(FILES) This file photo taken on April 13, 2017 shows a combination of file pictures created on April 13, 2017 of the eleven candidates approved to run for French president as announced by the Constitutional Council on March 18. From Top L to bottom R arranged in alphabetical order : far-left Lutte Ouvriere (LO) party Nathalie Arthaud, Popular Republican Union (UPR) party Francois Asselineau, Solidarite et Progres (Solidarity and Progress) party Jacques Cheminade, right-wing Debout la France (DLF) party Nicolas Dupont-Aignan, right-wing Les Republicains (LR) party Francois Fillon, left-wing French Socialist (PS) party Benoit Hamon, independent candidate Jean Lassalle, far-right Front National (FN) party Marine Le Pen, En Marche ! movement Emmanuel Macron, far-left coalition La France insoumise Jean-Luc Melenchon and far-left New Anticapitalist Party (NPA) Philippe Poutou.
The 11 presidential election candidates will take part in a final tv show on April 20, 2017 in Paris. / AFP PHOTO / JOEL SAGET AND Eric FEFERBERG

Tout sur l'élection présidentielle française de 2017

Les 23 avril et 7 mai 2017, plus de 47.000.000 de Français sont appelés aux urnes pour désigner leur nouveau Président de la République. Retrouvez tous nos articles sur le sujet.

Mea culpaMarine Le Pen reconnaît un débat «raté»
Affirmant avoir «bien conscience que le sujet de l'euro a inquiété considérablement les Français, de manière presque irrationnelle», la présidente du FN et ex-candidate à la présidentielle a déclaré lors du journal télévisé de TF1 que «nous allons devoir en tenir compte, discuter, réfléchir».

Marine Le Pen a reconnu jeudi soir que son débat d'entre-deux-tours avait été «raté», avec «peut-être trop de fougue» pour exprimer «les très grandes craintes» d'une élection d'Emmanuel Macron, jugeant aussi une «réflexion» nécessaire sur la sortie de l'euro prônée par le FN. Lire

Retour sur la soiréeEmmanuel Macron élu président avec 66,10% des voix
French president-elect Emmanuel Macron delivers a speech at the Pyramid at the Louvre Museum in Paris on May 7, 2017, after the second round of the French presidential election.
Emmanuel Macron was elected French president on May 7, 2017 in a resounding victory over far-right Front National (FN - National Front) rival after a deeply divisive campaign, initial estimates showed. / AFP PHOTO / Patrick KOVARIK

Emmanuel Macron a été élu dimanche président de la République avec 66,10% des voix, contre 33,90% à Marine Le Pen (résultats définitifs Intérieur). Le candidat d'En Marche!, 39 ans, devient le 8e président de la Ve République avec une victoire très nette sur la candidate du Front national, 48 ans. Lire

TwitterLe Luxembourg se réjouit de la victoire de Macron

Après avoir appelé les Français à voter pour le candidat de "En Marche!", les politiques luxembourgeois n'ont pas manqué d'afficher leur joie après l'annonce des premiers résultats qui donnent Emmanuel Macron grand vainqueur de l'élection française. Lire

DébatLa France insoumise boude Macron

Abstention ou vote blanc plutôt qu'Emmanuel Macron: deux militants de La France insoumise sur trois vont bouder le candidat d'En Marche! selon les résultats de la consultation dévoilés mardi, à la veille du crucial débat télévisé entre les deux postulants à l'Elysée. Lire

Présidentielle 2017Macron en tête, Le Pen en deuxième position

Emmanuel Macron et Marine Le Pen s'affronteront au second tour de l'élection présidentielle, selon les premières estimations du premier tour publiées dimanche soir qui placent le candidat d'En Marche en tête, devant la candidate FN, puis, au coude-à-coude, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon. Lire

RéactionsLes politiques luxembourgeois appellent à voter Macron

De nombreux politiques français appellent à ne pas voter Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle. Mais c'est aussi le cas du côté du Luxembourg. Des personnalités du Grand-Duché ont émis leur avis sur le duel Emmanuel Macron/Marine Le Pen pour le second tour de l'élection en France. Lire

"En Marche Luxembourg""Macron est le seul à se préoccuper vraiment des expatriés"
Stéphane Vallance - Comité En Marche! au Luxembourg - Photo : Pierre Matgé

Le mouvement "En Marche Luxembourg", ce sont neuf comités et plus de 400 adhérents au Grand-Duché. Comment ce mouvement a-t-il pris ses racines dans le pays alors que rien n'existait il y a encore quelques mois. Stéphane Vallance, référent pour le Luxembourg, nous explique comment "toute l'aventure" a débuté et comment le mouvement d'Emmanuel Macron est le seul à se préoccuper vraiment des Français de l'étranger. Lire

A Strasbourg Fillon enfariné avant un meeting

Mis en examen dans l'enquête sur les emplois présumés fictifs de sa famille, François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, a été victime jeudi d'un enfarinage à son arrivée à un meeting à Strasbourg. Lire

Défaite pour la gaucheManuel Valls votera pour... Macron
Interrogé sur BFM TV/RMC sur le fait de savoir s'il allait voter pour le candidat d'En Marche après avoir progressivement rompu avec le candidat socialiste depuis fin janvier, M. Valls a affirmé: «Oui, parce que je pense qu'il ne faut prendre aucun risque pour la République».

Manuel Valls votera pour Emmanuel Macron dès le premier tour à l'élection présidentielle, a annoncé mercredi l'ancien Premier ministre et finaliste défait de la primaire socialiste face à Benoît Hamon, affirmant «ne vouloir prendre aucun risque pour la République» face au niveau élevé du Front national. Lire

Marine Le Pen à MetzRencontre avec ces Lorrains qui ont choisi l'extrême droite
French far-right Front National (FN) party candidate for the presidential election Marine Le Pen (C) delivers a speech during a campaign rally on March 18, 2017 in Metz, eastern France.  
 / AFP PHOTO / Jean Christophe VERHAEGEN

Ce samedi, la candidate du Front national était en meeting aux Arènes de Metz, devant près de 5.000 militants et soutiens. A 26% dans les sondages, elle est donnée vainqueur du premier tour de l'élection présidentielle. Nous sommes allés à la rencontre de ses électeurs, conquis par le rétablissement des frontières et les positions radicales du parti sur l'immigration. Lire

Election présidentielleL'accord Hamon-Jadot conclu et approuvé
Les deux hommes ont scellé leur alliance dimanche au QG de Benoît Hamon.

Après plus de trois semaines de tractations, les électeurs écologistes ont approuvé dimanche à une très large majorité l'accord conclu entre Yannick Jadot et Benoît Hamon, qui efface la candidature de l'écologiste à la présidentielle mais ne fait pas que des heureux au PS. Lire