Changer d'édition

Trump laisse juste un courrier pour Biden
International 6 1 2 min. 20.01.2021

Trump laisse juste un courrier pour Biden

Donald Trump et l'ex-First lady ont rejoint la base d'Andrews pour s'envoler vers un club de golf à Palm Beach, en Floride.

Trump laisse juste un courrier pour Biden

Donald Trump et l'ex-First lady ont rejoint la base d'Andrews pour s'envoler vers un club de golf à Palm Beach, en Floride.
Photo : AFP
International 6 1 2 min. 20.01.2021

Trump laisse juste un courrier pour Biden

A défaut de lui serrer la main, l'ex-président américain a adressé une lettre à son successeur à la Maison blanche. A défaut d'assister à la prestation de serment, le milliardaire s'est donc plié là à une tradition américaine.

(AFP) - Donald Trump, qui a refusé d'accepter sa défaite pendant plus de deux mois, n'a jamais félicité Joe Biden pour sa victoire. Et ce n'est certainement pas dans le courrier qu'il a déposé à l'intention de son successeur que le président sortant le fera. Dans l'enveloppe posée dans le Bureau ovale que Barack Obama avait adressée à Donald Trump, en 2016, on pouvait lire : «Nous ne sommes que des occupants temporaires de ce poste».


TOPSHOT - US President-Elect Joe Biden speaks at Major Joseph R. "Beau" Biden III National Guard /Reserve Center in New Castle Airport on January 19, 2021, in New Castle, Delaware, before departing for Washington, DC. (Photo by JIM WATSON / AFP)
L'Amérique ouvre un nouveau chapitre de son histoire
Ce mercredi, le président sortant Donald Trump quitte la Maison Blanche et laisse place à son successeur démocrate dans un contexte tendu.

«Cela fait de nous des gardiens des institutions et des traditions démocratiques telles que l'Etat de droit, la séparation des pouvoirs, la protection des droits civiques pour lesquelles nos ancêtres se sont battus», avait ajouté le premier président noir des Etats-Unis. Pour l'heure, rien n'a filtré sur la missive rédigée à l'intention de Joe Biden qui s'apprête à devenir le 46ème président américain.

Parmi toutes ces lettres de président à président, celle laissée, le 20 janvier 1993, par le républicain George H.W. Bush à son successeur démocrate Bill Clinton, a marqué les esprits, par sa dignité, sa classe. Evoquant son «sentiment d'émerveillement et de respect» au moment où il était entré dans le prestigieux Bureau ovale quatre ans plus tôt, il ajoutait «Il y aura des moments très durs (...) Mais ne laissez pas les critiques vous décourager ou vous faire changer de trajectoire». «Vous serez NOTRE président quand vous lirez ces lignes, y ajoutait Clinton. Je vous soutiens totalement. Bonne chance.».

Mercredi, le président Trump a quitté la Maison Blanche et Washington, tout en laissant planer la possibilité d'un retour. Il sera donc parti sans avoir rencontré son successeur à quelques heures de la fin de son mandat. Depuis la base militaire d'Andrews, il a salué quatre années «extraordinaires» et souhaité «bonne chance» à la nouvelle administration sans jamais prononcer le nom de Joe Biden. 

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Donald Trump a promis de revenir «d'une manière ou d'une autre», entretenant le flou sur ses projets. Il s'est ensuite envolé à bord d'Air Force One pour la Floride où il entamera dans son club de Mar-a-Lago, à 74 ans, sa vie d'ex-président. Juste avant de partir, il a gracié 73 personnes, dont son ex-conseiller Steve Bannon, accusé d'avoir détourné des fonds prétendument destinés à la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique.

 Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton seront, eux, à Washington pour assister aux premières loges à la prestation de serment de Joe Biden. Une cérémonie qui se déroulera, après les incidents du Capitole, avec un dispositif de très haute sécurité qui rend la capitale fédérale américaine méconnaissable.


06.01.2021, USA, Washington: Ein Demonstrant schreit im Inneren des US-Kapitols, nachdem Anhänger von US-Präsident Donald Trump das Gebäude gestürmt hatten, in dem die Abgeordneten den Sieg des designierten Präsidenten Joe Biden bei der Wahl im November bestätigen sollten. Foto: Miguel Juarez Lugo/Zuma Press/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les Démocrates du Luxembourg «sous le choc»
Représentante du parti de Joe Biden au Grand-Duché, Natalie Bachiri a vécu l'attaque du Capitole par les partisans de Trump comme "un acte de terrorisme intérieur". Et la démocrate craint que d'autres coups d'éclat ne viennent marquer encore la fin de mandat du président des Etats-Unis.

La journée restera dans les livres d'histoire en particulier en raison de l'accession, pour la première fois, d'une femme à la vice-présidence de la première puissance mondiale. Kamala Harris, 56 ans, deviendra aussi la première personne noire, et d'origine indienne, à occuper cette fonction.


Sur le même sujet

Asselborn dans le viseur du secrétaire d'Etat américain
A en croire le «New York Times», les propos du ministre des Affaires étrangères après les émeutes du Capitole n'auraient pas plu à son homologue Mike Pompeo. De passage en Europe, ce dernier a ainsi fait savoir qu'il ne viendrait finalement pas au Grand-Duché.
(FILES) In this file photo taken on March 25, 2020 US Secretary of State Mike Pompeo speaks during a press conference at the State Department in Washington, DC. - US Secretary of State Mike Pompeo said January 11, 2021 he was placing Cuba back on a blacklist of state sponsors of terrorism, a last-minute roadblock to efforts by President-elect Joe Biden's to ease tensions. (Photo by ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP)
Les Démocrates du Luxembourg «sous le choc»
Représentante du parti de Joe Biden au Grand-Duché, Natalie Bachiri a vécu l'attaque du Capitole par les partisans de Trump comme "un acte de terrorisme intérieur". Et la démocrate craint que d'autres coups d'éclat ne viennent marquer encore la fin de mandat du président des Etats-Unis.
06.01.2021, USA, Washington: Ein Demonstrant schreit im Inneren des US-Kapitols, nachdem Anhänger von US-Präsident Donald Trump das Gebäude gestürmt hatten, in dem die Abgeordneten den Sieg des designierten Präsidenten Joe Biden bei der Wahl im November bestätigen sollten. Foto: Miguel Juarez Lugo/Zuma Press/dpa +++ dpa-Bildfunk +++