Changer d'édition

Selon l'OMS, la pandémie aurait pu être évitée
International 2 min. 12.05.2021

Selon l'OMS, la pandémie aurait pu être évitée

 L'OMS propose de créer un Conseil mondial de lutte contre les menaces sanitaires, qui lui donnerait le pouvoir de publier immédiatement des informations sur les épidémies sans demander l'approbation des pays.

Selon l'OMS, la pandémie aurait pu être évitée

L'OMS propose de créer un Conseil mondial de lutte contre les menaces sanitaires, qui lui donnerait le pouvoir de publier immédiatement des informations sur les épidémies sans demander l'approbation des pays.
Photo: AFP
International 2 min. 12.05.2021

Selon l'OMS, la pandémie aurait pu être évitée

Dans un rapport publié mercredi, des scientifiques mandatés par l'Organisation mondiale de la santé pointent du doigt les réactions tardives et la lenteur des systèmes d'alerte. Ils appellent chaque Etat à réformer en profondeur ces dispositifs .

Les 3,3 millions de décès imputés au covid en plus d'un an auraient pu être évités, révèlent des scientifiques dans un rapport publié ce mercredi. Mandatés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ces experts dénoncent un véritable «Tchernobyl du XXIe siècle» et réclament d'urgence de vastes réformes des systèmes d'alerte et prévention dans l'espoir que cette pandémie «soit la dernière».


Retour sur un an de crise covid
Comment le gouvernement a réagi face à l'épidémie de Covid-19 ? Quelles mesures ont été mises en place aux moments-clés de la première et de la deuxième vague ? Revivez ces événements qui ont bousculé notre quotidien au travers d'une chronologie interactive détaillée.

Selon cette étude, la responsabilité n'incomberait pas à «un seul individu ou une seule nation», mais à «une myriade d'échecs, de lacunes et de retards dans la préparation et la réponse» à la pandémie. La «combinaison de mauvais choix stratégiques», le manque de volonté «à s'attaquer aux inégalités» et une faible coordination internationale auraient ainsi créé un cocktail toxique qui a permis au virus de se propager.

Institué par le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus, le panel indépendant, constitué de 13 personnalités et experts, a notamment répondu aux critiques vis-à-vis de l'agence sanitaire et aux soupçons de dissimulation visant la Chine. En étudiant la riposte internationale à la pandémie, le panel indique «qu'il y a eu clairement des retards en Chine, mais il y a eu des retards partout». Quant à l'OMS, elle n'était «pas suffisamment habilitée à enquêter, puis à confirmer rapidement qu'une épidémie dangereuse était en train de se produire».

Février 2020, un «mois perdu»

En définitive, «trop de temps s'est écoulé» selon les experts entre la notification des premiers cas dans la deuxième quinzaine de décembre 2019 et la déclaration, le 30 janvier par l'OMS, d'une urgence de santé publique de portée internationale, le plus haut niveau d'alarme. Pour les experts, cette déclaration aurait pu être faite au moins dès la première réunion du comité d'urgence de l'OMS, le 22 janvier.

A cet égard, février 2020 a été un «mois perdu» durant lequel bon nombre de pays auraient dû agir. «Retards, hésitations et dénis» ont permis à l'épidémie, puis à la pandémie d'éclore, conclut le rapport.


La crise vue par ceux qui l'ont gérée
Depuis février 2020, le gouvernement tente de répondre aux défis imposés par un virus imprévisible. Une année marquée par des mesures inédites qui resteront dans les mémoires. Six ministres livrent leur vision personnelle des douze mois écoulés.

Le groupe d'experts recommande aux gouvernements et à la communauté internationale d'adopter sans délai un ensemble de réformes visant à transformer le système mondial de préparation, d'alerte et de réponse aux pandémies. Ils proposent d'ailleurs plusieurs pistes, dont la création d'un Conseil mondial de lutte contre les menaces sanitaires, ainsi que la mise en place d'un nouveau système mondial de surveillance fondé sur une «transparence totale».

Ce système donnerait à l'OMS le pouvoir de publier immédiatement des informations sur les épidémies susceptibles de donner lieu à une pandémie sans demander l'approbation des pays.

Pour rappel, 806 personnes sont décédées au Luxembourg depuis le début de la pandémie. 68.552 cas positifs ont également été recensés et jusqu'à 251 personnes ont été hospitalisées en soins intensifs à cause du virus. 


Sur le même sujet

Surveillées comme le lait sur le feu de crainte qu'elles ne débordent, les nouvelles souches du coronavirus ne semblent pas connaître de changement dans leur répartition au Luxembourg.
PRODUKTION - 22.04.2021, Nordrhein-Westfalen, Münster: Prof. Alexander Mellmann, EHEC-Experte, Facharzt für Mikrobiologe und Hygiene am Universitätsklinikum Münster untersucht Proben verschiedener Keime, die auf Petrischalen kultiviert werden. Mellmann leitet das Nationale Konsiliarlabor für das HUS-Syndrom, der schwersten Erkrankungsform des Darmskeims, und pflegt eine der weltweit größten Sammlungen an EHEC-Erregerstämmen. Am 1. Mai 2011 war der erste Patient an blutigem Durchfall erkrankt. Die Suche nach der Herkunft des Keims dauerte Monate. Am Ende galten Bockshornkleesamen aus Ägypten für die Anzucht von Sprossen als Auslöser. Forscher aus Münster entschlüsselten das Erbgut des Erregers. Welche Schlüsse haben die Behörden seitdem gezogen? Gibt es Langzeitfolgen für die Betroffenen? (zu dpa «Schlimmster Ehec-Ausbruch: Was den Darmkeim 2011 so tückisch machte») Foto: Guido Kirchner/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Présent lundi au Luxembourg, le commissaire européen en charge notamment de l'approvisionnement en vaccin des Etats membres rappelle l'ambition de vacciner 70% des adultes d'ici la mi-juillet et annonce que 410 millions de doses seront livrées au cours du second semestre.
(de g. à dr.) Anne-Catherine Ries, directrice du Service des médias et des communications, ministère d'État ; Mike Hentges, conseiller diplomatique du Premier ministre ;Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur ; Dennis Wernerus, rapporteur politique à la Représentation de la Commission européenne au Luxembourg ; Fabrice Comptour, conseiller politique, membre du cabinet du commissaire Breton ; Xavier Bettel, Premier ministre, ministre d'État
C'est un petit geste, mais un geste qui compte. Le gouvernement luxembourgeois va envoyer 58 respirateurs à New Delhi en manque cruel de matériels de soins pour faire face à une terrible vague de contamination covid.
A woman suffering from the Covid-19 coronavirus sits on a stretcher before being admitted in a hospital for in Allahabad on April 29, 2021. (Photo by SANJAY KANOJIA / AFP)
Depuis février 2020, le gouvernement tente de répondre aux défis imposés par un virus imprévisible. Une année marquée par des mesures inédites qui resteront dans les mémoires. Six ministres livrent leur vision personnelle des douze mois écoulés.
Il y a un an, le signalement du premier cas de covid a obligé résidents et frontaliers à profondément adapter leurs habitudes. Que nous devions restreindre nos contacts sociaux ou être obligés de porter un masque. Des changements vécus différemment par tout un chacun. Témoignages.
Comment le gouvernement a réagi face à l'épidémie de Covid-19 ? Quelles mesures ont été mises en place aux moments-clés de la première et de la deuxième vague ? Revivez ces événements qui ont bousculé notre quotidien au travers d'une chronologie interactive détaillée.