Changer d'édition

Trump coupe les vivres de l'OMS
International 5 min. 15.04.2020

Trump coupe les vivres de l'OMS

Donald Trump reproche à l'OMS «la mauvaise gestion et la dissimulation de la propagation du coronavirus»

Trump coupe les vivres de l'OMS

Donald Trump reproche à l'OMS «la mauvaise gestion et la dissimulation de la propagation du coronavirus»
Photo: AFP
International 5 min. 15.04.2020

Trump coupe les vivres de l'OMS

La pandémie de coronavirus tue toujours quotidiennement des milliers de personnes, mais le président américain a mis à exécution sa menace en suspendant la contribution américaine à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), au moment où le déconfinement s'enclenche timidement en Europe.

(AFP) -  Les Etats-Unis, premier bailleur de l'OMS, avec plus de 400 millions de dollars par an, vont arrêter de la financer le temps d'évaluer son rôle «dans la mauvaise gestion et la dissimulation de la propagation du coronavirus», a déclaré dans la nuit de mardi à mercredi le président américain. Il a reproché à l'agence de l'ONU de s'être alignée sur les positions de la Chine, que Washington accuse d'avoir initialement caché la gravité du virus lorsqu'il y a fait son apparition en décembre. Ce qui, a-t-il dit, a empêché de contenir l'épidémie «à sa source avec très peu de morts».

Le secrétaire général de l'ONU a aussitôt marqué sa réprobation, en assurant que ce n'était «pas le moment de réduire le financement des opérations» de l'OMS, qui «doit être soutenue car elle est absolument essentielle aux efforts du monde pour gagner la guerre contre le Covid-19». Il sera toujours temps d'étudier par la suite «comment ont réagi tous ceux qui ont été impliqués dans la crise», a estimé Antonio Guterres.

Ouvertures précautionneuses

Sur le front sanitaire, les Etats-Unis ont enregistré mardi un sombre record avec plus de 2.200 morts supplémentaires du nouveau coronavirus en 24 heures, le plus lourd bilan journalier recensé par un pays. Leur bilan total, également le plus lourd du monde, s'élève à plus de 25.700 morts et 600.000 cas de contamination enregistrés. Quatre mois après l'apparition du virus, la pandémie a infecté presque deux millions de personnes, sans doute davantage en réalité. Elle a fait près de 125.000 morts officiellement dans le monde, et elle continue de tuer plusieurs milliers de personnes par jour et de s'étendre à des pays jusqu'ici peu touchés.

Elle connaît aussi un léger ralentissement en Europe, qui entrevoit la lumière au bout du tunnel, même si elle semble fragile. Mercredi, la Commission européenne doit présenter à cet égard sa feuille de route pour préparer une sortie coordonnée du confinement et éviter les couacs du début de la pandémie. L'Allemagne, relativement peu touchée (environ 2.800 morts) par rapport aux pays comparables en termes de population, doit annoncer mercredi un allègement des mesures coercitives, qui varient d'une région à l'autre. Le président de l'Académie des sciences Leopoldina a toutefois déjà averti que les stades et salles de concert pourraient, dans le pire des scénarios, rester vides pendant 18 mois. Le Danemark rouvre mercredi crèches et écoles maternelles et primaires.

En Italie, certains commerces ont désormais rouvert leurs portes à la clientèle
En Italie, certains commerces ont désormais rouvert leurs portes à la clientèle
Photo: AFP

A l'arrêt depuis plus d'un mois, l'Italie (21.000 morts) a autorisé des réouvertures localisées et très limitées de certains commerces. Par exemple les librairies. Marilia Di Giovanni a rouvert la sienne à Syracuse, et le premier livre qu'elle a vendu est «Le vieux qui lisait des romans d'amour», de Luis Sepulveda, l'écrivain chilien infecté par le coronavirus, raconte-t-elle à l'agence Agi. Mais de nombreuses régions ont pris des arrêtés prolongeant la fermeture des librairies, notamment celles de Rome, Turin, Naples, et Milan (Lombardie, nord), régions qui représentent plus de 40% de la population.

