Changer d'édition

Trump change de ton à propos du covid-19
International 3 min. 22.07.2020

Trump change de ton à propos du covid-19

Pour la première fois depuis le début de la pandémie, Donald Trump a recommandé le port du masque.

Trump change de ton à propos du covid-19

Pour la première fois depuis le début de la pandémie, Donald Trump a recommandé le port du masque.
Photo: AFP
International 3 min. 22.07.2020

Trump change de ton à propos du covid-19

A la peine dans les sondages à bientôt cent jours de la présidentielle, critiqué pour sa gestion du coronavirus, le pensionnaire de la Maison Blanche tente de reprendre la main en reconnaissant la gravité de la crise sanitaire.

(AFP) - «Cela va sûrement, malheureusement, empirer avant de s'améliorer. Je n'aime pas dire ça mais c'est comme ça», a déclaré le président des Etats-Unis à la Maison Blanche, où il a renoué pour la première fois depuis fin avril avec les conférences de presse sur le covid-19, appelées à redevenir régulières, comme au plus fort de la pandémie.

«Ces dernières semaines, nous avons observé une hausse inquiétante des cas dans de nombreuses régions de notre Sud», a-t-il ajouté, évoquant de «gros incendies» et même une «situation très difficile» en Floride, un Etat gouverné par un de ses proches alliés où il a prévu de tenir dans un mois la convention censée lancer la dernière ligne droite de sa campagne.


TOPSHOT - Screen grab of TV Brasil showing Brazilian President Jair Bolsonaro speaking at Planalto Palace in Brasilia on July 7, 2020. - Brazil President Jair Bolsonaro announced on Tuesday he had tested positive for the coronavirus but said he was feeling "perfectly well" and had only mild symptoms. (Photo by - / TV BRASIL / AFP)
Bolsonaro infecté, les Etats-Unis divorcent de l'OMS
Le président brésilien, très sceptique sur la pandémie de coronavirus, a annoncé avoir contracté le covid-19 au moment même où les Américains, qui enregistrent un nouveau record de contaminations, ont officiellement lancé leur retrait de l'Organisation mondiale de la Santé.

Après une amélioration vers la fin du printemps, l'épidémie a repris de plus belle dans le pays, déjà le plus endeuillé au monde avec 141.800 morts. Le nombre de cas explose - plus de 60.000 par jour depuis une semaine, pour un total de 3,88 millions depuis le début de la pandémie - et les décès quotidiens sont aussi repartis à la hausse - plus de 700 par jour en moyenne.

La situation est particulièrement inquiétante dans des Etats du Sud comme la Californie, la Floride ou le Texas, souvent contraints d'imposer des restrictions à rebours du déconfinement.


A woman (R) donates blood inside a mobile unit of the National Blood Transfusion Centre during a visit to a neighbourhood in Mexico City in search of donors, on June 30, 2020 during the COVID-19 novel coronavirus pandemic. - Hospitals in Mexico are struggling due to the lack of blood donors who, afraid of the novel coronavirus, have dropped in numbers. (Photo by Rodrigo ARANGUA / AFP)
Les hôpitaux américains surchargés
La flambée des cas de coronavirus se poursuit sans trêve aux Etats-Unis, ainsi qu'au Mexique, en Inde, au Chili, tandis qu'en France, l'emblématique musée du Louvre va rouvrir ses portes.

Jusqu'ici, Donald Trump avait tenté coûte que coûte de tourner la page du coronavirus. Pressé de relancer l'économie ainsi que sa campagne pour la présidentielle du 3 novembre, il avait été accusé d'être dans le déni face à la flambée du coronavirus.

Mais après un meeting raté à Tulsa, dans l'Oklahoma, en juin, devant un auditoire clairsemé, la progression de l'épidémie ne lui a pas permis de continuer avec les grandes réunions publiques qu'il affectionne.

«Nous demandons à tout le monde de porter un masque»  

Pendant ce temps-là, son adversaire démocrate Joe Biden, qui ne se déplace pourtant que précautionneusement sur le terrain, est considéré comme plus compétent pour faire face aux multiples crises que traversent les Etats-Unis.

Il creuse l'écart dans les sondages: si l'élection avait lieu aujourd'hui, il l'emporterait haut la main, à en croire les intentions de vote. Si Donald Trump a vanté sa gestion du virus, maintenu qu'il allait finir par «disparaître», et salué avec enthousiasme les avancées vers un vaccin, il a aussi pour la première fois clairement recommandé le port du masque.

«Nous demandons à tout le monde de porter un masque quand la distanciation physique n'est pas possible», a-t-il lancé, sortant de sa poche sa propre protection, qu'il n'a pourtant endossée en public qu'une fois, le 11 juillet, soit plusieurs mois après le début de la pandémie.

«Que vous aimiez les masques ou pas, ils ont un impact», a-t-il plaidé, alors qu'il est accusé d'avoir lui-même attisé les braises de la résistance en défendant jusqu'ici la «liberté» individuelle en la matière. Il est même allé jusqu'à «implorer» les jeunes d'«éviter les bars bondés», un ton alarmiste abandonné depuis plusieurs semaines.    

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Donald Trump positif au covid-19
Après son homologue britannique, voilà le président américain infecté par l'épidémie de coronavirus. Il l'a confirmé ce vendredi matin, après avoir annoncé devoir se placer en quarantaine en tant que malade. Tout comme son épouse.
US President Donald Trump gives a thumbs up as he steps off Air Force One upon arrival at Andrews Air Force Base in Maryland on October 1, 2020. - The president returned to Washington, DC after attending a fundraiser in Bedminster, New Jersey. (Photo by MANDEL NGAN / AFP)
Biden prend le large dans le dernier sondage
Favori des intentions de vote chez les minorités et les femmes américaines, le candidat démocrate a pris une avance de 14 points sur Donald Trump dans un sondage national publié mercredi, à quelques mois de l'élection présidentielle.
Democratic presidential candidate Joe Biden speaks about reopening the country during a speech in Darby, Pennsylvania, on June 17, 2020. (Photo by JIM WATSON / AFP)
Trump veut demander des comptes à la Chine
Le président américain a évoqué la possibilité de demander à Pékin de payer des milliards de dollars de réparations pour les dommages causés par le nouveau coronavirus, apparu dans la ville chinoise de Wuhan.
US President Donald Trump speaks during a news conference on the novel coronavirus, COVID-19, in the Rose Garden of the White House in Washington, DC on April 27, 2020. (Photo by MANDEL NGAN / AFP)
Trump interdit aux Européens d'entrer aux Etats-Unis
Le président américain a annoncé, mercredi, la suspension pour trente jours de l'entrée aux Etats-Unis des voyageurs ayant récemment séjourné en Europe. Deux exceptions : pour les citoyens US et ceux du Royaume-Uni
US President Donald Trump addresses the Nation from the Oval Office about the widening novel coronavirus (Covid-19) crisis in Washington, DC on March 11, 2020. - President Donald Trump announced on March 11, 2020 the United States would ban all travel from Europe for 30 days starting to stop the spread of the coronavirus outbreak. "To keep new cases from entering our shores, we will be suspending all travel from Europe to the United States for the next 30 days. The new rules will go into effect Friday at midnight," Trump said in an address to the nation. (Photo by Doug Mills / POOL / AFP)