Changer d'édition

Semaine décisive pour le gouvernement italien
International 3 min. 12.08.2019

Semaine décisive pour le gouvernement italien

Avec 36 à 38% des intentions de vote, Matteo Salvini entend faire tomber le gouvernement et provoquer de nouvelles élections à l'automne.

Semaine décisive pour le gouvernement italien

Avec 36 à 38% des intentions de vote, Matteo Salvini entend faire tomber le gouvernement et provoquer de nouvelles élections à l'automne.
Photo: AFP (archives)
International 3 min. 12.08.2019

Semaine décisive pour le gouvernement italien

L'Italie affronte une nouvelle crise politique qui pourrait voir la fin de l'exécutif populiste dirigé par Giuseppe Conte, à l'agonie depuis que le chef de la Ligue Matteo Salvini a décrété sa mise à mort en fin de semaine dernière.

(AFP) - Les groupes parlementaires au Sénat se réuniront en soirée mais dès lundi matin, le Mouvement Cinq Etoiles (M5S), l'ex-allié avec lequel Matteo Salvini a brutalement rompu, battra le rappel des troupes. Celui que ses fans surnomment «Il Capitano» (le Capitaine) rassemblera les siens dans l'après-midi. 

Son objectif: faire encore monter la pression pour obtenir le vote d'une motion de censure contre le gouvernement, au plus tard le 20 août, et des élections dès l'automne pour capitaliser sur des sondages qui lui donnent 36/38% des intentions de vote. 

Mise en place d'un «gouvernement stable»

Pendant le week-end, Matteo Salvini a poursuivi sa médiatique «tournée des plages» à la conquête de l'électorat du Sud, jusqu'à présent acquis au M5S, son partenaire de coalition pendant 14 mois. Bains de foule et selfies à gogo, pause déjeuner torse nu sur le sable ou s'improvisant DJ, le chef de file des souverainistes italiens a peaufiné son image de monsieur tout-le-monde, un peu macho. «Il est dans l'action, il n'a pas peur», a approuvé samedi dans les Pouilles Nicola D'Ecclesis, un ancien électeur M5S devenu un partisan de la Ligue. 

Matteo Salvini a toutefois été contesté en Basilicate et en Sicile, où d'aucuns ont rappelé au Lombard ses anciennes diatribes contre le «Sud assisté». Au risque de ressembler à un disque rayé, Matteo Salvini a réitéré les raisons du divorce avec les Cinq Etoiles, critiquant leurs multiples «non», sur les grands chantiers ou les baisses d'impôts. Pourquoi des élections maintenant ? Parce qu'il «ne veut plus d'un exécutif qui se dispute tout le temps, il faut un gouvernement stable pour cinq ans». 

Des opposants à Matteo Salvini dénoncent les propos tenus par l'actuel ministre de l'Intérieur et leader de la Ligue du Nord sur les régions du sud de l'Italie, présentées comme «assistées».
Des opposants à Matteo Salvini dénoncent les propos tenus par l'actuel ministre de l'Intérieur et leader de la Ligue du Nord sur les régions du sud de l'Italie, présentées comme «assistées».
Photo: AFP

A Rome, après le choc initial, le camp opposé à des élections immédiates a commencé à se mobiliser. L'ancien allié et chef de file du M5S, Luigi Di Maio, a appelé les forces politiques à voter, avant un retour aux urnes, la réduction prévue du nombre des parlementaires. «Supprimons 345 sièges (actuellement 950, un record, ndlr) et leurs salaires» pour les réinvestir dans «les écoles, les routes, les hôpitaux». Le fondateur du M5S, l'humoriste Beppe Grillo, est sorti de son silence pour épauler M. Di Maio et proposer «un front républicain» capable d'empêcher «les barbares» de prendre le pouvoir. 

