs a Cabinet meeting at the White House in Washington, DC, on January 2, 2018. - President Donald Trump warned Wednesday the US federal government may not reopen any time soon, as he stood firm on his demand for billions of dollars in funding for a border wall with Mexico.Addressing a cabinet meeting on the 12th day of the shutdown,  Trump warned it "could be a long time" before the impasse is resolved."It's too important a subject to walk away from," said the president, who was to meet later with Democratic and Republican lawmakers. (Photo by NICHOLAS KAMM / AFP)
Pour son mur, Trump en appelle à «Game of Thrones»
«Le mur vient»: après avoir déjà détourné la célèbre phrase de la série «Game of Thrones» pour mettre en garde l'Iran, Donald Trump a encore une fois parodié jeudi l'emblématique slogan, pour cette fois promettre un mur à la frontière avec le Mexique.

Si le président américain a évoqué des discussions "très très productives" avec ses adversaires politiques, les responsables démocrates venus à sa rencontre à la Maison Blanche ont donné un compte-rendu de l'entrevue nettement moins optimiste.

Chuck Schumer, leader des démocrates au Sénat et Nancy Pelosi, nouvelle "Speaker" de la Chambre des représentants, ont parlé de discussions "tendues", appelant une nouvelle fois le président à ne pas retenir des centaines de milliers d'Américains en otage.

Selon M. Schumer, M. Trump a même indiqué qu'il était prêt à ce que le "shutdown" dure "pendant très longtemps, des mois, voire des années". "Oui, j'ai dit cela", a confirmé le locataire de la Maison Blanche peu après. "Je ne pense pas que cela sera le cas, mais je suis prêt", a-t-il ajouté, affirmant par ailleurs qu'un compromis pourrait être trouvé "très rapidement".

De nouvelles discussions sont prévues dans les jours à venir. "J'ai nommé un groupe, nous allons nous voir ce week-end", a déclaré M. Trump, précisant que le vice-président Mike Pence mènerait les discussions.

Au cours d'une allocution assez décousue dans les jardins de la Maison Blanche, M. Trump a par ailleurs affirmé que certains de ses prédécesseurs lui avaient affirmé qu'ils auraient dû construire un mur à la frontière. Ni Barack Obama, ni George W. Bush, ni Bill Clinton, ni Jimmy Carter n'ont jamais exprimé publiquement leur soutien à cette idée.

"Immoral"

Les négociations sur le "shutdown" - rituel de la politique américaine - sont d'abord une bataille de communication dans laquelle chaque parti tente de faire porter la responsabilité du blocage à l'autre. Or si les républicains ont conservé la majorité au Sénat, les démocrates ont désormais un porte-voix nettement plus puissant avec la présidence de la Chambre des représentants.


TOPSHOT - Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) arrives after being elected in the House of Representatives during the opening session of the 116th Congress on Capitol Hill January 3, 2019 in Washington, DC. (Photo by Brendan Smialowski / AFP)
La Chambre des représentants entre dans une nouvelle ère d'opposition à Trump
La démocrate Nancy Pelosi a défié Donald Trump dès son retour historique, jeudi, à la tête de la Chambre des représentants, en faisant approuver par sa nouvelle majorité des mesures visant à mettre fin au "shutdown" qui paralyse une partie des administrations américaines.

"Construire un mur (à la frontière avec le Mexique) est immoral, ce n'est pas ce que nous sommes en tant que pays", a lancé jeudi soir la démocrate Nancy Pelosi, quelques heures après sa prise de fonction comme "speaker" de la Chambre.

Les démocrates lâcheront-ils du lest? Donald Trump peut-il renoncer aux 5 milliards de dollars qu'il réclame à cor et à cri pour édifier son mur sans perdre la face? Quelles sont les portes de sortie pour mettre fin au "shutdown" qui paralyse 25% des administrations fédérales depuis le 22 décembre?

