Changer d'édition

Trump acquitté pour la seconde fois
International 6 min. 14.02.2021

Trump acquitté pour la seconde fois

US President Donald Trump walks by supporters outside the White House on January 12, 2021 in Washington,DC before his departure to Alamo, Texas. (Photo by Brendan Smialowski / AFP)

Trump acquitté pour la seconde fois

US President Donald Trump walks by supporters outside the White House on January 12, 2021 in Washington,DC before his departure to Alamo, Texas. (Photo by Brendan Smialowski / AFP)
Photo: AFP
International 6 min. 14.02.2021

Trump acquitté pour la seconde fois

L'ex-président américain a échappé samedi à un verdict de culpabilité à l'issue d'un procès historique devant le Sénat américain, qui le jugeait pour son rôle supposé dans les violences du 6 janvier au Capitole.

(AFP) - Pour la deuxième fois. Accusé d'«impeachment» pour la seconde fois en janvier, Donald Trump a été acquitté. Son successeur, le démocrate Joe Biden, a estimé qu'en dépit de l'acquittement, le fond de l'accusation n'était «pas contesté», et a demandé à ses concitoyens de défendre la démocratie, qui reste «fragile». 


L'assaut du Capitole apparaît de plus en plus prémédité
Alors que le procès en destitution de l'ex-président Donald Trump s'ouvre, les dépositions et témoignages rassemblés par la justice américaine laissent penser que l'attaque du 6 janvier dernier avait en réalité été préparée bien en amont.

Les sénateurs ont été une majorité -57 sur 100- à se prononcer pour une condamnation du milliardaire. Mais il aurait fallu les deux tiers de la chambre haute (67 voix) pour parvenir à un verdict de culpabilité qui aurait pu être suivi d'une peine d'inéligibilité. Le socle des élus républicains a tenu, ce qui montre l'emprise que Donald Trump conserve sur la politique américaine. 

Mais le parti républicain sort fragilisé d'une séquence commencée en novembre avec la contestation de la victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle et qui a culminé avec les événements du Capitole. «Notre mouvement magnifique, historique et patriotique, Make America Great Again, ne fait que commencer», a réagi M. Trump dans un communiqué, se posant une nouvelle fois en victime d'une «chasse aux sorcières». 

Pour Donald Trump, il s'agit d'un deuxième acquittement en autant de procédures de destitution. Un cas unique dans l'histoire des Etats-Unis. Dans sa première réaction à ce verdict, l'ex-président de 74 ans a pris date pour l'avenir: «Dans les mois qui viennent, j'aurai beaucoup de choses à partager avec vous et suis impatient de continuer notre incroyable aventure pour la grandeur de l'Amérique». 

Trump, «énorme problème»

Chef influent des républicains du Sénat, Mitch McConnell incarne à la perfection le malaise de certains républicains. A peine le verdict annoncé, le vieux routier de la politique a laissé éclater son amertume. «Il n'y a aucun doute, aucun, que le président Trump est, dans les faits et moralement, responsable d'avoir provoqué les événements de cette journée» du 6 janvier, a-t-il asséné. Soutien de Donald Trump pendant les quatre années de sa présidence, Mitch McConnell, 78 ans, ne s'est pourtant pas joint à ses sept collègues qui ont voté pour la culpabilité. 


TOPSHOT - WASHINGTON, DC - JANUARY 06: Pro-Trump supporters storm the U.S. Capitol following a rally with President Donald Trump on January 6, 2021 in Washington, DC. Trump supporters gathered in the nation's capital today to protest the ratification of President-elect Joe Biden's Electoral College victory over President Trump in the 2020 election.   Samuel Corum/Getty Images/AFP (Photo by Samuel Corum / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
Le coup de force des pro-Trump sur le Capitole
Les partisans du président sortant ont interrompu, mercredi, la session qui devait confirmer la victoire du démocrate Joe Biden, laissant l'Amérique sous le choc.

Pour lui, le Sénat n'était pas compétent dans une procédure de destitution, puisque le magnat de l'immobilier a quitté le pouvoir. Mais le message politique est clair. «Mitch McConnell sent bien que Donald Trump reste un énorme problème pour le parti républicain», a martelé Jamie Raskin, chef des procureurs démocrates. Accusation «absurde» pour un camp, président qui a «trahi» les Américains en soutenant les émeutiers pour l'autre: les avocats du milliardaire républicain et les élus démocrates chargés de porter l'accusation ont bataillé pendant les cinq jours du procès rythmé par des vidéos chocs retraçant les événements. La dernière journée aura elle aussi été menée tambour battant. Puis Patrick Leahy, élu démocrate qui présidait les débats, a déclaré solennellement: «Donald Trump est par la présente acquitté». 

«Il est temps de boucler cette mascarade politique», a tonné l'un des avocats du 45e président des Etats-Unis, Michael van der Veen, lors de son court plaidoyer samedi. «Estimer, en se basant sur les indices que vous avez vus, que M. Trump voulait réellement, et de fait a délibérément suscité une insurrection armée pour renverser le gouvernement américain, serait absurde», a-t-il asséné. Derrière cette accusation, il y a surtout la «peur» de voir Donald Trump réélu en 2024, a-t-il accusé. 

