Changer d'édition

Toutes les options restent ouvertes concernant le Brexit
International 4 min. 21.10.2019 Cet article est archivé

Toutes les options restent ouvertes concernant le Brexit

Boris Johnson estime que Londres sortira de l'UE le 31 octobre.

Toutes les options restent ouvertes concernant le Brexit

Boris Johnson estime que Londres sortira de l'UE le 31 octobre.
Photo: AFP
International 4 min. 21.10.2019 Cet article est archivé

Toutes les options restent ouvertes concernant le Brexit

Le gouvernement de Boris Johnson a martelé ce week-end que le Brexit aurait lieu le 31 octobre comme prévu, bien qu'il ait été contraint par le Parlement d'écrire à Bruxelles pour demander un report, un coup de théâtre qui relance l'incertitude sur les modalités du divorce.

(AFP) - La journée de samedi - avec un vote historique prévu au Parlement britannique sur le nouvel accord de Brexit triomphalement annoncé deux jours plus tôt à Bruxelles - devait enfin apporter une clarification plus de trois ans après le référendum de 2016.  Mais les députés ont repoussé leur décision et les Européens se sont retrouvés dimanche avec trois lettres disant tout et son contraire. Et moins de deux semaines pour éviter une sortie sans accord qui donne des sueurs froides aux milieux économiques.   


An anti-Brexiteer waves an EU flag near the Houses of Parliament in Westminster, central London on October 17, 2019. - Britain's Prime Minister Boris JohnsonA and the European Union on Thursday reached a provisional agreement that might just see Britain leave the European Union by the October 31 deadline. (Photo by Tolga AKMEN / AFP)
L'UE et le Royaume-Uni trouvent un accord sur le Brexit
Les négociations auront perduré jusqu'à la dernière minute: peu avant le sommet européen à Bruxelles, un «deal» a finalement été approuvé.

La première lettre, non signée, demande un report de trois mois du Brexit. La deuxième, signée par Boris Johnson, dit qu'il ne veut pas de ce délai. La troisième, de l'ambassadeur britannique auprès de l'UE, Tim Barrow, précise que le report n'a été demandé que pour se plier à la loi.    

Malgré cette demande, le gouvernement a assuré dimanche que le Brexit aurait bien lieu le 31 octobre. «Nous allons sortir le 31 octobre. Nous avons les moyens et la capacité de le faire», a déclaré Michael Gove, bras droit de Boris Johnson, lors d'un entretien avec Sky News.   

Sur la BBC, le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab s'est estimé «confiant», jugeant qu' «il y avait beaucoup de gens dans l'UE qui ne veulent pas d'un report».                     

Possible report?

A Bruxelles, le président du Conseil européen Donald Tusk a indiqué samedi soir «commencer à consulter les dirigeants de l'UE sur la manière de réagir». D'après une source européenne, les consultations pourraient prendre quelques jours. Dimanche, lors d'une courte réunion à Bruxelles des ambassadeurs des 27, autour du négociateur européen du Brexit Michel Barnier, la demande a été évoquée mais pas débattue.      

«L'Union européenne garde toutes les options ouvertes, le processus de ratification de l'accord était bien engagé», a déclaré un diplomate européen sous couvert d'anonymat, ce dernier indiquant que Jeremy Corbyn, chef de l'opposition travailliste, crie pourtant déjà victoire : pour lui, «l'accord dommageable (de Boris Johnson) a été défait et malgré sa posture irritable et fanfaronne, il a dû obéir à la loi», a-t-il dit sur Twitter.     


Luxembourg's Prime minister Xavier Bettel talks to the press as he arrives for an European Union Summit at European Union Headquarters in Brussels on October 17, 2019. (Photo by ARIS OIKONOMOU / AFP)
«Cet accord est le meilleur possible»
Si les 27 pays de l'Union européenne ont validé, jeudi soir, l'accord sur le Brexit proposé par Boris Johnson, le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, a fait part de sa lassitude face à un sujet qui monopolise l'attention depuis des mois.

La loi qui a forcé à réclamer cette extension a été adoptée en septembre pour éviter un no deal, Boris Johnson s'étant dit prêt à cette option s'il s'agissait du prix à payer pour sortir le Royaume-Uni de l'UE le 31 octobre. Elle dispose que si aucun accord de sortie n'était approuvé par le Parlement d'ici au 19 octobre, le Premier ministre doit réclamer un report du Brexit au 31 janvier 2020.

Folle journée  

Johnson espérait y échapper en faisant approuver samedi son nouvel accord de retrait de l'UE. Mais par l'un de ces coups de théâtre dont la démocratie parlementaire a le secret depuis le début de cette crise, la Chambre des Communes l'a contraint samedi à s'y conformer en repoussant son vote sur l'accord.         

Cette nouvelle journée folle à Westminster a relancé la grande incertitude au Royaume-Uni sur la manière dont le pays va sortir de l'UE. Le Brexit, initialement prévu le 29 mars, a déjà été repoussé deux fois. En dépit de ce nouveau développement, la livre restait relativement stable lundi matin sur le marché des changes à 1,2910 dollar, ne cédant qu'environ 0,50% depuis vendredi soir. «On peut dire que la livre tient bon, ce qui montre que les espoirs (d'éviter un Brexit sans accord) n'ont pas été abandonnés », a affirmé Shinichiro Kadota, analyste chez Barclays Securities au Japon.   

Vent debout contre une nouvelle prolongation dommageable, Boris Johnson a assuré qu'il présenterait la semaine prochaine au Parlement la législation nécessaire à la mise en oeuvre de son accord de Brexit. «Si nous passons la législation à temps, alors il n'y a pas d'extension. Le 31 octobre est en vue», a dit Michael Gove.   