Une idée a refait surface ces derniers jours: réintroduire dans les négociations la question sensible du "Daca". Ce programme offrant un permis de séjour temporaire à plusieurs centaines de milliers de jeunes clandestins avait été créé par Barack Obama puis supprimé en septembre par Donald Trump, qui a mis au défi le Congrès de voter une réforme migratoire à la place.

Entre-temps, la justice a été saisie par les défenseurs de Daca... et le programme est dans les limbes. Quant au Congrès, il n'a jamais pu s'entendre jusqu'ici pour trouver un compromis. Le président américain a laissé entendre que le sujet avait été évoqué tout en restant évasif sur ce thème.

"Impeachment"?

Républicains et démocrates sont conscients que ce bras de fer budgétaire est aussi un test du rapport de force qui s'établira pour la deuxième partie de mandat de Donald Trump, qui a clairement affiché son intention de se représenter en 2020.

Avec leur nouveau contrôle de la Chambre, les démocrates décrochent en effet la tête de commissions parlementaires dotées de puissants pouvoirs d'investigation, notamment ceux d'assigner les témoins à comparaître et d'ordonner la présentation de documents. Et certains jeunes élus évoquent ouvertement la perspective d'une procédure de destitution, ou "impeachment".

Lors de son échange avec la presse, M. Trump a déclaré que Nancy Pelosi lui avait affirmé qu'elle ne cherchait pas la destitution. L'équipe de cette dernière a cependant livré une version différente de l'interaction, expliquant que la nouvelle présidente de la Chambre des représentants avait simplement souligné que la rencontre de vendredi à la Maison Blanche portait sur la réouverture de l'administration fédérale, pas sur la destitution.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Trump est sur un terrain inhabituel: la défaite
Donald Trump aime bien mimer un pistolet avec ses doigts avant de lancer sa fameuse phrase: "Vous êtes viré". Mais dans sa bataille avec les démocrates au sujet du plus long "shutdown" de l'histoire américaine, il pourrait bien s'être tiré une balle dans le pied.
US President Donald Trump listens as others make statements for the press after a meeting with Hispanic pastors in the Roosevelt Room of the White House January 25, 2019 in Washington, DC. (Photo by Brendan Smialowski / AFP)
Trump: «J'ai dit bye bye»
Englué dans un bras de fer budgétaire aux conséquences politiques incertaines, Donald Trump a abruptement quitté mercredi une rencontre avec les ténors démocrates sur son projet de mur à la frontière avec le Mexique.
WASHINGTON, DC - JANUARY 09: U.S. President Donald Trump (2nd L) speaks to members of the media as (L-R) Sen. John Barrasso (R-WY), Vice President Mike Pence, Sen. Roy Blunt (R-MO), and Senate Majority Leader Sen. Mitch McConnell (R-KY) listen at the U.S. Capitol after the weekly Republican Senate policy luncheon January 09, 2019 in Washington, DC. Trump met with GOP lawmakers to shore up their resolve and support for his proposed border wall with Mexico as the partial federal government shutdown drags into a third week.   Alex Wong/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Pour son mur, Trump en appelle à «Game of Thrones»
«Le mur vient»: après avoir déjà détourné la célèbre phrase de la série «Game of Thrones» pour mettre en garde l'Iran, Donald Trump a encore une fois parodié jeudi l'emblématique slogan, pour cette fois promettre un mur à la frontière avec le Mexique.
US President Donald Trump chairs a Cabinet meeting at the White House in Washington, DC, on January 2, 2018. - President Donald Trump warned Wednesday the US federal government may not reopen any time soon, as he stood firm on his demand for billions of dollars in funding for a border wall with Mexico.Addressing a cabinet meeting on the 12th day of the shutdown,  Trump warned it "could be a long time" before the impasse is resolved."It's too important a subject to walk away from," said the president, who was to meet later with Democratic and Republican lawmakers. (Photo by NICHOLAS KAMM / AFP)