Changer d'édition

Théâtre oedipien dans le clan Le Pen
International 2 min. 09.03.2022 Cet article est archivé
Chronique de l’élection présidentielle en France

Théâtre oedipien dans le clan Le Pen

Marion Maréchal a officialisé son soutien à Eric Zemmour lors d'un meeting à Toulon.
Chronique de l’élection présidentielle en France

Théâtre oedipien dans le clan Le Pen

Marion Maréchal a officialisé son soutien à Eric Zemmour lors d'un meeting à Toulon.
Photo: AFP
International 2 min. 09.03.2022 Cet article est archivé
Chronique de l’élection présidentielle en France

Théâtre oedipien dans le clan Le Pen

Le regard hebdomadaire de notre chroniqueur Gaston Carré sur l’élection présidentielle en France.

Par Gaston Carré

C’est le coup de théâtre de la semaine, entre tragique grec et sitcom méridionale: le ralliement de Marion Maréchal à Eric Zemmour. Ce «coup de poignard» que Marion, de retour sur la scène politique, donne à sa tante Marine Le Pen, ce lien clanique que la jeune femme du même coup tranche, au sein d’une tribu aux passions hautement conflictuelles, qui d’une génération à l’autre mêle le combat politique et les querelles endogènes. Voilà des années que ça dure, la dissension entre la patronne et cette nièce en quête d’émancipation, qui vient de commettre le meurtre symbolique de sa tante comme la tante jadis commit le meurtre symbolique de son père, Jean-Marie Le Pen, acte fondateur d’une «dédiabolisation» en forme d’exorcisme.


In this grab taken from video released by France's Conseil Constiutionnel on March 7, 2022, former French Prime Minister Laurent Fabius announces candidates ahead of the forthcoming French presidential election in Paris on March 7, 2022. - The Constitutional Council validated on March 7, 2022, 12 candidacies for the first round of the presidential elections in April, as in 2017, including that of the NPA Philippe Poutou, on which there was still uncertainty, announced its president Laurent Fabius in a statement broadcast by video (Photo by Conseil Constiutionnel / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / Conseil Constiutionnel  - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
12 candidats sur la ligne de départ pour la présidentielle
Le Conseil constitutionnel a validé les 12 candidatures pour le premier tour de l'élection présidentielle, dont celle de Philippe Poutou (NPA).

Les démons étant conjurés et les sacrifices accomplis, il se trouve maintenant des observateurs pour émettre l’hypothèse d’une grande coagulation à droite, dont l’axe Maréchal-Zemmour serait le dispositif premier, la roue d’entraînement. C’est illusoire, pour une raison qu’il est bon sans doute de rappeler à qui veut saisir les forces en présence à quelques semaines de l’élection présidentielle: la droite en France est d’une grande diversité, largement occultée par la complaisance médiatique à ses mouvements extrêmes, et ceux-ci même sont hétéroclites.

La xénophobie chez Le Pen est viscérale, elle est d’ordre imaginaire chez Zemmour.

Marine Le Pen ainsi n’est pas Zemmour, et vice-versa. Il y a une façon lepéniste et une façon zemmourienne d’être xénophobe, le concept de souveraineté n’a pas le même sens pour les uns et les autres, l’hostilité à l’Europe n’est pas de même farine. Zemmour a une vision patriarcale de la société, tandis que Le Pen entend y conforter la place des femmes. Zemmour est un «libéral» autoritaire, alors que Le Pen prône une autoritaire intervention étatique. 


French party Les Republicains (LR) presidential candidate Valerie Pecresse delivers a speech during a campaign rally in Metz, eastern France, on March 5, 2022. (Photo by Jean-Christophe VERHAEGEN / AFP)
Valérie Pécresse attaque Emmanuel Macron et son bilan
Valérie Pécresse a réservé ses attaques à Emmanuel Macron et son bilan, samedi soir à Metz, au cours d'un «petit meeting». Les électeurs continuent à défendre leur favorite malgré ses difficultés dans les sondages.

La radicalité est sanguine chez la patronne du RN, plus cérébrale chez le fondateur de «Reconquête». La xénophobie chez Le Pen est viscérale, elle est d’ordre imaginaire chez Zemmour: aux yeux de la première l’étranger menace la France en mangeant son pain, au regard du second il mange son intégrité identitaire. Enfin, Le Pen estime que la France fracturée est susceptible de s’apaiser, quand Zemmour, plus énervé, ne craint pas d’évoquer la possibilité d’une «guerre civile». Paradoxe: on se poignarde chez les frontistes apaisés, alors qu’on imagine mal Zemmour l’énervé se jeter sur une dissidente émancipée.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Chronique sur l'élection présidentielle en France
Le regard hebdomadaire de notre chroniqueur Gaston Carré sur l’élection présidentielle en France.
Chronique de l’élection présidentielle en France
Le regard hebdomadaire de notre chroniqueur Gaston Carré sur l’élection présidentielle en France.
Un maréchal controversé
Grand chef durant la Première Guerre, le maréchal Philippe Pétain devint «collabo» au cours de la Seconde.
Le maréchal Pétain lors de son procès, à Paris, France en 1945. (Photo by KEYSTONE-FRANCE/Gamma-Rapho via Getty Images)