En Autriche, ce sont les parcs et les petits commerces qui ont rouvert mardi. L'artère commerçante du quartier viennois de Favoriten a retrouvé de l'animation, même si les mesures de précaution en changent l'allure: beaucoup de clients font la queue à l'extérieur des magasins, à bonne distance les uns des autres. En Espagne, troisième pays le plus endeuillé au monde (18.000 morts environ), une partie des travailleurs ont repris lundi le chemin des usines et des chantiers, après deux semaines d'arrêt quasi total de l'économie, qui avait été limitée aux «secteurs essentiels». La République tchèque a de son côté présenté un plan de déconfinement par étapes, à partir du 20 avril.

L'économie mondiale connaîtra sa pire récession depuis la Grande Dépression des années 1930

La France avait été le premier des grands pays les plus touchés (avec plus de 15.700 décès) à donner une date, le 11 mai, pour le début du déconfinement, qui sera progressif. Deux nouveaux événements majeurs se sont ajoutés mardi à la liste de ceux touchés par le coronavirus: le départ du Tour de France cycliste sera reporté, peut-être au 29 août, et l'édition 2020 du Festival de Cannes pourrait prendre de «nouvelles formes». Le retour à la normale n'est encore que très marginal, la moitié de la population mondiale restant confinée.

Le Premier ministre Narendra Modi a d'ailleurs annoncé mardi la prolongation au moins jusqu'au 3 mai du confinement en Inde de 1,3 milliard d'habitants, le contingent national le plus important de la planète. Outre son bilan macabre, le coronavirus a entraîné une crise économique rare. «Il est très probable que cette année, l'économie mondiale connaîtra sa pire récession depuis la Grande Dépression» des années 1930, a estimé mardi l'économiste en chef du FMI Gita Gopinath.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le monde confronté à sa pire crise depuis 1945
Donald Trump a demandé à ses concitoyens de se préparer, à l'instar de l'Europe, à des semaines «très, très douloureuses» face à la pandémie de coronavirus, qualifiée par l'ONU de pire crise à laquelle l'humanité ait été confrontée depuis 1945.
TOPSHOT - An employee wearing protective gear, working for environmental services company AMSA, sprays disinfectant on Piazza Duomo in Milan, on March 31, 2020 during the country's lockdown aimed at curbing the spread of the COVID-19 infection, caused by the novel coronavirus. (Photo by Piero Cruciatti / AFP)
Toujours plus de morts et plus de moyens
Le coronavirus continue ses ravages en Europe, où les pays les plus touchés renforcent leur lutte contre la pandémie qui a déjà fait plus de 31.000 morts dans le monde, alors qu'aux Etats-Unis, Donald Trump a renoncé à boucler New York.
A Newly installed sign encouraging social distancing to stop the spread of coronavirus (COVID-19) is displayed on a closed park as the skyline of Manhattan is seen From Weehawken New Jersey on March 28, 2020. - US President Donald Trump said on March 28, 2020 that he's considering a short-term quarantine of New York state, New Jersey, and parts of Connecticut. (Photo by Kena Betancur / AFP)
Les Etats-Unis passent le cap des 100.000 cas positifs
Depuis le premier malade détecté fin janvier sur le sol américain, à plus de 100.000 personnes touchées vendredi, le pays a gagné le triste titre de pays du monde comptant le plus de cas officiellement recensés de coronavirus.
Medical staff stand inside an intensive care unit at a newly inaugurated hospital by the Tamil Nadu state during a government-imposed nationwide lockdown as a preventive measure against the COVID-19 coronavirus, in Chennai on March 27, 2020. (Photo by Arun SANKAR / AFP)
Un tiers de l'humanité sommée de rester chez elle
Après la décision de l'Inde de confiner ses 1,3 milliard d'habitants face au coronavirus, ce sont pratiquement plus de 2,5 milliards de personnes qui sont confinées. Dans le même temps, les Etats-Unis et le Brésil s'efforcent au contraire de minimiser.
A policeman stands guard at a road checkpoint the day after Indian Prime Minister Narendra Modi announced a 21-day government-imposed nationwide lockdown as a preventive measure against the COVID-19 coronavirus in New Delhi on March 25, 2020. - India's 1.3 billion people will go under "total lockdown" from midnight on March 24 (1830 GMT) for 21 days to combat the spread of the coronavirus pandemic, Prime Minister Narendra Modi said. (Photo by Sajjad HUSSAIN / AFP)