Changer d'édition

Trump mérite-t-il d'être destitué?
International 3 min. 04.12.2019

Trump mérite-t-il d'être destitué?

Selon le rapport de l'opposition démocrate, il existe des «preuves accablantes» de comportements «inappropriés» de Donald Trump

Trump mérite-t-il d'être destitué?

Selon le rapport de l'opposition démocrate, il existe des «preuves accablantes» de comportements «inappropriés» de Donald Trump
Photo: AFP
International 3 min. 04.12.2019

Trump mérite-t-il d'être destitué?

Les faits reprochés au président américain sont-ils suffisamment graves pour justifier sa destitution? Après deux mois d'enquête, le Congrès entame ce mercredi le débat juridique en s'appuyant sur les «preuves accablantes» que les démocrates disent avoir rassemblées contre le président américain.

(AFP) -  Dénonçant une machination politique, le milliardaire républicain assure n'avoir rien commis de répréhensible en demandant à l'Ukraine d'enquêter sur Joe Biden, un de ses adversaires potentiels à la présidentielle de 2020. Mais l'opposition démocrate est convaincue qu'il a abusé de ses pouvoirs pour favoriser sa campagne de réélection, notamment en gelant une aide militaire de près de 400 millions de dollars destinée à ce pays en conflit avec la Russie.

Forte de sa majorité à la Chambre des représentants, elle a lancé fin septembre une procédure en destitution contre Donald Trump, et confié à la commission du Renseignement de la Chambre le soin d'enquêter. Après avoir auditionné une quinzaine de témoins, celle-ci a conclu, dans un rapport d'enquête publié mardi, qu'il avait «placé ses intérêts personnels et politiques au-dessus des intérêts nationaux, cherché à miner l'intégrité du processus électoral américain et mis en danger la sécurité nationale».


NEW YORK, NEW YORK - NOVEMBER 13: Traders on the floor of the New York Stock Exchange (NYSE) watch the opening of the public hearing in the impeachment inquiry of President Donald Trump on November 13, 2019 in New York City, United States. Across the nation, Americans are tuning into the proceedings, a rare impeachment proceeding over Trump's actions toward Ukraine. The president insists he did nothing wrong.   Spencer Platt/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Un témoin clé enfonce le clou face à Donald Trump
Un témoin clé a décrit mercredi un président américain obsédé par sa campagne de réélection au point de faire pression sur l'Ukraine, lors des premières auditions parlementaires télévisées au Congrès dans l'enquête pour déterminer d'une éventuelle destitution.

Selon ce rapport, il existe des «preuves accablantes» de comportements «inappropriés» dans deux domaines: «le président a conditionné une invitation à la Maison Blanche et une aide militaire à l'Ukraine à l'annonce d'enquêtes favorables à sa campagne»et il a «entravé» les investigations parlementaires. «C'est très dangereux pour un pays d'avoir un président sans éthique, qui croit être au-dessus des lois», a commenté l'élu démocrate Adam Schiff qui préside la commission du Renseignement. «La question est de savoir ce que le Congrès va faire » sur la base de ce rapport, a-t-il ajouté.

«Crimes et délits majeurs»

Ce document, qualifié de «divagation» par la Maison Blanche, a été officiellement transmis mardi soir à la commission judiciaire de la Chambre, qui est chargée de rédiger les éventuels articles de mise en accusation («impeachment») du président.

Cette commission, présidée par le démocrate Jerry Nadler, un ennemi de longue date du magnat de l'immobilier, va donner mercredi le coup d'envoi à ses travaux en auditionnant quatre experts en Droit constitutionnel. Ces juristes - trois choisis par les démocrates, un par les républicains - discuteront notamment des motifs de destitution cités dans la Constitution: «trahison, corruption ou autres crimes et délits majeurs».