L'ex-chef de gouvernement de centre gauche Enrico Letta (avril 2013-février 2014) s'est dit «très préoccupé» dans un entretien avec l'AFP, de l'ascension de Salvini qui, si on ne le stoppe pas, pourrait s'arroger la «majorité absolue» au parlement. «Ce serait un grand danger pour le pays», a-t-il averti, estimant que «M. Salvini et ses idées souverainistes pourraient entraîner le pays hors de l'Europe». Son successeur à la tête de l'Italie, Matteo Renzi (février 2014-décembre 2016), toujours l'un des dirigeants de leur formation, le Parti démocrate (PD, centre gauche) a fait «une proposition concrète» pour éviter de «livrer, à la droite extrémiste, l'avenir de nos enfants». 

Pour Enrico Letta, ancien Premier ministre italien, Matteao Salvini pourrait «entraîner l'Italie hors de l'Europe».
Pour Enrico Letta, ancien Premier ministre italien, Matteao Salvini pourrait «entraîner l'Italie hors de l'Europe».
Photo: AFP

Que tous les élus, y compris de la Ligue, soutiennent un «gouvernement institutionnel» qui pourrait être un «Conte bis» formé par le M5S - fort de sa majorité relative dans les deux chambres - appuyé de l'extérieur par d'autres partis dont le PD. Piqué au vif, M. Salvini a fustigé «des magouilles» et «des manœuvres de palais». «On me traite de dictateur mais un dictateur ne demande pas de voter», a lancé M. Salvini, depuis la Sicile, estimant que «ce sont ceux qui ne veulent pas voter qui n'aiment pas la démocratie». 

Pour précipiter la chute du gouvernement Conte, le ministre de l'Intérieur s'est dit prêt dimanche soir à une démission des sept ministres de la Ligue. Un moyen de couper l'herbe sous le pied du camp hostile à un scrutin et d'éviter un échec potentiel de la motion de censure de la Ligue, forte de seulement 58 sénateurs sur 319. 


Sur le même sujet

Le Luxembourg accueillera des migrants du Gregoretti
Le Grand-Duché et quatre Etats membres de l'Union européenne ont accepté, ce mercredi, de prendre en charge des naufragés partis de Libye sauvés en mer mais qui étaient retenus sur un navire des garde-côtes italiens.
Rescued migrants sit on the coast of Khoms, some 100 kilometres (60 miles) from Tripoli, on July 26, 2019. - More than 100 migrants were missing after their boat sank off the coast of Libya in what might be the worst tragedy in the Mediterranean this year, aid agencies said. About 145 migrants were rescued by the Libyan coastguard, and survivors had reported that about 150 people remained missing. (Photo by - / AFP)
Carola Rackete va porter plainte contre Salvini
L'un des avocats de la capitaine du navire humanitaire Sea-Watch, a annoncé vendredi que sa cliente allait porter plainte pour diffamation contre le ministre italien de l'Intérieur, qui s'est déchaîné contre la jeune femme.
TOPSHOT - German captain of humanitarian ship Sea-Watch 3, Carola Rackete (Rear in car) looks on as she leaves in a car of the Italian Guardia di Finanza law enforcement agency on July 1, 2019 after appearing before a judge at the courthouse in Agrigento, Sicily. - The captain of migrant rescue ship Sea-Watch 3, Germany's Carola Rackete was due to appear in court on July 1 accused of hitting a police boat while entering Italy's Lampedusa port with 40 people rescued from the Mediterranean. Rackete was arrested after a two week standoff at sea and faces up to 10 years in jail if convicted. (Photo by Giovanni ISOLINO / AFP)
Les eurosceptiques aux portes du pouvoir en Italie
L'Italie, 3e économie de la zone euro, était sur le point lundi de livrer son destin à deux partis antisystème et eurosceptiques: le Mouvement 5 Etoiles (M5S) et la Ligue ont trouvé un accord de gouvernement et devraient annoncer le nom d'un futur Premier ministre.
Lega Nord far right party leader Matteo Salvini votes for general elections on March 4, 2018 at a polling station in Milan. 
Italians vote today in one of the country's most uncertain elections, with far-right and populist parties expected to make major gains and Silvio Berlusconi set to play a leading role. / AFP PHOTO / Piero CRUCIATTI