Changer d'édition

Thierry Breton adoubé par les eurodéputés
International 2 min. 14.11.2019

Thierry Breton adoubé par les eurodéputés

Thierry Breton a promis jeudi devant les eurodéputés d'être «radical» pour éviter les conflits d'intérêts avec son ancienne fonction de PDG du groupe Atos

Thierry Breton adoubé par les eurodéputés

Thierry Breton a promis jeudi devant les eurodéputés d'être «radical» pour éviter les conflits d'intérêts avec son ancienne fonction de PDG du groupe Atos
Photo: AFP
International 2 min. 14.11.2019

Thierry Breton adoubé par les eurodéputés

Le Parlement européen a donné jeudi son feu vert au candidat français pour qu'il devienne commissaire européen au Marché unique et au Numérique, malgré les risques de conflit d'intérêts soulevés par certains groupes politiques.

(AFP) - La candidature de Thierry Breton, ancien PDG d'Atos, a été approuvée par le PPE (droite), les libéraux de Renew, le groupe socialiste et démocrates et les conservateurs d'ECR. La gauche radicale, les écologistes et l'extrême droite, minoritaires, ont eux demandé que des clarifications supplémentaires lui soient réclamées par écrit. Cette approbation intervient après l'échec essuyé par la France avec la candidature de Sylvie Goulard.

«J'ai hâte de me mettre au travail pour mettre en œuvre la vision que j'ai  développée devant le Parlement européen», a réagi M. Breton. La présidence française a salué «une très bonne nouvelle».

Lors de son audition, celui qui deviendra la premier grand patron de l'histoire de l'UE commissaire européen, s'est efforcé d'apaiser les craintes des eurodéputés. Face aux risques de conflits d'intérêts, «il n'y a qu'une seule solution, être radical. Je dis bien radical», a promis l'ancien ministre de l'Économie (2005-2007), dont le large portefeuille économique comprend plusieurs secteurs directement en lien avec son ancienne entreprise.

Le candidat hongrois recalé

M. Breton a dit son intention de se récuser sur les sujets qui concerneraient directement Atos, par exemple «des contrats» qui seraient passés avec l'UE. Mais de manière plus globale, il a exclu de se dessaisir des questions portant sur les secteurs sur lesquels évolue Atos, comme l'intelligence artificielle, la cybersécurité et les supercalculateurs. «Ce serait une aberration», a-t-il tranché, répétant à plusieurs reprises qu'il serait «commissaire sur l'ensemble du portefeuille.»   

Outre M. Breton, la commissaire roumaine Adina Valean, également auditionnée, a été approuvée aux Transports. En revanche, le candidat hongrois à la Commission européenne, Oliver Varhelyi, n'est pas parvenu à convaincre les eurodéputés au cours de son audition et devra répondre à des questions écrites avant une éventuelle deuxième audition la semaine prochaine.

Les socialistes, les écologistes, la gauche radicale ainsi que les libéraux de Renew ont voté contre lui, certains le jugeant inadapté pour le portefeuille qu'il brigue, l'Élargissement, d'autres parce qu'ils réclament des clarifications supplémentaires.

Le candidat hongrois, Oliver Varhelyi, n'est pas parvenu à convaincre les eurodéputés au cours de son audition et devra répondre à des questions écrites
Le candidat hongrois, Oliver Varhelyi, n'est pas parvenu à convaincre les eurodéputés au cours de son audition et devra répondre à des questions écrites
Photo: AFP

M. Varhelyi a assuré pendant son audition qu'il travaillerait en totale «indépendance» vis-à-vis du gouvernement du Premier ministre hongrois Viktor Orban dont la politique fait régulièrement grincer des dents à Bruxelles.

 Ces auditions constituaient les derniers obstacles à franchir pour la prochaine présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, qui peine à mettre en place son équipe. L'Allemande semble désormais en bonne position pour remplir l'objectif d'une prise de fonctions, déjà retardée d'un mois, le 1er décembre.


Sur le même sujet

Cinq ans de travail pour Nicolas Schmit
Depuis ce mercredi matin, c'est officiel: le socialiste luxembourgeois est bien commissaire européen en charge de l'Emploi aux côtés de la présidente von der Leyen. Son mandat le place au cœur d'une des préoccupations centrales des citoyens de l'Union.
European Commissioner-designate in charge of Jobs, Nicolas Schmit from Luxembourg gestures as he attends his confirmation hearing before the European Parliament in Brussels, on October 1, 2019. (Photo by Aris Oikonomou / AFP)
Thierry Breton proposé comme commissaire européen
Deux semaines après le rejet de Sylvie Goulard, Emmanuel Macron vient de proposer l'actuel PDG du groupe Atos et ex-ministre de l'Économie, comme nouveau membre français à la Commission européenne. Un choix déjà contesté.
Thierry Breton a déjà travaillé par le passé avec celle qui assumera la présidence de la Commission européenne.
Sylvie Goulard ne sera pas commissaire européen
La Française a vu sa candidature rejetée à une forte majorité par les eurodéputés qui l'auditionnaient pour la seconde fois ce jeudi. Un revers pour le président Macron qui l'avait lui-même choisie.
Sylvie Goulard se voir reprocher une possible implication dans une affaire d'emploi fictif au sein du Parlement européen.
Nicolas Schmit attend les autres commissaires
Si pour le futur commissaire européen à l'Emploi, «l'examen de passage» s'est bien déroulé au Parlement européen, d'autres prétendants pour de hautes fonctions auprès d'Ursula von der Leyen ont déjà été retoqués. Les candidats roumains et hongrois doivent ainsi être remplacés.