Jerry Nadler est un ennemi de longue date de Donald Trump
Jerry Nadler est un ennemi de longue date de Donald Trump
Photo: AFP

Invités par Jerry Nadler, les avocats de la Maison Blanche ont refusé de participer à cette audition en dénonçant une procédure «inéquitable». Mais ils se réservent la possibilité d'intervenir ultérieurement. Donald Trump a jusqu'ici refusé de coopérer à une enquête qu'il qualifie de «farce» ou de «chasse aux sorcières», et a interdit à ses conseillers de se présenter au Congrès ou de fournir les documents réclamés par les parlementaires.

«Le président n'a rien fait de mal»

La commission judiciaire pourrait débattre d'au moins quatre chefs d'accusations: abus de pouvoir, corruption, entrave à la bonne marche du Congrès et entrave à la justice. Les républicains semblent prêts à tous les balayer. «Le président n'a rien fait de mal», a estimé dimanche Doug Collins, l'élu chargé de mener la contre-attaque dans cette enceinte.

Une fois rédigés, les articles seront soumis à un vote en séance plénière à la chambre basse du Congrès, peut-être avant Noël. Compte tenu de la majorité démocrate à la Chambre, Donald Trump devrait entrer dans les livres d'histoire comme le troisième président américain mis en accusation, après Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998, tous les deux acquittés par la suite.

Le Sénat sera ensuite chargé de juger le président et il faudrait une majorité des deux tiers pour le destituer, ce qui paraît très improbable. Les républicains sont en effet majoritaires au Sénat et, pour l'instant, ils font bloc autour du président.


Sur le même sujet

L'ambassadeur au centre des accusations contre Trump
Généreux donateur, diplomate et désormais personnage central dans l'enquête visant Donald Trump: Gordon Sondland va livrer mercredi au Congrès un témoignage public qui pourrait être accablant pour le président américain menacé de destitution.
Venu de Bruxelles pour participer volontairement à l'audition , Gordon D. Sondland a été informé au milieu de la nuit par le département d'Etat qu'il ne devait pas s'y présenter.
Un témoin clé enfonce le clou face à Donald Trump
Un témoin clé a décrit mercredi un président américain obsédé par sa campagne de réélection au point de faire pression sur l'Ukraine, lors des premières auditions parlementaires télévisées au Congrès dans l'enquête pour déterminer d'une éventuelle destitution.
NEW YORK, NEW YORK - NOVEMBER 13: Traders on the floor of the New York Stock Exchange (NYSE) watch the opening of the public hearing in the impeachment inquiry of President Donald Trump on November 13, 2019 in New York City, United States. Across the nation, Americans are tuning into the proceedings, a rare impeachment proceeding over Trump's actions toward Ukraine. The president insists he did nothing wrong.   Spencer Platt/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Trump réclame l'identité du lanceur d'alerte
Le président américain a de nouveau réclamé dimanche l'identité du lanceur d'alerte à l'origine de la procédure de destitution à son encontre qui, selon son avocat, se tient prêt à répondre aux questions des républicains.
Le président américain Donald Trump exige que le lanceur d'alerte sorte de l'ombre
Donald Trump choisit l'affrontement avec le Congrès
Après plusieurs jours d'atermoiements, Donald Trump a choisi la guerre ouverte avec le Congrès: la Maison Blanche a annoncé qu'elle refusait de coopérer à l'enquête en cours en vue d'une éventuelle procédure de destitution.
US President Donald Trump listens during a Presidential Medal of Freedom ceremony for Edwin Meese in the Oval Office at the White House in Washington, DC on October 8, 2019. (Photo by Brendan Smialowski / AFP)
Trump a bien demandé une enquête sur Biden
Le président des Etats-Unis a bien évoqué à son homologue ukrainien d'investiguer sur son rival démocrate, selon la transcription d'un appel téléphonique entre les deux dirigeants rendue publique mercredi par la Maison Blanche.
The US Capitol is seen on September 25, 2019 in Washington, DC. - President Donald Trump maintained that he had exerted "no pressure" on Ukraine, as the White House released a call transcript confirming he had asked Kiev to probe his political rival Joe Biden. (Photo by MANDEL NGAN / AFP)