Changer d'édition

Semaine décisive sur le sort de l'accord de Brexit
International 3 min. 10.03.2019

Semaine décisive sur le sort de l'accord de Brexit

Theresa May s'est lancée dans une bataille sur deux fronts: d'un côté pour tenter d'obtenir des concessions de l'Union européenne, de l'autre côté pour essayer de convaincre les parlementaires de changer d'avis.

Semaine décisive sur le sort de l'accord de Brexit

Theresa May s'est lancée dans une bataille sur deux fronts: d'un côté pour tenter d'obtenir des concessions de l'Union européenne, de l'autre côté pour essayer de convaincre les parlementaires de changer d'avis.
Photo: AFP
International 3 min. 10.03.2019

Semaine décisive sur le sort de l'accord de Brexit

Les députés britanniques voteront à partir de mardi pour concrétiser ou reporter la sortie du Royaume-Uni de l'UE fixée au 29 mars, près de trois ans après le référendum du Brexit.

(AFP) – D'ici là, des discussions techniques et politiques se poursuivent à Bruxelles, où les représentants britanniques veulent obtenir de leurs homologues européens des modifications de l'accord de retrait conclu avec l'UE en novembre. Ce texte avait été massivement rejeté par le parlement britannique le 15 janvier.

Depuis, la Première ministre britannique Theresa May s'est lancée dans une bataille sur deux fronts, pour tenter d'obtenir des concessions de l'Union européenne, tout en essayant de convaincre les parlementaires de changer d'avis. Dans cette course contre la montre, la cheffe du gouvernement s'est heurtée au refus des Européens de rouvrir les négociations.


ARCHIV - Aktualisierte Neufassung vom 30.01.19 - Zum Themendienst-Bericht vom 26. Februar 2019: Der Brexit hat auch Folgen für Verbraucher in Deutschland - viele Fragen rund um den Austritt Großbritanniens aus der EU sind aber noch offen. Foto: Wolfgang Kumm/dpa/dpa-tmn - Honorarfrei nur für Bezieher des dpa-Themendienstes +++ dpa-Themendienst +++
Brexit: May forcée de concéder un éventuel report pour garder la main
La Première ministre britannique Theresa May soumet mercredi au vote des députés une motion pour prolonger les pourparlers avec Bruxelles sur un accord de Brexit, tout en leur proposant un mécanisme de report de la date du divorce en cas d'échec des discussions.

En fonction du résultat des réunions de travail tenues à Bruxelles au cours du week-end, elle pourrait s'y rendre lundi pour d'ultimes tractations. Dans tous les cas, Mme May retournera mardi devant la Chambre des communes pour soumettre à nouveau au vote des députés l'accord de retrait. Son adoption offrirait au Royaume-Uni une sortie ordonnée, quarante-six ans après avoir rejoint ce qui était à l'époque la Communauté économique européenne.

«Très grande erreur»

Chaque camp, pour ou contre le texte, a sonné dimanche la mobilisation dans ses rangs. "Nous avons une opportunité de sortir (de l'UE) le 29 mars, il est très important de la saisir, car les personnes qui tentent d'arrêter le Brexit ont du vent dans les voiles", a affirmé sur la BBC le ministre des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, appelant à soutenir l'accord.

"Il y a un risque que le Brexit nous échappe dans les deux prochaines semaines si nous nous trompons de vote", a-t-il mis en garde. "Les députés le savent, et ce serait une très grande erreur".

Mais au sein de la majorité, les députés Steve Baker, membre du Parti conservateur, et Nigel Dodds, député du parti nord-irlandais DUP allié des Tories, ont averti l'exécutif. "Il est inévitable que cet accord de retrait inchangé sera rejeté une nouvelle fois", ont-ils écrit dans les colonnes du Sunday Telegraph.

Le parti travailliste, principale formation d'opposition, ne devrait pas présenter d'amendement. "L'impression qui grandit est qu'il faut un vote direct sur cet accord", a déclaré sur Sky News Keir Starmer, le porte-parole du Labour pour le Brexit. Il a estimé qu'il y aurait "bien d'autres opportunités" pour soumettre un amendement en faveur d'un second référendum, une option défendue depuis peu, et du bout des lèvres, par le leader travailliste Jeremy Corbyn.


