Changer d'édition

Tout comprendre sur la destitution d'un président
International 2 min. 25.09.2019 Cet article est archivé

Tout comprendre sur la destitution d'un président

Donald Trump est le quatrième président américain à subir une procédure d'impeachment.

Tout comprendre sur la destitution d'un président

Donald Trump est le quatrième président américain à subir une procédure d'impeachment.
Photo: AFP
International 2 min. 25.09.2019 Cet article est archivé

Tout comprendre sur la destitution d'un président

Même s'il reste peu probable que Donald Trump perde son siège de président américain à la suite du déclenchement de cette procédure, le déclenchement d'une enquête à l'encontre du plus haut responsable politique US reste une mesure exceptionnelle qui a déjà conduit à des démissions.

(PJ) Les démocrates ont lancé, mardi, la première étape d’une mise en accusation solennelle de Donald Trump. Le président américain est ainsi soupçonné d’avoir demandé à son homologue ukrainien d’enquêter sur son rival politique, Joe Biden. Mais la procédure, dite d'«impeachment», est une arme constitutionnelle rarement employée. Depuis 1868, elle n'a ainsi été utilisée qu'une soixantaine de fois, et seulement à quatre reprises à l'encontre de présidents. Le reste des instructions concernant des hauts fonctionnaires.


En pratique, Donald Trump a peu de chance d'être destitué de ses fonctions
Une procédure de destitution lancée contre Donald Trump
Les démocrates ont lancé mardi à Washington la première étape d'une mise en accusation solennelle du président américain, soupçonné d'avoir demandé au président ukrainien d'enquêter sur son rival politique Joe Biden.

La procédure de destitution est prévue par l'article 2 de la Constitution américaine. Elle autorise de juger et de destituer un président (ou également le vice-président, des membres des cabinets ou des juges fédéraux…) qui se serait rendu coupable de «trahison, corruption ou autres crimes et délits majeurs», cette dernière expression n'étant pas définie précisément.

La procédure se déroule en deux étapes, mais elle peut durer de quelques jours à de longs mois : 

• Primo: la Chambre des représentants (où les démocrates sont actuellement en majorité) vote, à une majorité simple, des articles de mise en accusation détaillant les faits reprochés au président. C'est cela «l'impeachment».

• Secundo: en cas de mise en accusation, le Sénat - contrôlé par les républicains toujours fidèles à Trump - fait le procès du président, ou «impeachment trial». Si la procédure de destitution vise le chef de l'État, la Chambre haute du Congrès est présidée par le président de la Cour suprême, sinon elle l'est par le vice-président américain.

Johnson, Nixon, Clinton

Au terme des débats, qui ressemblent à une procédure pénale classique, les 100 sénateurs votent sur chaque article reproché. Il faut une majorité des deux tiers pour condamner le président. Si c'est le cas, la destitution est automatique et sans appel: le chef de l'État est immédiatement remplacé par son vice-président.

Dans l'histoire américaine, à deux reprises, des présidents concernés par ce type de procédure ont été mis en accusation par la Chambre des représentants, avant d'être acquittés par le Sénat. Il s'agissait d'Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998, pour le scandale Monica Lewinsky. En 1974, Richard Nixon n'avait pas attendu les conclusions de l'enquête dans l'affaire du Watergate pour quitter son fauteuil à la Maison Blanche.


Sur le même sujet

Trump à nouveau menacé d'un «impeachment»
A quelques jours de l'investiture de Joe Biden, les démocrates américains ont averti dimanche qu'ils sont prêts à lancer dans les prochains jours une procédure de destitution historique contre le président sortant, si le vice-président Mike Pence ne se résout pas à le démettre de ses fonctions.
(FILES) In this file photo US President Donald Trump speaks to supporters from The Ellipse near the White House on January 6, 2021, in Washington, DC. - Donald Trump faced fresh calls on January 10, 2021 from some members of his own party to resign over the violent incursion into the US Capitol, as the threat builds for a historic second impeachment effort in his final 10 days in the White House.With the January 20 inauguration of Democrat Joe Biden fast approaching -- and with the country hit by a surging pandemic, a flagging economy, and searing division -- resignation "is the best path forward," Republican Senator Pat Toomey told CNN, adding, "That would be a very good outcome." (Photo by Brendan Smialowski / AFP)
«Trump a commis des actes passibles de destitution»
Trois professeurs de droit ont jugé mercredi que l'enquête en destitution contre le président américain était justifiée et même nécessaire pour protéger la démocratie américaine, s'attirant les foudres des élus républicains.
Pamela Karlan, de l'université Stanford, a accusé Donald Trump d'avoir commis «un abus de pouvoir particulièrement grave»
Trump mérite-t-il d'être destitué?
Les faits reprochés au président américain sont-ils suffisamment graves pour justifier sa destitution? Après deux mois d'enquête, le Congrès entame ce mercredi le débat juridique en s'appuyant sur les «preuves accablantes» que les démocrates disent avoir rassemblées contre le président américain.
Donald Trump a jusqu'ici refusé de coopérer à une enquête qu'il qualifie de «farce» ou de «chasse aux sorcières»
Nancy Pelosi, la première opposante mal-aimée à Donald Trump
Fine connaisseuse des arcanes du pouvoir, Nancy Pelosi pourrait redevenir la femme la plus puissante de la politique américaine après la victoire des démocrates à la Chambre des représentants, mais elle devra négocier avec ceux qui, dans son camp, appellent au renouvellement.
Nancy Pelosi est élue depuis une trentaine d'années dans la très progressiste métropole californienne de San Francisco.