Changer d'édition

Theresa May reprend les discussions sur le Brexit
International 3 min. 23.04.2019 Cet article est archivé

Theresa May reprend les discussions sur le Brexit

Theresa May reprend les discussions sur le Brexit

AFP
International 3 min. 23.04.2019 Cet article est archivé

Theresa May reprend les discussions sur le Brexit

Le dossier est de retour mardi au menu des Britanniques après la pause de Pâques. La Première ministre britannique va ainsi tenter de débloquer la situation, face à de nouvelles tentatives pour la pousser dehors.

AFP - Il ne reste plus qu'un mois au gouvernement britannique, qui se réunit en fin de matinée lors d'un Conseil des ministres, pour faire adopter son accord de divorce conclu avec l'Union européenne s'il veut éviter de participer aux élections européennes, prévues le 23 mai au Royaume-Uni.


(FILES) This file photo taken on June 22, 2016 shows A Union flag flies in the wind in front of the Big Ben clock face and the Elizabeth Tower at the Houses of Parliament in central London.
Britain's referendum vote to leave the European Union has pitted parents against children, cities against rural areas, north against south and university graduates against those with fewer qualifications. "What the government is now faced with is not only the economic consequences of a break with the EU, but a fracturing of the United Kingdom," said Rodney Barker, emeritus professor of government at the London School of Economics. / AFP PHOTO / JUSTIN TALLIS
Brexit: les Britanniques votent la sortie de l'UE
Le référendum organisé le jeudi 22 juin a signé la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne.

Les préparatifs pour ce scrutin sont pourtant déjà bien engagées. L'europhobe Nigel Farage a lancé la campagne de son Parti du Brexit le 12 avril tandis que le parti pro-européen «Change UK», rassemblant d'anciens travaillistes et conservateurs, présente ses têtes de liste mardi. Mais Mme May a l'intention d'annuler ces élections, qui interviennent trois ans après le vote pour le Brexit, si elle parvient à faire adopter d'ici le 22 mai le Traité de retrait de l'UE par les députés britanniques, de retour au Parlement mardi après-midi.

Les élus ont déjà rejeté ce texte, conclu fin novembre, à trois reprises contraignant la dirigeante conservatrice à demander un report de la date du Brexit, initialement prévu le 29 mars, au 12 avril, puis au 31 octobre. Pour tenter sortir de l'impasse, elle a entamé début avril des discussions avec l'opposition travailliste pour trouver un compromis. Elles doivent reprendre dans la journée, après onze jours de pause.

«Faire le point»

Avant les vacances de Pâques, elles semblaient toutefois mal engagées, le chef du Labour Jeremy Corbyn reprochant à Mme May de refuser de «modifier ses lignes rouges». La Première ministre veut un retrait de l'union douanière et du marché unique européen, afin que son pays puisse nouer ses propres relations commerciales et contrôler l'immigration en provenance de l'UE. Or les travaillistes veulent eux rester dans l'union douanière et maintenir les relations les plus étroites possible avec l'UE.

La reprise des pourparlers dans la journée doit permettre de «faire le point», selon le vice-Premier ministre, David Lidington. Mais si aucune solution n'émerge, le gouvernement proposera au Parlement une série d'options sur le Brexit «avec un système (...) obligeant le Parlement à choisir l'option qu'il préfère, au lieu de voter contre tout», a-t-il précisé.

Lors d'une série de votes indicatifs en mars et début avril, les députés avaient en effet recalé toutes les propositions alternatives, qu'ils avaient eux-mêmes formulées, sur la future relation avec l'UE.

Date de départ

Du côté des conservateurs, les yeux sont rivés sur le comité 1922, responsable de leur organisation interne, qui doit se réunir dans la journée pour discuter, selon la presse britannique, du départ de Theresa May.


May arrache un sursis de six mois pour le Brexit
Les dirigeants européens et Theresa May sont tombés d'accord dans la nuit de mercredi à jeudi pour un report du Brexit pouvant aller jusqu'au 31 octobre, écartant provisoirement le spectre d'une séparation brutale.

La dirigeante a promis de démissionner dès que son accord de divorce avec l'UE serait adopté, un engagement loin de satisfaire les tenants d'un Brexit dur qui veulent la voir partir au plus vite et réclament qu'elle fixe une date. Face à "la ridicule perspective d'élections" européennes, Nigel Evans a dit «espérer une annonce aujourd'hui» de la Première ministre. Une telle annonce permettrait de commencer «la procédure» pour changer de dirigeant «immédiatement», a estimé cette figure du comité 1922 sur la radio BBC4.

Si elle s'y refuse, certains veulent la lui imposer. Mais le comité 1922 devrait d'abord approuver une modification de son règlement. En effet, Theresa May a remporté une motion de défiance organisée par son parti en décembre, ce qui lui laissait un délai de 12 mois avant qu'un tel scénario ne puisse se reproduire.

Le comité pourrait voter mardi de raccourcir ce sursis de 12 à 6 mois, c'est-à-dire au 12 juin. Pour Nigel Evans, un changement de gouvernance est d'autant plus important que, selon lui, 40% des conseillers municipaux conservateurs sont désormais susceptibles de soutenir le jeune parti du Brexit, mené par l'europhobe Nigel Farage. Dans un sondage la semaine dernière, il était donné favori aux élections européennes.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Première ministre britannique a confirmé ce vendredi qu'elle quittera la tête du parti conservateur le 7 juin prochain. Son départ avait été présenté comme imminent par la presse britannique.
Selon les médias, la Première ministre britannique quittera ses fonctions en le 7 juin prochain.
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a appelé l'UE à aller de l'avant sans se laisser entraver par le Brexit, affirmant qu'il n'envisageait pas de report du départ britannique au-delà de la nouvelle date butoir du 31 octobre.
European Commission President Jean-Claude Juncker speaks during a debate on the future of Europe during a plenary session at the European Parliament on April 17, 2019 in Strasbourg, eastern France. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP)
Les dirigeants européens et Theresa May sont tombés d'accord dans la nuit de mercredi à jeudi pour un report du Brexit pouvant aller jusqu'au 31 octobre, écartant provisoirement le spectre d'une séparation brutale.
Le gouvernement britannique et l'opposition travailliste poursuivent jeudi leurs discussions pour trouver un compromis permettant à Londres de quitter l'Union européenne avec un accord, au lendemain d'un vote des députés en faveur d'un report de la date du Brexit.
TOPSHOT - Pedestrians walk past placards featuring Britain's Prime Minister Theresa May and opposition Labour party leader Jeremy Corbyn near the Houses of Parliament in central London on April 3, 2019. - Prime Minister Theresa May was to meet on Wednesday with the leader of Britain's main opposition party in a bid to thrash out a Brexit compromise with just days to go until the deadline for leaving the bloc. (Photo by Tolga Akmen / various sources / AFP)
La Première ministre britannique réclamera aux dirigeants européens un nouveau report du Brexit, a-t-elle annoncé mardi soir à l'issue d'un conseil des ministres de crise de sept heures. Elle a également l'intention de se tourner vers Jeremy Corbyn, leader de l'opposition.
«Un accord reste la meilleure solution», estime Theresa May.