La Première ministre britannique Theresa May et le président de la Commission européenne à Charm el-Cheikh lors du sommet entre l'UE et la Ligue arabe.
Theresa May recule pour mieux sauter
La Première ministre britannique a différé «d'ici au 12 mars» un vote des députés sur l'accord de Brexit. Donald Tusk y est favorable alors que le Royaume-Uni critique vivement cette décision.

Vers un vote supplémentaire ?

Si le texte devait effectivement être rejeté une nouvelle fois mardi, un vote sera organisé mercredi à la Chambre des communes pour approuver ou écarter une sortie sans accord. Ce scénario d'une rupture brutale inquiète nombre de parlementaires, ainsi que les milieux d'affaires, à cause de ses conséquences économiques potentiellement chaotiques.

Si les députés refusent cette option, ils voteront jeudi sur une proposition de report "limité" du Brexit, au-delà du 29 mars. Les dirigeants européens ont prévenu que pour être accepté, tout report devra être dûment justifié. Certaines sources estiment possible une alternative à ce plan en trois étapes annoncé par Theresa May.

Si une sortie sans accord est refusée, un nouveau vote sur l'accord pourrait être organisé immédiatement après.

Cela offrirait aux parlementaires, et particulièrement aux plus fervents partisans du Brexit, une nouvelle chance de soutenir l'accord et de permettre la concrétisation du Brexit, plutôt que de prendre le risque d'un report de la date de retrait qui plongerait le pays dans l'incertitude.

A Bruxelles, où des discussions techniques devaient se poursuivre, le principal point d'achoppement réside dans le "filet de sécurité", un dispositif visant à éviter le retour d'une frontière physique en Irlande du Nord. Conçu pour préserver les accords de paix de 1998, il est rejeté par les Brexiters qui estiment qu'il empêche de rompre les liens avec l'UE, mais réclamé par les Européens pour maintenir l'intégrité du marché unique.


Sur le même sujet

Manifestation géante à Londres concernant le Brexit
"UE, je t'aime": des centaines de milliers de personnes ont défilé samedi à Londres pour réclamer un nouveau référendum sur le Brexit, en pleine incertitude sur la possibilité que la Première ministre Theresa May présente à nouveau son accord de divorce aux députés.
Le chaos s'installe au Parlement britannique
Les députés britanniques ont rejeté mercredi soir de justesse une sortie de l'Union européenne sans accord, et la Première ministre, Theresa May, a annoncé dans la foulée qu'elle allait leur soumettre à nouveau son accord de Brexit, qu'ils ont déjà rejeté deux fois.
A handout photograph released by the UK Parliament on March 13, 2019 shows the main opposition Labour Party leader Jeremy Corbyn speaking during the weekly Prime Ministers Questions session in the House of Commons in London on March 13, 2019. - Britain's finance minister and business chiefs on Wednesday urged the country to avoid a "no deal" Brexit after another crushing parliamentary defeat for Prime Minister Theresa May over her EU-divorce deal with Brussels. The fast-moving Brexit saga largely overshadowed the government's budget update that slashed the 2019 economic growth forecast, with the UK economy also hit by China's slowdown and trade war tensions. MPs will decide later Wednesday whether the country should leave the European Union without a deal, with analysts expecting parliament instead to favour delaying its departure beyond the March 29 exit date, in a further vote due Thursday. (Photo by MARK DUFFY / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / MARK DUFFY / UK Parliament"
Moment de vérité pour l'accord sur le Brexit
A seulement 17 jours du Brexit, les députés britanniques se prononcent ce mardi sur l'accord de divorce avec l'Union européenne, après les garanties de dernière minute que Theresa May a annoncé avoir décrochées.
European Commission President Jean-Claude Juncker (R) and British Prime Minister Theresa May leave after giving a press conference following their meeting in Strasbourg, on March 11, 2019. - The British government said on Monday it had agreed "legally binding changes" to the Brexit deal during discussions between British Prime Minister Theresa May and EU officials in Strasbourg. (Photo by Frederick FLORIN / AFP)