«Foule hargneuse» 

A l'inverse, Donald Trump est pour les démocrates le principal responsable des événements du 6 janvier, leur «incitateur». C'est lui qui par ses diatribes aurait suscité l'envahissement du Capitole par ses partisans en colère, au moment où le Congrès américain s'apprêtait à confirmer sa défaite à l'élection du 3 novembre. «Il est désormais évident, sans l'ombre d'un doute, que Trump a soutenu les actes de la foule hargneuse et il doit donc être condamné. 

C'est aussi simple que cela», a lancé Jamie Raskin, pendant le réquisitoire long de près de deux heures. «Au moment où nous avions le plus besoin qu'un président nous protège et nous défende, le président Trump nous a à la place délibérément trahis. Il a violé son serment» de protéger le pays, a renchéri l'un des neuf démocrates de la Chambre des représentants qui portaient l'accusation, David Cicilline. 

Selon eux, il a «attisé la hargne» de ses partisans pendant des mois avec un «grand mensonge»: en se présentant comme la victime d'une élection «volée» suite à des «fraudes» dont il n'a jamais apporté la preuve. Une fois l'assaut en cours, il a attendu de longues heures avant d'appeler ses sympathisants à «rentrer chez eux». En tout, cinq personnes sont mortes, et des centaines ont été blessées ou traumatisées, ont-ils estimé. 

Le 6 janvier dernier, une foule de manifestants s'est introduite dans le Capitole.
Le 6 janvier dernier, une foule de manifestants s'est introduite dans le Capitole.
Photo: AFP

La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, après un communiqué pointant «l'un des jours les plus sombres et l'un des actes les plus déshonorants» de l'histoire du pays, s'est montrée furieuse devant la presse, en traitant de «lâches» les sénateurs républicains qui avaient acquitté l'ex-président. «Nous censurons ceux qui utilisent la paperasse dans un mauvais but. Nous ne censurons pas ceux qui incitent à une insurrection qui tue des gens dans le Capitole», a aussi lancé Mme Pelosi. 


US President Joe Biden prepares before he addresses the nation at the "Celebrating America" event at the Lincoln Memorial after his inauguration as the 46th President of the United States in Washington, DC, January 20, 2021. (Photo by JOSHUA ROBERTS / POOL / AFP)
Biden signe 17 décrets pour gommer l'ère Trump
Le démocrate, devenu mercredi le 46e président des Etats-Unis sur un appel à «l'unité», a immédiatement pris une série de décisions marquant une nette rupture avec le mandat de son prédécesseur, qui aura déchiré les Américains et bousculé le monde.

Joe Biden espère désormais aborder une nouvelle phase de son début de présidence, débarrassé de l'ombre gênante de ce procès qui monopolisait les médias et le Congrès. Sa priorité immédiate est de voir les parlementaires voter son plan de soutien de 1.900 milliards de dollars à l'économie américaine, frappée par la pandémie de covid-19, et d'accélérer la vaccination des Américains.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'assaut du Capitole apparaît de plus en plus prémédité
Alors que le procès en destitution de l'ex-président Donald Trump s'ouvre, les dépositions et témoignages rassemblés par la justice américaine laissent penser que l'attaque du 6 janvier dernier avait en réalité été préparée bien en amont.
Biden signe 17 décrets pour gommer l'ère Trump
Le démocrate, devenu mercredi le 46e président des Etats-Unis sur un appel à «l'unité», a immédiatement pris une série de décisions marquant une nette rupture avec le mandat de son prédécesseur, qui aura déchiré les Américains et bousculé le monde.
US President Joe Biden prepares before he addresses the nation at the "Celebrating America" event at the Lincoln Memorial after his inauguration as the 46th President of the United States in Washington, DC, January 20, 2021. (Photo by JOSHUA ROBERTS / POOL / AFP)
Trump laisse juste un courrier pour Biden
A défaut de lui serrer la main, l'ex-président américain a adressé une lettre à son successeur à la Maison blanche. A défaut d'assister à la prestation de serment, le milliardaire s'est donc plié là à une tradition américaine.
(FILES) In this file photo US President Donald Trump makes his way from the Rose Garden after speaking on COVID-19 testing at the White House in Washington, DC on September 28, 2020. - President Donald Trump began his final full day in the White House on January 19, 2021 with a long list of possible pardons to dish out before snubbing his successor Joe Biden's inauguration and leaving for Florida. On January 20, 2021 at noon, Biden will be sworn in and the Trump presidency will end, turning the page on some of the most disruptive, divisive years the United States has seen since the 1960s. (Photo by MANDEL NGAN / AFP)
Les réseaux sociaux tournent le dos à Donald Trump
Après Twitter et Facebook, le site YouTube, propriété de Google, a suspendu mardi pour «au moins sept jours» la chaîne du président sortant et en a supprimé une vidéo pour motif de violation de sa politique luttant contre l'incitation à la violence.
(FILES) In this file photo the "YouTube" logo is seen on a tablet screen on December 4, 2012 in Paris. - An activist group on January 12 called for YouTube to join other social media platforms in dumping US President Donald Trump, threatening an advertising boycott campaign. (Photo by Lionel BONAVENTURE / AFP)