Ils pourront compter sur le soutien de certains rebelles conservateurs opposés à un no deal, ayant quitté ou été expulsés du parti. Maintenant qu'un report a été demandé pour éviter un Brexit sans accord, «je soutiendrai l'accord du Premier ministre», a annoncé l'ancienne ministre Amber Rudd.   


European Union's chief Brexit negotiator Michel Barnier (R) arrives for a meeting at the European Parliament in Brussels, on October 16, 2019. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Un sommet européen suspendu à un accord sur le Brexit
Les négociateurs européens et britanniques ont travaillé jusqu'à la dernière minute avec l'espoir de présenter un accord sur le Brexit au sommet qui s'ouvre jeudi, au risque de faire passer au second plan le sujet brûlant de l'offensive turque en Syrie.

Anticipant d'autres soutiens, le chef de la diplomatie Dominic Raab a estimé que le gouvernement avait maintenant le nombre (de voix) pour faire passer l'accord. Mais le député Keir Starmer, chargé du Brexit au sein de l'opposition travailliste, a prévenu sur la BBC: «Nous nous battrons avec des amendements».

Le Labour va notamment en déposer un visant à organiser un second référendum avec comme options la sortie de l'UE avec accord ou, finalement, un maintien dans le bloc européen. L'accord de Johnson règle les conditions du divorce après 46 ans de vie commune, permettant une sortie en douceur assortie d'une période de transition courant au moins jusqu'à fin 2020. 


Sur le même sujet

L'UE envisage un troisième report du Brexit
Le président du Conseil européen Donald Tusk a recommandé aux Etats membres d'accepter un nouveau report de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne après un vote à double tranchant des députés britanniques.
This picture taken on October 22, 2019, shows a half English and half European flag during a debate on the last EU summit and Brexit at the European Parliament in Strasbourg, eastern France. - European Commission President Jean-Claude Juncker said that the EU had done "all in our power" to ensure an orderly Brexit, but said the bloc would await British parliamentary approval for a new divorce deal before ratifying it. Juncker who started his tenure as EU President in 2014, will step down from his position on October 31, 2019. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP)
Boris Johnson privé d'adoption du Brexit
Le Premier ministre britannique s'est vu refuser, lundi, un vote du Parlement sur l'accord de Brexit décroché la semaine dernière à Bruxelles. Une nouvelle péripétie politique prolongeant la confusion à dix jours de la date prévue pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.
Les anti-Brexit ont applaudi le choix des députés qui ont adopté un amendement reportant l'approbation du Parlement.
Le sort du Brexit se joue cette semaine
D'ultimes et laborieuses tractations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne auront lieu dans les jours à venir, pour tenter de parvenir à un accord de divorce, à 17 jours de la sortie prévue du bloc européen.
A picture taken on October 11, 2019 shows the flag of the United Kingdom and the European Union waves outside at the EU headquarters in Brussels on October 11, 2019 for a meeting with EU ambassadors. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Johnson et Varadkar ravivent l'espoir d'un accord
Le Premier ministre britannique et son homologue irlandais assurent entrevoir «un chemin» vers un compromis sur la question clé de la frontière irlandaise, dans le cadre du Brexit d'ici à sa date prévue le 31 octobre.
La poignée de mains est franche et ferme entre le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar (à g.) et son homologue britannique, Boris Johnson
May une nouvelle fois «humiliée» par les députés
La presse britannique était sévère, mardi, après le vote lundi soir au Parlement d'un amendement permettant aux élus d'influer sur le processus du Brexit. Un vote qui complique encore un peu plus une affaire mal engagée.
A handout photograph released by the UK Parliament shows Britain's Minister for the Cabinet Office and Chancellor of the Duchy of Lancaster David Lidington (L), Britain's Prime Minister Theresa May (C) and Britain's Chancellor of the Exchequer Philip Hammond (R) listening to questions in the House of Commons in London on March 25, 2019 on the next steps that parliament will take in the Brexit process. - Prime Minister Theresa May admitted Monday she had still not secured the votes needed to get her Brexit deal through parliament, raising again the prospect that Britain could crash out of the European Union in two weeks' time. (Photo by Jessica TAYLOR / UK PARLIAMENT / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO /JESSICA TAYLOR/ UK Parliament"
Le chaos s'installe au Parlement britannique
Les députés britanniques ont rejeté mercredi soir de justesse une sortie de l'Union européenne sans accord, et la Première ministre, Theresa May, a annoncé dans la foulée qu'elle allait leur soumettre à nouveau son accord de Brexit, qu'ils ont déjà rejeté deux fois.
A handout photograph released by the UK Parliament on March 13, 2019 shows the main opposition Labour Party leader Jeremy Corbyn speaking during the weekly Prime Ministers Questions session in the House of Commons in London on March 13, 2019. - Britain's finance minister and business chiefs on Wednesday urged the country to avoid a "no deal" Brexit after another crushing parliamentary defeat for Prime Minister Theresa May over her EU-divorce deal with Brussels. The fast-moving Brexit saga largely overshadowed the government's budget update that slashed the 2019 economic growth forecast, with the UK economy also hit by China's slowdown and trade war tensions. MPs will decide later Wednesday whether the country should leave the European Union without a deal, with analysts expecting parliament instead to favour delaying its departure beyond the March 29 exit date, in a further vote due Thursday. (Photo by MARK DUFFY / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / MARK DUFFY / UK Parliament"