Changer d'édition

Situation «extrêmement grave» à Pékin
International 4 min. 16.06.2020

Situation «extrêmement grave» à Pékin

Pékin a porté sa capacité quotidienne de dépistage à plus de 90.000 personnes par jour.

Situation «extrêmement grave» à Pékin

Pékin a porté sa capacité quotidienne de dépistage à plus de 90.000 personnes par jour.
Photo: AFP
International 4 min. 16.06.2020

Situation «extrêmement grave» à Pékin

Reculant en Europe, où les frontières intérieures ont été rouvertes, le nouveau coronavirus resurgit en Chine. La situation épidémique dans la capitale chinoise alerte les autorités après la contamination de plus d'une centaine de personnes.

(AFP) - Pékin est engagé dans «une course contre la montre» contre le virus, a déclaré devant la presse le porte-parole de la mairie, Xu Hejian. Il a qualifié la situation d'extrêmement grave. La ville de 21 millions d'habitants a porté sa capacité quotidienne de dépistage à plus de 90.000 personnes par jour. 

Ce rebond du nombre d'infections, centré autour du marché géant de Xinfadi, dans le Sud de la capitale, a poussé les autorités à décréter, outre le confinement d'une trentaine de zones résidentielles, la fermeture des sites sportifs et culturels qui venaient de rouvrir leurs portes après des mois de fermeture. 

Alors que ce regain épidémique suscite la crainte d'une deuxième vague, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait indiqué lundi suivre de très près la situation à Pékin et évoqué l'envoi possible d'experts supplémentaires dans les prochains jours. Le covid-19 avait fait son apparition fin 2019 en Chine, à Wuhan dans le centre du pays.


A couple wearing face masks walk past a night club, now closed following a visit by a confirmed COVID-19 coronavirus coronavirus patient, in the popular nightlife district of Itaewon in Seoul on May 10, 2020. - South Korea's capital has ordered the closure of all clubs and bars after a burst of new cases sparked fears of a second coronavirus wave as President Moon Jae-in urged the public to remain vigilant. (Photo by Jung Yeon-je / AFP)
Le virus réapparaît à Séoul et Wuhan
Si une partie de l'Europe vit ses dernières heures de confinement, la peur d'un rebond de la pandémie de covid-19 qui a fait près de 280.000 morts prédomine. Des foyers ont fait leur réapparition dans certaines parties du monde notamment à Séoul et Wuhan.

Après des mois d'isolement à l'intérieur de leurs frontières nationales, les Européens ont en revanche retrouvé lundi la possibilité de voyager chez leurs voisins en raison du recul du coronavirus. Estimant avoir maîtrisé la progression du covid-19, l'Allemagne, la Belgique, la France et la Grèce ont rétabli la libre circulation avec tous les pays de l'Union européenne. Et la Commission européenne a lancé lundi un site internet pour guider les Européens qui souhaitent passer leurs vacances dans d'autres pays de l'UE.

Athènes, dont l'économie repose en grande partie sur le tourisme, va plus loin et invite les voyageurs de plusieurs régions hors UE, comme l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon, la Corée du Sud, la Chine. Dans l'île de Santorin et son paysage de carte postale, la population guette le retour des visiteurs internationaux. «Nous les attendons désespérément. Nous avons besoin d'eux, s'ils ne viennent pas comment allons-nous survivre?», s'impatiente Michalis Drosos, dans son magasin de souvenirs.


This video grab taken on May 18, 2020 from the website of the World Health Organization shows Chinese President Xi Jinping delivering a speech via video link at the opening of the World Health Assembly virtual meeting from the WHO headquarters in Geneva, amid the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus. - The World Health Organization on May 18 kicked off its first ever virtual assembly, but fears abound that US-China tensions could derail the strong action needed to address the COVID-19 crisis. (Photo by - / World Health Organization / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / WORLD HEALTH ORGANIZATION" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Xi Jinping promet un vaccin contre le covid
Accusée par l'administration Trump d'avoir tardé à réagir, la Chine a promis lundi par la voix de son président de partager un éventuel vaccin et d'allouer 2 milliards de dollars au combat mondial contre la maladie.

L'Espagne ouvrira le 21 juin ses frontières avec tous les pays de l'Union européenne, sauf avec le Portugal. En France, où le coronavirus a fait près de 30.000 morts, le ministre de la Santé Olivier Véran a estimé lundi que «le gros de l'épidémie est derrière nous». Paris, ville la plus visitée d'Europe, retrouvait un peu plus son visage d'avant le virus, masques en sus. Les cafés et restaurants ont été autorisés à rouvrir leurs salles. Premier pays européen touché, l'Italie, qui déplore plus de 34.000 morts, avait rouvert ses frontières dès le 3 juin. Mais deux nouveaux foyers ont été détectés ces derniers jours à Rome.

Morgues pleines

Au moins 8.000.202 cas d'infection, parmi lesquels 435.176 décès, ont été comptabilisés au total, notamment en Europe, continent le plus touché avec 2.417.902 cas (188.085 morts) et aux Etats-Unis, qui comptent le plus grand nombre de cas diagnostiqués(2.110.182) et de décès (116.114). Le bilan quotidien aux Etats-Unis est resté lundi sous la barre des 400 morts pour le deuxième jour consécutif, l'un des bilans les plus bas depuis fin mars, mais le pays continue en revanche d'enregistrer quelque 20.000 nouveaux cas chaque jour.

La pandémie continue aussi de faire rage en Amérique latine et aux Caraïbes, qui ont dépassé les 80.000 décès. La moitié sont recensés au Brésil qui, avec 43.959 morts est le deuxième pays le plus endeuillé. Au Chili, l'état d'exception constitutionnel pour catastrophe a été prolongé de trois mois pour freiner l'épidémie. Face à la pandémie, la cérémonie des Oscars a été repoussée de deux mois, au 25 avril, a annoncé lundi l'Académie des arts et sciences du cinéma qui remet les prestigieuses récompenses hollywoodiennes.

En Inde, où le confinement a été assoupli depuis début juin, l'épidémie ne montre pas de signe de reflux, et de nombreux malades décèdent après avoir été refusés par les hôpitaux, faute de lits, selon les médias. Le pays a enregistré près de 9.000 morts, et les corps s'entassent dans les morgues car le personnel des cimetières et des crématoriums n'arrive pas à suivre le rythme des décès.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Europe rouvre ses frontières, la Chine craint un rebond
Alors que la plupart des frontières intérieures de l'UE et de l’espace Schengen sont accessibles ce lundi, les autorités chinoises ont annoncé des dizaines de nouveaux cas de covid-19 et le placement en quarantaine de dix nouveaux quartiers de Pékin.
People holding European, French and German flags gather on the passerelle des Deux-Rives (footbridge of the Two Banks) connecting Strasbourg, France, to Kehl, in Germany, on June 14, 2020 on the eve of the reopening of the borders between France and Germany, after the two countries' measures to stop the spread of the COVID-19 pandemic caused by the novel coronavirus. (Photo by PATRICK HERTZOG / AFP)
L'Europe déconfine, près de 100.000 morts aux Etats-Unis
Le Vieux Continent, où plus de 173.000 personnes ont été tuées par le coronavirus, poursuit avec prudence son retour à la normale, tandis que les USA frôlent les 100.000 morts et que plus de 40.000 personnes ont péri en Amérique latine et dans les Caraïbes.
A placard reading " forbidden eat or drink at the counter " is seen as a barman prepares Spritz cocktails in a seafront coffee bar in Ostia, west of Rome, as the country eases lockdown measures taken to curb the spread of the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus. - Restaurants and churches reopened in Italy from May 18, 2020 as part of a fresh wave of lockdown easing in Europe and a gradual return to normality after two-month lockdown. (Photo by Andreas SOLARO / AFP)
La Chine renonce à fixer un cap à l'économie
La Chine a affiché vendredi son triomphe face au coronavirus, mais le pays à l'origine de l'épidémie ne souhaite plus pronostiquer sur la croissance de son économie. Et d'annoncer au passage un tour de vis contre l'opposition démocratique à Hong Kong.
Paramilitary police officers stand guard in front of a poster of late communist leader Mao Zedong on a street south of the Great Hall of the People during the opening session of the National People's Congress (NPC) in Beijing on May 22, 2020. - China moved to impose stringent new security laws on restive Hong Kong as its coronavirus-delayed parliamentary session opened on May 22 with a warning from Premier Li Keqiang of the "immense" challenges facing the world's second-largest economy. (Photo by GREG BAKER / AFP)
Le virus pourrait ne jamais disparaître
Le coronavirus pourrait devenir une maladie avec laquelle l'humanité devra apprendre à vivre, a averti l'Organisation mondiale de la santé, alors que le bilan mondial s'approche ce jeudi des 300.000 morts.
A medical worker takes a swab sample from a man to be tested for the COVID-19 novel coronavirus in Wuhan, in China�s central Hubei province on May 14, 2020. - China has largely brought the virus under control, but the emergence of new cases in Wuhan in recent days, after weeks without fresh infections, has prompted a campaign to test all 11 million residents in the city where COVID-19 first emerged late last year. (Photo by Hector RETAMAL / AFP)