Changer d'édition

Trump avertit la Russie de frappes imminentes contre la Syrie
International 11.04.2018 Cet article est archivé

Trump avertit la Russie de frappes imminentes contre la Syrie

Trump avertit la Russie de frappes imminentes contre la Syrie

Photo: AFP
International 11.04.2018 Cet article est archivé

Trump avertit la Russie de frappes imminentes contre la Syrie

Le président américain Donald Trump a averti mercredi matin la Russie de frappes imminentes contre la Syrie, peu après que Moscou eut mis en garde contre tout acte pouvant «déstabiliser la situation déjà fragile dans la région».

(AFP) – Dans un tweet matinal, Donald Trump s'en est pris à la Russie, soutien indéfectible du régime de Bachar al-Assad, accusé d'être responsable d'une attaque chimique présumée près de Damas.

«La Russie jure d'abattre n'importe quel missile tiré sur la Syrie. Que la Russie se tienne prête, car ils arrivent, beaux, nouveaux et 'intelligents!' Vous ne devriez pas vous associer à un Animal qui Tue avec du Gaz, qui tue son peuple et aime cela», a menacé le président américain.

Moscou a opposé mardi son veto au Conseil de sécurité à un projet de résolution américain visant à créer un mécanisme d'enquête indépendant sur le recours aux armes chimiques en Syrie.


Le destroyer lance-missile USS Donald Cook a quitté le port chypriote de Larnaca et se trouve maintenant dans une zone d'où il peut facilement frapper la Syrie.
Syrie: la menace de frappes occidentales reste intacte
Les Occidentaux maintiennent intacte leur détermination à riposter fermement à l'attaque chimique présumée imputée au régime de Bachar al-Assad et faisaient toujours planer mercredi la menace de frappes militaires en Syrie après un veto russe à l'ONU.

Les missiles américains doivent viser «les terroristes» et non «le gouvernement légitime» syrien, a aussitôt répliqué la Russie, qui peu auparavant avait déjà mis en garde contre tout acte en Syrie pouvant «déstabiliser la situation déjà fragile dans la région».

«Nous espérons encore que toutes les parties vont éviter tout acte qui ne serait en réalité en aucun cas justifié», avait déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, jugeant la situation actuelle «très tendue». «La Russie est favorable à une enquête objective et impartiale avant d'émettre des jugements».

Mais en face, les Occidentaux, Etats-Unis et France en tête, ont redoublé de détermination.


Sur le même sujet

Les Occidentaux maintiennent intacte leur détermination à riposter fermement à l'attaque chimique présumée imputée au régime de Bachar al-Assad et faisaient toujours planer mercredi la menace de frappes militaires en Syrie après un veto russe à l'ONU.
Le destroyer lance-missile USS Donald Cook a quitté le port chypriote de Larnaca et se trouve maintenant dans une zone d'où il peut facilement frapper la Syrie.
Donald Trump était sur le point de répondre «avec force» à Damas et ses alliés, après une attaque chimique présumée en Syrie, blâmant la Russie qui met elle en garde contre «de graves conséquences» en cas de frappes occidentales.
Donald Trump a assuré dimanche que les sanctions contre la Russie ne seraient pas allégées tant que la situation en Ukraine et en Syrie ne serait pas résolue, mais des élus républicains exigent d'aller plus loin pour sanctionner l'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine.
«Rien ne sera fait jusqu'à ce que les problèmes ukrainien et syrien soient résolus», a tweeté le président américain dimanche.
La Russie a dénoncé vendredi les frappes américaines contre la Syrie comme une «agression contre un Etat souverain», les alliés de Washington applaudissant pour leur part cette première opération militaire américaine contre le régime de Damas.
TOPSHOT - US President Donald Trump speaks to the press on Air Force One on April 6, 2017.
Chinese President Xi Jinping touched down in Florida Thursday for a first face-to-face meeting with President Donald Trump, hoping that a basket full of "tweetable" deals will help avoid a public clash.Trump had yet to arrive to Florida, but the pair will gather later at his Mar-a-Lago resort -- which the US president likes to call the "Winter White House" -- for what promises to be a masterclass in studied informality. / AFP PHOTO / JIM WATSON