Changer d'édition

Trump menace de déployer l'armée
International 3 min. 02.06.2020

Trump menace de déployer l'armée

Pas moins de 140 villes ont connu des manifestations à la suite du décès de George Floyd.

Trump menace de déployer l'armée

Pas moins de 140 villes ont connu des manifestations à la suite du décès de George Floyd.
Photo : AFP
International 3 min. 02.06.2020

Trump menace de déployer l'armée

Le président américain a promis lundi de restaurer l'ordre dans une Amérique en proie à un déferlement de colère historique, indiquant vouloir déployer des forces militaires pour faire cesser les violences.

(AFP) - A New York, plusieurs grands magasins de la célèbre 5e Avenue ont été pillés lundi soir. Le couvre-feu, instauré dans la ville de 23h à 5h lundi, commencera dès 20h mardi, a annoncé le maire Bill de Blasio, tout en assurant que la métropole était «totalement sous contrôle, et pour l'essentiel calme et paisible». Donald Trump est confronté aux désordres civils les plus graves de son mandat alors que des centaines de milliers d'Américains protestent contre les brutalités policières, le racisme et les inégalités sociales, exacerbées par la crise du Covid-19.

Une semaine après l'homicide à Minneapolis de George Floyd, un homme noir de 46 ans asphyxié par un policier blanc, New York, Los Angeles et des dizaines d'autres villes américaines ont renforcé leurs mesures sécuritaires. Face aux troubles se surajoutant à la pandémie de coronavirus, Donald Trump avait annoncé plus tôt d'un ton martial le déploiement dans la capitale de «milliers de soldats lourdement armés » et policiers pour mettre un terme «aux émeutes» et «aux pillages». Le président US lançant même une mise en garde aux gouverneurs : «Si une ville ou un Etat refuse de prendre les décisions nécessaires pour défendre la vie et les biens de ses résidents, je déploierai l'armée américaine pour régler rapidement le problème à leur place».

Ni le renvoi de l'agent coupable de la bavure, Derek Chauvin, ni son arrestation postérieure n'ont calmé les esprits et les protestations ont touché au moins 140 villes américaines.
Ni le renvoi de l'agent coupable de la bavure, Derek Chauvin, ni son arrestation postérieure n'ont calmé les esprits et les protestations ont touché au moins 140 villes américaines.
Photo : AFP

 «Il utilise l'armée américaine contre les Américains», a dénoncé sur Twitter Joe Biden, son adversaire à la présidentielle de novembre. Le candidat démocrate doit se rendre mardi matin à Philadelphie pour s'exprimer sur les «troubles civils». Le visage couvert d'un masque, il s'est rendu lundi dans l'église d'une paroisse noire de son Etat du Delaware pour y rencontrer des responsables locaux. L'ancien vice-président de Barack Obama compte sur cet électorat pour remporter la Maison Blanche.

Tandis que Donald Trump s'exprimait dans les jardins de la Maison Blanche aux airs de camp retranché, la police dispersait avec du gaz lacrymogène des centaines de manifestants rassemblés à l'extérieur de l'enceinte. L'objectif était de libérer le champ vers l'église Saint John, bâtiment emblématique tout proche qui a été dégradé dimanche soir. Le président s'y est rendu à pied, entouré de membres de son cabinet, pour s'y faire photographier, une bible en main.

Comparution le 8 juin

 Au cœur des slogans, "Black Lives Matter" ("La vie des Noirs compte") et "I can't breathe" ("Je ne peux pas respirer"), les derniers mots de M. Floyd gisant par terre, menotté et cou sous le genou d'un policier, dont les collègues restaient passifs. M. Floyd est mort asphyxié en raison d'une «pression forte et prolongée» exercée sur son cou et sa cage thoracique, a affirmé l'avocat de la famille de la victime, en révélant les résultats d'une autopsie indépendante. L'autopsie officielle, rendue publique dans la foulée, a également conclu à une pression létale au niveau du cou de l'Afro-Américain, ayant causé un arrêt cardiaque.

Face aux affrontements mêlant manifestants, casseurs et forces anti-émeute, les soldats de la Garde nationale ont été déployés dans plus d'une vingtaine de métropoles, dans un climat de tension inédit depuis les années 1960. Pour disperser les protestataires, les forces de l'ordre ont utilisé gaz lacrymogènes et balles en caoutchouc. L'agent Derek Chauvin, qui a été inculpé d'homicide involontaire, doit comparaître le 8 juin devant un tribunal. Pas de quoi espérer donc une baisse immédiate de la tension ambiante, d'autant que cette même semaine prochaine seront célébrées les obsèques de George Floyd, au Texas.


Sur le même sujet

La colère de la rue résiste aux menaces de Trump
Le mouvement de protestation contre le racisme et les brutalités policières se poursuit aux Etats-Unis, malgré les pillages, les affrontements avec la police et le ton martial du président américain, déterminé à restaurer l'ordre.
WASHINGTON, DC - JUNE 02: A protestor waves a DC flag with Black Lives Matter spray painted on it next to a DC National Guard Humvee as protestors march through the streets during a demonstration over the death of George Floyd, who died in police custody, on June 2, 2020 in Washington, DC. Protests erupted around the country following the release of a video showing Derek Chauvin, a now former Minneapolis Police officer, kneeling on the neck of Floyd despite Floyd saying I cant breath.   Samuel Corum/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
La capsule de SpaceX s'amarre à l'ISS
La Crew Dragon s'est arrimée dimanche sans encombre à la station spatiale internationale, avec deux astronautes de la Nasa à bord. Une étape cruciale pour cette mission qui marque le retour des lancements américains après neuf an d'interruption.
This NASA photo obtained May 31, 2020 shows a SpaceX Falcon 9 rocket carrying the company's Crew Dragon spacecraft launched from Launch Complex 39A on NASA�s SpaceX Demo-2 mission to the International Space Station with NASA astronauts Robert Behnken and Douglas Hurley onboard, at 3:22 p.m. EDT on May 30, 2020, at NASA�s Kennedy Space Center in Florida. - The Demo-2 mission is the first launch with astronauts of the SpaceX Crew Dragon spacecraft and Falcon 9 rocket to the station as part of the agency�s Commercial Crew Program. (Photo by Bill INGALLS / NASA / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /NASA/BILL INGALLS/HANDOUT " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Trump veut rogner les ailes de Twitter
Ulcéré par l'attitude du célèbre oiseau bleu à son égard, le président américain a signé jeudi un décret visant à limiter la protection des réseaux sociaux et la latitude dont ils bénéficient dans la modération de leurs contenus.
In this photo illustration, a Twitter logo is displayed on a mobile phone with President Trump's Twitter page shown in the background on May 27, 2020, in Arlington, Virginia. - US President Donald Trump threatened Wednesday to shutter social media platforms after Twitter for the first time acted against his false tweets, prompting the enraged Republican to double down on unsubstantiated claims and conspiracy theories. Twitter tagged two of Trump's tweets in which he claimed that more mail-in voting would lead to what he called a "Rigged Election" this November. (Photo by Olivier DOULIERY / AFP)
Trump veut demander des comptes à la Chine
Le président américain a évoqué la possibilité de demander à Pékin de payer des milliards de dollars de réparations pour les dommages causés par le nouveau coronavirus, apparu dans la ville chinoise de Wuhan.
US President Donald Trump speaks during a news conference on the novel coronavirus, COVID-19, in the Rose Garden of the White House in Washington, DC on April 27, 2020. (Photo by MANDEL NGAN / AFP)