Changer d'édition

Theresa May s'efface
International 4 min. 07.06.2019

Theresa May s'efface

Theresa May s'efface

Photo: AFP
International 4 min. 07.06.2019

Theresa May s'efface

La Première ministre britannique quitte vendredi la tête du Parti conservateur, ouvrant officiellement la course à sa succession pour régler la question du Brexit.

(AFP, MA) - Il lui incombait de détricoter plus de quarante ans de liens avec l'UE, mais aussi de rallier les Britanniques derrière une vision du Brexit susceptible de combler le fossé entre partisans et opposants à ce divorce historique, le premier dans le club européen. Theresa May (62 ans), n'a pas su relever le défi. Elle avait pris les rênes de l'exécutif en juillet 2016, peu après que les Britanniques eurent voté à 52% en faveur de la sortie de l'Union européenne lors du référendum du 23 juin. Son accord de Brexit, négocié pendant de longs mois avec Bruxelles et censé organiser une sortie en douceur de l'UE, a été rejeté à trois reprises par les députés britanniques, autant de défaites humiliantes pour la Première ministre

Un départ sur un échec 

Après sa démission de la tête du parti conservateur, qui ne devait donner lieu à aucun événement officiel vendredi, Theresa May restera en fonctions jusqu'à la désignation du son successeur par les tories, d'ici la fin juillet. Au Royaume-Uni, le poste de Premier ministre échoit de droit au chef du parti qui réunit une majorité au Parlement. Au cours des prochaines semaines, Theresa May «continuera à travailler pour les gens de ce pays. Quant au Brexit, la Première ministre a indiqué que ce ne serait pas à elle de faire avancer ce processus, mais à son successeur», a relevé jeudi son porte-parole. A court de munitions pour éviter une sortie sans accord - le «no deal» redouté par les milieux économiques -, Theresa May avait été contrainte de repousser au 31 octobre la date du Brexit, initialement programmé le 29 mars. 


Selon les médias, la Première ministre britannique quittera ses fonctions en le 7 juin prochain.
Theresa May jette l'éponge
La Première ministre britannique a confirmé ce vendredi qu'elle quittera la tête du parti conservateur le 7 juin prochain. Son départ avait été présenté comme imminent par la presse britannique.

Des atermoiements que les Britanniques ont lourdement sanctionnés dans les urnes, reléguant à la 5e place le parti tory lors des élections européennes du 23 mai. Usée par le Brexit, mais aussi par les complots et critiques incessantes dont elle a fait l'objet au sein de son parti, profondément divisé sur la question, Theresa May avait annoncé le 24 mai sa démission lors d'une allocution devant le 10, Downing Street. Au bord des larmes, la voix brisée, elle avait précipité la fin de son intervention pour se réfugier dans ses bureaux, masquant ainsi l'émotion qui la submergeait. 

Place à Boris Johnson?

Theresa May laissera donc au prochain chef de l'exécutif britannique le soin de remettre le Brexit sur les rails, soit en renégociant un nouvel accord avec Bruxelles, soit en optant pour une sortie sans accord, deux scénarios qui sont d'ores et déjà au coeur de la course à sa succession. Parmi les onze candidats en lice, le député conservateur Boris Johnson, ancien maire de Londres, ancien ministre des Affaires étrangères et champion des Brexiters, fait figure de favori. 

Très apprécié par les militants de la base du Parti conservateur, Boris Johnson, 54 ans, politicien habile et charismatique, suscite en revanche des réactions plus contrastées du côté des députés tories, qui doivent sélectionner deux candidats ensuite départagés par les militants. En s'adressant mardi soir à des députés du parti, il a prévenu que les conservateurs étaient menacés de «disparition» si le Brexit n'était pas mis en oeuvre le 31 octobre. 

Il s'est présenté comme un rempart contre la montée du populiste Nigel Farage, dont le Parti du Brexit, fondé il y a quelques mois, est arrivé largement en tête des élections européennes et aspire désormais à mettre fin au bipartisme qui domine la vie politique britannique, entre conservateurs et opposition travailliste. La formation europhobe devra toutefois patienter pour réaliser cet objectif: alors qu'elle avait la chance de remporter son premier siège au Parlement de Westminster lors d'une législative partielle, jeudi à Peterborough (est de l'Angleterre), son candidat a obtenu environ 29% des voix, arrivant deuxième derrière le Labour (environ 31%) qui parvient ainsi à garder son siège de député. Le parti conservateur a lui récolté 21% des voix, en troisième position. 


Boris Johnson est officiellement entré dans la course à la succession de Theresa May ce lundi.
Boris Johnson se lance en campagne
L'ex-maire de Londres, et favori dans la course à la succession de la Première ministre britannique Theresa May, a promis que le Brexit aurait lieu le 31 octobre, «avec ou sans accord».


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Duel de favoris aux portes du 10 Downing Street
Il n'en reste plus que deux: le chouchou des pro Brexit, Boris Johnson affrontera le chef de la diplomatie, Jérémy Hunt, en finale pour succéder à la Première ministre britannique, Theresa May le mois prochain.
In a handout picture released by the British Broadcasting Corperation (BBC) on June 18, 2019 Conservative Party leadership contender Conservative MP Boris Johnson (L) checks his watch seated next to Britain's Foreign Secretary Jeremy Hunt (R) during a BBC television leadership debate in London on June 18, 2019. - The UK leadership race narrowed to five in a second vote by MPs on June 18 with the remaining contenders taking part in a televised debate organised by the BBC. (Photo by JEFF OVERS / BBC / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / JEFF OVERS-BBC " - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS TO REPORT ON THE BBC PROGRAMME OR EVENT SPECIFIED IN THE CAPTION - NO ARCHIVE - NO USE AFTER  JULY 9, 2019 /
Boris Johnson se lance en campagne
L'ex-maire de Londres, et favori dans la course à la succession de la Première ministre britannique Theresa May, a promis que le Brexit aurait lieu le 31 octobre, «avec ou sans accord».
Boris Johnson est officiellement entré dans la course à la succession de Theresa May ce lundi.
Le Brexit sans accord est un «suicide politique»
Le ministre des Affaires étrangères britannique Jeremy Hunt a averti lundi soir, que chercher à sortir de l'UE sans «deal» serait désastreux pour les Conservateurs, après le triomphe du Parti du Brexit aux élections européennes.
L'actuel ministre des Affaires étrangères britannique Jeremy Hunt (parti Conservateur) brigue la succession de Theresa May.
Le «plan B» de Theresa May ne convainc personne
La Première ministre britannique n'a réussi à obtenir le soutien ni de sa majorité, ni de l'opposition au Parlement avec sa proposition de la «dernière chance» pour mettre en oeuvre le Brexit. Elle se retrouve, mercredi, une nouvelle fois dans une impasse.
A video grab from footage broadcast by the UK Parliament's Parliamentary Recording Unit (PRU) shows Britain's Prime Minister Theresa May answers a question during the weekly Prime Minister's Questions (PMQs) session in the House of Commons in London on May 22, 2019. - British Prime Minister Theresa May's final bid to salvage her EU divorce deal appeared doomed on May 22 as pro-Brexit Conservatives and opposition MPs rejected her attempts at a compromise to end months of deadlock. (Photo by HO / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / PRU " - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS