Changer d'édition

Se priver de l'énergie russe n'est pas réaliste
International 3 min. 26.07.2022
Selon la Cour des comptes européenne

Se priver de l'énergie russe n'est pas réaliste

Le plan de l'UE visant à se sevrer du combustible russe, tel que le gaz provenant du réseau Nord Stream, se heurte à des obstacles majeurs, a déclaré la Cour des comptes européenne.
Selon la Cour des comptes européenne

Se priver de l'énergie russe n'est pas réaliste

Le plan de l'UE visant à se sevrer du combustible russe, tel que le gaz provenant du réseau Nord Stream, se heurte à des obstacles majeurs, a déclaré la Cour des comptes européenne.
Photo: AFP
International 3 min. 26.07.2022
Selon la Cour des comptes européenne

Se priver de l'énergie russe n'est pas réaliste

John MONAGHAN
John MONAGHAN
Le plan actuel de l'UE est nettement sous-financé et sa mise en œuvre réelle sera confrontée à des défis majeurs selon la Cour des comptes européenne.

Le plan de l'UE visant à réduire sa dépendance à l'égard de l'énergie russe est lourd, peu pratique et nettement sous-financé, a averti l'organisme de surveillance budgétaire de l'Union, basé à Luxembourg, dans un avis publié mardi.


"Das 15-Prozent-Ziel ist machbar", so Energieminister Claude Turmes.
«Le meilleur moyen de réagir au chantage au gaz de Poutine»
Le ministre de l'Energie Claude Turmes se félicite de l'adoption du règlement européen sur une réduction de 15% de la consommation de gaz. En parallèle, une stratégie nationale de réduction de la demande d'énergie sera présentée en automne.

La stratégie dite «REPowerEU», dévoilée en mai à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, fixe une série d'objectifs, dont la réduction de la dépendance de l'UE à l'égard des importations de combustibles fossiles du pays et l'expansion des capacités éoliennes et solaires.

Toutefois, la proposition est criblée d'obstacles pratiques, politiques et financiers, a conclu la Cour des comptes européenne (CCE).

Feu vert pour réduire la consommation de gaz

La Commission européenne devra trouver un financement supplémentaire de 200 milliards d'euros pour atteindre les objectifs ambitieux du plan, a déclaré la CCE, qui comprend l'élimination progressive des importations de gaz et de pétrole russes dans un délai de cinq ans.

Le financement de l'UE pour la transition sera disponible par le biais du mécanisme de redressement et de résilience (RRF), qui fait partie du fonds de lutte contre la pandémie de 800 milliards d'euros de l'Union.

Cette approche pourrait entraîner des divisions entre les gouvernements nationaux, car le FRR est mis en œuvre par le biais de mesures proposées par les différents pays, plutôt que par des décisions prises au niveau de l'UE, ont averti les auditeurs.


La Belgique ne consomme que peu de gaz russe, puisqu'il ne représente que 6,5% de ses importations.
Économies de gaz: l'Union européenne trouve un accord
Les ministres de l'Energie de 26 des 27 pays de l'Union européenne sont parvenus à un accord à Bruxelles. Seule la Hongrie s'est opposée au texte.

Les divisions entre les pays de l'UE sur le rythme de la transition ont été bien documentées. Les ministres de l'énergie réunis à Bruxelles mardi ont donné leur feu vert à une proposition visant à réduire volontairement la consommation de gaz au cours des prochains mois, la Hongrie ayant voté contre la motion et un certain nombre d'autres pays ayant exprimé des réserves initiales.

Le mois dernier, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a exhorté les États membres de l'UE à ne pas faire marche arrière en matière de réduction des combustibles fossiles, alors que l'Allemagne, l'Autriche et les Pays-Bas ont déclaré qu'ils allumeraient des centrales au charbon après que la Russie eut pris des mesures pour limiter l'approvisionnement en gaz.

Un risque stratégique par rapport aux futurs défis

Le respect des engagements proposés exigerait en grande partie que les pays cherchent de l'argent ailleurs ou «transfèrent des fonds d'autres politiques (de l'UE)», a déclaré la Cour des comptes européenne, laissant effectivement la mise en œuvre du plan entre les mains des gouvernements nationaux.

«Cela pose un risque en termes d'approche stratégique des défis à venir, et pourrait avoir pour conséquence que des projets d'importance stratégique pour l'UE dans son ensemble ne soient pas financés par REPowerEU», a déclaré la CEA.

L'intention de la Commission d'évaluer l'impact potentiel des mesures est bienvenue, a déclaré la CCE, mais les indicateurs qui seront utilisés ne couvriront "qu'une partie" des objectifs prévus.

«L'invasion de l'Ukraine par la Russie a braqué les projecteurs sur notre dépendance à l'égard des importations de gaz, de pétrole et de charbon, et l'UE devait absolument agir et répondre rapidement aux préoccupations accrues en matière de sécurité énergétique», a déclaré Ivana Maletić, l'auditrice responsable de l'avis.

«Mais nous pensons que REPowerEU, dans sa forme actuelle, pourrait ne pas réussir à identifier et à mettre en œuvre rapidement les projets stratégiques de l'UE ayant un impact immédiat et maximal sur la sécurité et l'indépendance énergétiques de l'UE», a ajouté Ivana Maletić.

Cet article a été publié pour la première fois sur luxtimes.lu

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le ministre de l'Energie Claude Turmes se félicite de l'adoption du règlement européen sur une réduction de 15% de la consommation de gaz. En parallèle, une stratégie nationale de réduction de la demande d'énergie sera présentée en automne.
"Das 15-Prozent-Ziel ist machbar", so Energieminister Claude Turmes.
La Commission européenne a présenté mercredi un plan dans le but d'accélérer le développement des énergies renouvelables et des économies d'énergie. L'objectif : s'affranchir «le plus vite possible» des importations de gaz russe, en réaction à la guerre en Ukraine.
A worker operates equipment operated by GCA (Gas Connect Austria) and TAG (Trans Austria Gas pipelines) at one of the largest interconnection gas hubs in Europe at Baumgarten an der March, Lower Austria. - The facility mainly receives Russian imports, but takes also shipments of gas from Norway and some other countries. These supplies are re-routed to consumption centers in Austria and in Europe via a number of pipeline systems running in various directions. The Baumgarten hub consists of gas reception, metering and testing facilities. (Photo by JOE KLAMAR / AFP)