Changer d'édition

Tolérance zéro pour les réfractaires au confinement
International 3 min. 28.03.2020 Cet article est archivé

Tolérance zéro pour les réfractaires au confinement

Les policiers n'ont de cesse de déplorer l'indiscipline de nombreux Belges

Tolérance zéro pour les réfractaires au confinement

Les policiers n'ont de cesse de déplorer l'indiscipline de nombreux Belges
Photo: AFP
International 3 min. 28.03.2020 Cet article est archivé

Tolérance zéro pour les réfractaires au confinement

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Les Belges resteront confinés jusqu’au 19 avril. Les mesures actuellement d’application sont maintenues. Tout écart sera puni.

De notre correspondant, Max Hellef (Bruxelles) -  Le Conseil national de sécurité a décidé vendredi en fin d’après-midi de prolonger le confinement généralisé auxquels sont astreints les Belges depuis le 17 mars, et cela jusqu'au 19 avril. La mesure, qui est perçue comme étant la plus efficace pour faire front au coronavirus, pourra être prolongée si nécessaire jusqu'au 3 mai.

Pendant quatre heures, les autorités fédérales et fédérées (Régions et Communautés) ont discuté ferme avant de trouver un accord. Outre le prolongement du confinement, elles ont opté en définitive pour un renforcement des mesures de coercition afin de le faire respecter. Des amendes avec perception immédiate seront imposées à ceux qui n'observent pas les règles de la distanciation sociale.  «Ceci n’est plus une phase de prévention, a martelé la Première ministre, Sophie Wilmès (MR). Il y va de la santé de tout le monde.»


This picture taken on March 25, 2020 shows Manneken-Pis statue that wears a protective mask support of medical workers in Brussels, Belgium, 25 March 2020, as a strict lockdown comes into effect to stop the spread of the COVID-19, the disease caused by the novel coronavirus (Photo by Aris Oikonomou / AFP)
La Belgique se prépare à un confinement plus musclé
De la bienveillance à la répression : la police devrait désormais se montrer intraitable dans l’application des mesures décidées jusqu'ici. Confirmation ce vendredi.

Le renforcement des mesures de confinement n'étonne personne, bien que le nombre des hospitalisations ait sensiblement baissé vendredi (490 contre 605 la veille). Selon l'épidémiologiste Marius Gilbert, il y aurait aujourd'hui en Belgique autour de 100.000 personnes présentant des symptômes grippaux, vraisemblablement liés au Covid-19. Le pic des hospitalisations ne devrait être atteint qu'aux premiers jours d'avril. Vendredi midi, 289 décès étaient attribués au virus. 

Les règles, pourtant, sont claires. Les déplacements sont fortement limités, les écoles et les universités sont fermées, les commerces «non essentiels» mis à l’arrêt, la distanciation sociale et l'hygiène de base sans cesse ressassées, etc. Mais dans les faits, les policiers n'ont de cesse de déplorer l'indiscipline de nombreux Belges. Le ministre de l'Intérieur, le chrétien-démocrate flamand Pieter De Crem, n'a toutefois pu obtenir l'aval de ses partenaires quant à la possibilité de faire respecter le confinement jusqu'au cœur des maisons.

Maggie De Block dans le collimateur

Pour Emmanuel André, la voix du comité interfédéral Covid-19, «il y a pourtant une règle simple: si les mesures sont à moitié appliquées, le temps nécessaire pour qu'elles aient un effet sera deux fois plus long.» Le monde médical craint d'être débordé dès ce week-end. Pour traverser cette tempête, le gouvernement fédéral de Sophie Wilmès s'est vu accorder jeudi les pouvoirs spéciaux par le Parlement. 104 voix pour, 8 votes contre venus des rangs communistes et 16 abstentions (Vlaams Belang, extrême droite flamande). Le mandat est valable pour trois mois, renouvelable une fois. Il ne concerne que la lutte contre le Covid-19 et reste soumis à l'approbation a posteriori du Parlement.

