Changer d'édition

Sylvie Goulard ne sera pas commissaire européen
International 2 min. 10.10.2019

Sylvie Goulard ne sera pas commissaire européen

Sylvie Goulard se voir reprocher une possible implication dans une affaire d'emploi fictif au sein du Parlement européen.

Sylvie Goulard ne sera pas commissaire européen

Sylvie Goulard se voir reprocher une possible implication dans une affaire d'emploi fictif au sein du Parlement européen.
Photo: AFP
International 2 min. 10.10.2019

Sylvie Goulard ne sera pas commissaire européen

La Française a vu sa candidature rejetée à une forte majorité par les eurodéputés qui l'auditionnaient pour la seconde fois ce jeudi. Un revers pour le président Macron qui l'avait lui-même choisie.

L'équipe d'Ursula von der Leyen sera-t-elle prête à temps pour que la succession à la tête de la Commission européenne se passe bien le 31 octobre? Après le refus des eurodéputés, hier, d'accréditer Sylvie Goulard pour le poste majeur de commissaire européen en charge du Marché intérieur, de l'Industrie, de la Défense, de l'Espace, du Numérique et de la Culture , il y a lieu d'en douter. 

Le Luxembourgeois Nicolas Schmit avait lui passé sans encombre l'épreuve de l'audition, le 1er octobre dernier. La candidate française n'aura pas eu la même chance. Ni à son premier face-à-face avec les eurodéputés, ni après un courrier justifiant sa nomination et ni cette fois encore.

Il est vrai que Sylvie Goulard partait avec un double handicap. Deux enquêtes sont en effet en cours, l'une par la justice française, l'autre par l'office anti-fraude de l'UE sur sa participation à un système d'emploi fictif pour son parti, le MoDem. Elle aurait ainsi rémunéré un assistant parlementaire en France avec les fonds européens accordés aux députés. 

«Mme Goulard doit expliquer pourquoi une enquête qui l'a contrainte à démissionner de son poste de ministre en France ne l'empêcherait pas de devenir commissaire européen», a expliquait le chef d'un groupe politique avant l'audition. 

Présomption d'innocence

La protégée d'Emmanuel Macron a également été confrontée aux soupçons qui entourent ses activités entre 2013 et 2016 ayant justifié d'importantes rémunérations de la part de l'Institut Berggruen, fondé par le milliardaire germano-américain Nicolas Berggruen, alors qu'elle était députée européenne.

Sylvie Goulard a eu beau rappeler, ce 10 octobre, qu'elle n'avait pas été mise en examen et invoqué la présomption d'innocence pour refuser de retirer sa candidature, cela n'aura pas suffi à sauver son dossier.


Sur le même sujet

Nicolas Schmit attend les autres commissaires
Si pour le futur commissaire européen à l'Emploi, «l'examen de passage» s'est bien déroulé au Parlement européen, d'autres prétendants pour de hautes fonctions auprès d'Ursula von der Leyen ont déjà été retoqués. Les candidats roumains et hongrois doivent ainsi être remplacés.
Didier Reynders accumule les déboires
Le candidat belge à la Commission européenne est cette fois accusé de menaces de mort et harcèlement. Le nom de l'ancien ministre a déjà été cité dans des dossiers financiers et fiscaux délicats pour lesquels il vient tout juste d'être blanchi.
Vice-Prime Minister and Foreign Minister Didier Reynders speaks to the press before a Minister's council meeting of the Federal Government in Brussels on April 28, 2017.  / AFP PHOTO / BELGA / VIRGINIE LEFOUR / Belgium OUT
Première explication de texte pour von der Leyen
La présidente de la nouvelle Commission européenne a déploré, lundi, la controverse sur sa décision de créer des commissariats aux questions migratoires et à la protection du mode de vie européen.
European Commission President German Ursula von der Leyen gives a press conference to announce the names of the new European commissioners, on September 10, 2019 at the European Commission in Brussels. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
La nouvelle Commission européenne révélée
La présidente Ursula von der Leyen a présenté son équipe ce mardi midi. Les 26 membres de son équipe ont chacun hérité d'un portefeuille précis, au terme de négociations difficiles.
La France propose sa commissaire européenne
Emmanuel Macron a désigné mercredi l'ancienne ministre Sylvie Goulard pour siéger au sein de la prochaine Commission européenne. Dans l'UE, seule l'Italie n'a pas encore fait connaître son choix.
ARCHIV - 01.06.2017, Berlin: Sylvie Goulard, damalige französische Verteidigungsministerin, spricht während einer Pressekonferenz mit ihrer deutschen Amtskollegin. (zu dpa «Frankreich nominiert Ex-Ministerin Goulard als EU-Kommissarin») Foto: Britta Pedersen/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++