Changer d'édition

De graves failles de sécurité dans le nucléaire belge
International 05.10.2016 Cet article est archivé
Tihange et Doel

De graves failles de sécurité dans le nucléaire belge

La centrale nucléaire de Tihange.
Tihange et Doel

De graves failles de sécurité dans le nucléaire belge

La centrale nucléaire de Tihange.
Shutterstock
International 05.10.2016 Cet article est archivé
Tihange et Doel

De graves failles de sécurité dans le nucléaire belge

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
Vingt-six failles de sécurité ont été mises en évidence par un audit de la compagnie belge Electrabel, opérateur des centrales nucléaires de Tihange (située à environ 150 km du Luxembourg) et Doel.

(wort.lu) - Vingt-six failles de sécurité ont été mises en évidence par un audit de la compagnie belge Electrabel, opérateur des centrales nucléaires de Tihange (située à environ 150 km du Luxembourg) et Doel.

Des tests de protection des données ont été effectués au sein des deux centrales nucléaires. Or les documents concernant les codes de sécurité d'accès aux sites ainsi que les serveurs internet ne sont pas suffisamment protégés, d'après l'édition de mercredi du quotidien belge Sudpresse. La gestion de la sécurité de ces centrales ne serait donc pas conforme à la loi.

La traçabilité de documents électroniques, marqués "confidentiel" ou "secret", n'est pas garantie. Certains locaux ne sont pas équipés de déchiqueteuse pour se débarrasser de documents sensibles sans qu'une autre personne puisse en faire usage.

Les mails comme leurs pièces jointes ne sont pas cryptés, rendant les communications vulnérables aux hackers.

Certains de ces documents étaient accessibles depuis d'autres ordinateurs que ceux installés dans des pièces à accès restreint. Du personnel non habilité a pu y accéder.

Les plans de sécurité entre des mains inconnues

Les accès sécurisés du personnel aux postes de contrôle des centrales se font grâce à des "pass" personnalisés, dont la gestion a été confiée à une société externe.

Une société d'origine nord-américaine, de surcroît inconnue d'Electrabel, est en possession d'informations récentes sur la sécurisation des sites.

De plus, des documents secrets ont été détruits sans même que les chefs de la sécurité des centrales en soient avisés.

Les codes d'accès aux installations n'ont pas été systématiquement changés, ce qui pourrait permettre à d'anciens employés de conserver leur accès aux installations.

Le rôle des responsables de la sécurité n'est pas suffisamment détaillé.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.