Changer d'édition

Sur des humains et des singes: Les constructeurs allemands au coeur d'un scandale de tests
International 3 min. 29.01.2018 Cet article est archivé

Sur des humains et des singes: Les constructeurs allemands au coeur d'un scandale de tests

Le but était «de prouver que les véhicules diesel de technologie récente sont plus propres que les vieux modèles», affirme le quotidien, argument clé des constructeurs pour percer le marché américain.

Sur des humains et des singes: Les constructeurs allemands au coeur d'un scandale de tests

Le but était «de prouver que les véhicules diesel de technologie récente sont plus propres que les vieux modèles», affirme le quotidien, argument clé des constructeurs pour percer le marché américain.
AFP
International 3 min. 29.01.2018 Cet article est archivé

Sur des humains et des singes: Les constructeurs allemands au coeur d'un scandale de tests

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
Le scandale des moteurs diesel revient hanter les constructeurs allemands après des révélations sur des tests visant des singes et des humains pour mesurer l'impact des émanations du gazole, ternissant encore l'image du secteur automobile.

(AFP) - Le scandale des moteurs diesel revient hanter les constructeurs allemands après des révélations sur des tests visant des singes et des humains pour mesurer l'impact des émanations du gazole, ternissant encore l'image du secteur automobile.

De telles expériences «sont injustifiables d'un point de vue éthique», a déploré lundi Steffen Seibert, le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, réclamant des explications des groupes concernés.

«La confiance en l'industrie automobile est à nouveau écornée», a renchéri le ministre des Transports et de l'Agriculture, Christian Schmidt, pour qui ces expériences «devaient uniquement servir à la promotion» des constructeurs.

Il a d'ailleurs annoncé que les constructeurs seront convoqués devant la commission d'enquête ministérielle en charge du scandale du diesel, et intimé aux entreprises de «faire cesser immédiatement ce genre de tests» s'il y en a encore.

Volkswagen, BMW, Daimler et l'équipementier Bosch affrontent deux affaires distinctes mais révélées quasi-simultanément, impliquant toutes deux un organisme de recherche qu'ils finançaient, l'EUGT, fermé depuis un an.

Le premier scandale, dévoilé par le New York Times, porte sur des tests menés aux Etats-Unis sur dix singes en 2014, enfermés face à des dessins animés pendant qu'on leur faisait respirer la fumée émise par une Beetle, successeur de la Coccinelle, modèle phare de Volkswagen.

Le but était «de prouver que les véhicules diesel de technologie récente sont plus propres que les vieux modèles», affirme le quotidien, argument clé des constructeurs pour percer le marché américain.

Rien à voir

Mais alors que Volkswagen avait réagi dès samedi, prenant «ses distances avec toute forme de maltraitance d'animaux», les journaux Stuttgarter Zeitung et Süddeutsche Zeitung évoquaient lundi d'autres tests, cette fois en Allemagne et sur des êtres humains.

Un institut hospitalier d'Aix-la-Chapelle, mandaté par l'EUGT, a fait inhaler en 2013 et 2014 du dioxyde d'azote (NO2) à 25 personnes en bonne santé, à des concentrations variées, détaillent les deux journaux.

Cette étude «n'a rien à voir avec le scandale du diesel», qui frappe depuis deux ans de nombreux constructeurs dont Volkswagen, pas plus qu'avec les tests sur les singes, s'est défendu lundi l'institut.

Le but était de mesurer l'effet de l'exposition au NO2 sur le lieu de travail, «par exemple pour les conducteurs de poids-lourds, les mécaniciens ou les soudeurs», pour recommander une éventuelle baisse des seuils réglementaires, explique l'institut.

L'étude n'a conclu à aucun «effet significatif» de ce gaz, le plus nocif des oxydes d'azote émis notamment par les moteurs diesel, bien que l'Organisation mondiale de la santé l'associe à une multitude de troubles cardiovasculaires et respiratoires.

Thomas Kraus, l'un des responsables de l'hôpital universitaire d'Aix-la-Chapelle, en a cependant relativisé la portée dans les médias allemands, en estimant que l'étude ne prenait pas en compte la pollution générale et n'était pas représentative de la population.

Consternation

Daimler s'est de son côté «distancié expressément de l'étude et de l'EUGT», selon un porte-parole interrogé par l'AFP, tandis que BMW a démenti y avoir participé. Volkswagen a assuré qu'un «conseil scientifique indépendant» fixait les thèmes de recherche «très variés» de cet organisme, fondé en 2007 par les groupes allemands.

Mais aucune de ces déclarations n'a suffi à éteindre la polémique, ravivant la crise de confiance qui frappe les grands constructeurs depuis la révélation du trucage à grande échelle de leurs moteurs diesel.

Fin 2015, le groupe Volkswagen avait reconnu avoir équipé 11 millions de ses voitures diesel d'un logiciel faussant le résultat des tests anti-pollution et dissimulant des émissions d'oxyde d'azote dépassant jusqu'à 40 fois les normes autorisées.

Dans la foulée du «dieselgate», les constructeurs allemands ont décidé de mettre un terme à l'activité de l'UEGT, qui se trouve actuellement en liquidation.

Cette nouvelle affaire «va affecter d'une manière durable la confiance des gens envers l'industrie automobile», a estimé auprès de l'AFP Ferdinand Dudenhöffer, directeur du Center Automotive Research.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Berlin: «Sommet de crise»: que va-t-il advenir du diesel?
Patrons de l'industrie automobile allemande et hauts responsables du gouvernement se penchent mercredi sur le sort des voitures diesel, en pleine crise existentielle d'un secteur décrédibilisé par des scandales de trucage d'émissions polluantes.
Tous les fabricants de voitures en Allemagne, Volkswagen et ses marques Audi et Porsche, Daimler (Mercedes-Benz), mais aussi Opel et l'Américain Ford, participeront à Berlin à ce "forum national" sous l'égide du gouvernement.
Enquête pénale : Le scandale des Volkswagen truquées
Le scandale des diesels trafiqués de Volkswagen s'étendait mardi avec la possible ouverture d'une enquête pénale aux Etats-Unis, la convocation des représentants du constructeur par la Corée et la demande d'une enquête européenne par la France.
Attendees take part in the 2016 Volkswagen Passat reveal in the Brooklyn borough of New York September 21, 2015.  Volkswagen AG's U.S. head on Monday said he was confident the German automaker would restore customer confidence after it "totally screwed up" by rigging emissions tests of diesel-powered vehicles in the United States. Michael Horn vowed to make amends at a lavish event in New York to promote the 2016 Passat where the carmaker doled out German beer, pretzels and "cheddary ale fondue" to dealers and the media, before a performance of rockstar Lenny Kravitz.    REUTERS/Darren Ornitz