Lorsque le virus aura été vaincu commencera sans nul doute un vaste règlement de comptes. Il aura pour principale cible la ministre de la Santé Maggie De Block (OpenVLD), accusée par ses opposants d’avoir géré de manière calamiteuse cette crise (pénurie de masques et de tests réactifs; lenteur dans les décisions, etc.) mais aussi d’avoir piloté ces dernières années les réformes du système de soins de santé en ne tenant compte que des impératifs comptables.


Belgian Minister of Health, Social Affairs, Asylum Policy and Migration Maggie De Block attends a press conference after a Minister's council of the Federal Government, on March 20, 2020 in Brussels, on the support plans for economic and social consequences of the COVID-19 pandemic caused by the novel cronavirus. (Photo by Daina LE LARDIC / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Maggie De Block, une ministre belge dans la ligne de mire
La libérale flamande devra rendre des comptes sur la pénurie de masques. Seule l’urgence de la situation lui sauve la mise pour l'instant.

Jeudi à la Chambre, la tension est montée de plusieurs crans. Seule l’urgence a dissuadé les parlementaires d'en découdre. Mais alors que certaines projections fixent déjà le déficit public à quelque 30 milliards d’euros au terme de cette crise sanitaire (contre 12 milliards actuellement), deux camps se dessinent: l’un qui entend revenir à la situation antérieure et l’autre qui ne veut plus du «vieux monde». Ici comme ailleurs, l’épidémie pourrait transformer en profondeur le pays.   

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

France et Belgique prolongent le confinement
Les Premiers ministres français, Edouard Philippe, et belge, Sophie Wilmès annoncent ce vendredi de concert le renouvellement des mesures strictes dans leur pays respectif. A savoir jusqu'au 15 avril dans l'Hexagone, et jusqu'au 19 dans le Royaume.
A picture taken on March 27, 2020 in Paris, shows the empty rue de Rivoli street, as the country is under lockdown to stop the spread of the Covid-19 pandemic caused by the novel coronavirus. (Photo by BERTRAND GUAY / AFP)
Les réanimateurs doivent faire le «tri» entre les malades
Coronavirus ou pas, choisir de placer ou non un malade sous respirateur artificiel est le lot quotidien des médecins réanimateurs. Mais l'épidémie actuelle risque de les contraindre à un «tri» à grande échelle soulevant des questions éthiques.
A medical staff wearing a protective suit unloads a woman from an ambulance on a  stretcher at the Emile Muller Hospital in Mulhouse, eastern France, on March 22, 2020, on the sixth day of a strict lockdown in France to stop the spread of COVID-19 (novel coronavirus). (Photo by SEBASTIEN BOZON / AFP)
Un gouvernement anticoronavirus en Belgique
Le gouvernement, en minorité au Parlement depuis fin 2018, a obtenu ce jeudi la confiance d'une majorité de députés pour se consacrer exclusivement à des mesures destinées à endiguer la propagation du nouveau coronavirus.
Belgian Prime Minister Sophie Wilmes delivers a speech during a plenary session of the chamber at the federal parliament, in Brussels,on March 19, 2020. - Due to the restrictive measures concerning the corona virus, only the chiefs of the party groups will be present during the discussion. (Photo by DIRK WAEM / Belga / AFP) / Belgium OUT
La Belgique confinée jusqu'au 5 avril
Le royaume impose un confinement général à partir de ce mercredi midi et ce jusqu'au 5 avril pour restreindre la circulation des personnes. Comme chez ses voisins, l'objectif est de contenir la propagation du coronavirus dans le pays.
Belgian Prime Minister Sophie Wilmes gives a press conference following a meeting of the National Safety Council on the Covid-19 (Coronavirus) , on March 17, 2020 in Brussels. - Belgians must stay at home from midday on March 18, 2020 until at least April 5 in case they spread the coronavirus further, Prime Minister Sophie Wilmes said on March 17, 2020. (Photo by Bert VANDENBROUCKE / various sources / AFP) / Belgium OUT