Changer d'édition

Tout bronzé et -peut-être- tout nu à la côte belge
International 3 min. 09.04.2021 Cet article est archivé

Tout bronzé et -peut-être- tout nu à la côte belge

La seule plage naturiste (officielle) du littoral belge avait été fermée l'an dernier.

Tout bronzé et -peut-être- tout nu à la côte belge

La seule plage naturiste (officielle) du littoral belge avait été fermée l'an dernier.
Photo: AFP / archives
International 3 min. 09.04.2021 Cet article est archivé

Tout bronzé et -peut-être- tout nu à la côte belge

Max HELLEFF
Max HELLEFF
La seule plage naturiste du littoral devrait être rouverte cet été, du moins si le covid le permet.

De notre correspondant, Max Helleff (Bruxelles) - Le naturisme est un mode de vie suffisamment confidentiel en Belgique pour que l’agence Belga ait cru bon de reprendre la nouvelle : la plage naturiste de Bredene va rouvrir. Steve Vandenberghe, le bourgmestre socialiste de cette commune située au nord d’Ostende, a confirmé l’information.

La seule plage naturiste (officielle) du littoral belge avait été fermée l'an dernier. Il fallait récupérer de l’espace pour permettre aux très nombreux baigneurs «textiles» de profiter des lieux dans le respect des normes de distanciation sanitaires. Mais ce temps-là serait révolu et le bourgmestre Vandenberghe veut rendre quelques hectares de sable fin aux naturistes dès l’été prochain.


An aerial view of the seaside resort town of Ostende, Belgium is shown on Tuesday, Sept. 9, 2003. More than 10 tons or 3,000 gallons of oil leaked from the car carrier Tricolor which sank in the North Sea in December of 2002.  Most of the slick has disappeared, maritime officials said Tuesday, reducing the threat of pollution to the Dutch and Belgian coastline for now. (AP Photo/Virginia Mayo)
Vacances de Pâques sous tension à la mer du Nord
Manque de trains, toilettes publiques en nombre insuffisant et police sous pression : la côte belge s’attend à vivre des mois difficiles.

L’endroit a ses fans. Un site dédié au naturisme précise que «la plage est longue de 250 mètres et située à l'est dans une partie sauvage, sans construction», non loin de l'arrêt du tramway côtier «Bredene Renbaan». Elle dispose d'un petit poste de secours et la baignade est surveillée par des maîtres-nageurs. Les chiens et les chevaux y sont aussi autorisés mais pas les vélos…

Le bourgmestre de Bredene parie de toute évidence sur un retour à la normale. Encore faut-il que cet optimisme soit confirmé par les faits. L’été dernier, la côte belge avait été mise plus d’une fois sous pression par l’afflux massif de touristes d’un jour. Le 8 août, une bagarre avait éclaté à Blankenberge après que la police eut demandé à un groupe de jeunes de quitter la plage qui était à saturation. Pour éviter de nouvelles contraintes et l’éventualité de tels incidents, il faudra donc que la situation soit sous contrôle. Les autorités locales ont déjà averti qu’elles ne se laisseraient plus déborder.

La côte fera pourtant le plein cet été. Même si les frontières rouvrent, un nombre important de Belges et de ressortissants des Etats limitrophes devraient prendre leurs vacances sur le littoral pour éviter les inévitables tracasseries sanitaires. Dans le meilleur des cas de surcroît, la Belgique ne passera  le cap critique des 70% de vaccinés qu’à la fin de l’été. D’ici là, les non-vaccinés réfléchiront à deux fois avant de quitter le pays. Le bourgmestre de Bruges, Dirk De fauw, estime qu’il est actuellement encore «très difficile de savoir quelles options de voyage nous aurons l'été prochain. C'est pourquoi de nombreuses personnes s'assurent déjà de passer des vacances sur la côte belge.»


Entamés depuis 2007, les travaux de modernisation de la ligne Bruxelles-Luxembourg pourraient bénéficier d'un nouveau coup de pouce de la Commission.
Un chemin de croix ferroviaire vers la côte belge
Les places dans les trains seront comptées pour des raisons sanitaires à partir du 3 avril, rendant particulièrement compliqué le tourisme d’un jour.

Certains signes ne trompent pas. Selon le quotidien flamand Het Nieuwsblad, on assiste à une véritable ruée sur les cabines de plage. «Toutes les places à Blankenberge ont déjà été prises», écrit-il en précisant qu’un millier de ces maisonnettes y ont été louées en un rien de temps. La demande a augmenté de 20%. Phénomène identique à Zeebruges. Par le passé pourtant, un certain nombre d’entre elles ne trouvaient pas de locataires, même pendant la saison estivale. «En période d'incertitude, de plus en plus de gens choisissent leur propre étendue de plage, où c'est toujours un peu les  vacances», déclare le conseiller communal Benny Herpoel.

De là à penser que le covid va créer de nouveaux usages balnéaires, il y a un pas que certains n’hésitent pas à franchir. «Maintenant que ces endroits sont recherchés, ils seront moins susceptibles d'être libérés. Il existe également un système selon lequel les endroits les plus recherchés seront d'abord mis à la disposition des concessionnaires actuels dès qu'ils seront disponibles. En revendiquant une place, vous êtes immédiatement dans le système», détaille en bon vendeur l'élu de Blankenberge.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet