Changer d'édition

Sanofi et son vaccin créent la polémique
International 3 min. 14.05.2020 Cet article est archivé

Sanofi et son vaccin créent la polémique

L'accès à un vaccin contre le coronavirus doit être «équitable et universel», estime la Commission européenne.

Sanofi et son vaccin créent la polémique

L'accès à un vaccin contre le coronavirus doit être «équitable et universel», estime la Commission européenne.
Photo: AFP
International 3 min. 14.05.2020 Cet article est archivé

Sanofi et son vaccin créent la polémique

La société française réservera-t-elle aux Etats-Unis la primeur d'un éventuel vaccin contre le covid-19? Évoquée par le groupe, qui renvoie l'Europe à ses responsabilités, l'idée provoque une série de réactions indignées et pousse à réagir Bruxelles comme le gouvernement français.

(AFP) - «Le vaccin contre le covid-19 doit être un bien d'utilité publique et son accès doit être équitable et universel», a déclaré jeudi un porte-parole de la Commission européenne, Stefan de Keersmaecker, au lendemain de propos tenus par Sanofi. Pour le Premier ministre français Edouard Philippe, «l'égal accès de tous au vaccin n'est pas négociable». Le groupe avait, en effet, prévenu la veille qu'il réserverait probablement aux Etats-Unis la primeur d'un éventuel vaccin contre le nouveau coronavirus, car les autorités américaines ont investi dans son développement.

Les Etats-Unis pourraient ainsi bénéficier d'une avance de plusieurs jours ou semaines, selon le directeur général de Sanofi, Paul Hudson. Ces déclarations ont suscité des réactions indignées dans le monde politique français, de l'opposition de gauche à celle d'extrême droite. Dans le premier camp, le chef de file des socialistes, Olivier Faure, a dénoncé les «jeux du marché», évoquant le bien-fondé d'une nationalisation. Dans le second, Marine Le Pen, patronne du Rassemblement national, a appelé au «patriotisme économique», jugeant que Sanofi «n'est plus une entreprise française». De fait, les actionnaires du groupe sont, à plus de 60%, des investisseurs étrangers.


LAKE SUCCESS, NY - MARCH 11: A lab technician Northwell Labs begins semi-automated testing for COVID-19 at Northwell Health Labs on March 11, 2020 in Lake Success, New York. An emergency use authorization to the FDA allows Northwell to move from manual testing to semi-automated.   Andrew Theodorakis/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Les labos promettent un vaccin d'ici 12 à 18 mois
Des multinationales de l'industrie pharmaceutique se sont engagées jeudi à fournir un vaccin contre le Covid-19 «partout dans le monde», dans un délai estimé à moins d'un an et demi.

La polémique a également débordé du monde politique, l'ONG militante Oxfam s'insurgeant contre des informations «tout simplement scandaleuses» et critiquant «la recherche de profits par les géants de l'industrie pharmaceutique». 

Face à ces réactions indignées, la secrétaire d'Etat à l'Economie, Agnès Pannier-Runacher, et son collègue de la Santé Olivier Véran, ont assuré avoir contacté Sanofi et obtenu de lui la garantie qu'un vaccin serait accessible à tous.

C'est également le message que répète le groupe depuis mercredi soir, assurant qu'il n'y a aucune inquiétude à avoir quant au fait que certains pays seraient privés d'un tel traitement. De fait, le monde «ne sera pas démuni» si un laboratoire comme Sanofi trouve un vaccin, a approuvé le virologue Bruno Lina, membre du conseil scientifique français, tout en regrettant de devoir systématiquement accéder à une «préférence nationale» aux Etats-Unis.

«Pourparlers» avec l'Europe  

Car Sanofi n'exclut toujours pas l'éventualité de distribuer d'abord un vaccin aux Etats-Unis et, seulement ensuite, dans les autres pays dont l'Europe. Théoriquement, «l'objectif, c'est que le vaccin soit disponible à la fois aux USA en France et en Europe de la même manière», a promis jeudi le patron du groupe pour la France, Olivier Bogillot. Mais, dans les faits, cela sera possible «si les Européens travaillent aussi rapidement que les Américains», a-t-il précisé.

Le responsable de Sanofi a ainsi renvoyé les autorités européennes à leurs responsabilités, soulignant que les Etats-Unis avaient déjà promis plusieurs centaines de millions d'euros, en plus de faciliter les démarches réglementaires pour permettre les recherches. «Les Américains sont efficaces en cette période. Il faut que l'UE soit aussi efficace en nous aidant à mettre à disposition très vite ce vaccin», a insisté M. Bogillot, rapportant en être au stade de «pourparlers» avec les autorités européennes ainsi que des pays comme la France et l'Allemagne.


HANDOUT - 04.07.2017, Rheinland-Pfalz, Mainz: Eine Mitarbeiterin von Biontech steht im Labor des Unternehmens. Das Paul-Ehrlich-Institut (PEI) hat erstmals in Deutschland eine Zulassung für die klinische Prüfung eines Impfstoff-Kandidaten gegen das neuartige Coronavirus erteilt. Das Mainzer Unternehmen Biontech erhält demnach die Genehmigung, seinen Wirkstoff zu testen, wie das PEI am Mittwoch mitteilte. Foto: Stefan Albrecht/Biontech/dpa - ACHTUNG: Nur zur redaktionellen Verwendung im Zusammenhang mit der aktuellen Berichterstattung und nur mit vollständiger Nennung des vorstehenden Credits +++ dpa-Bildfunk +++
L'Allemagne lance ses premiers essais cliniques de vaccin
Il s'agit «seulement du quatrième essai sur l'homme» dans le monde d'un vaccin contre le Covid-19. La société BioNTech, basée à Mayence, démarre des essais cliniques d'un vaccin contre le coronavirus.

M. Véran a, à ce titre, expliqué, lors d'un déplacement à Lyon, être en train de travailler à une «alliance» avec d'autres pays européens pour faciliter le développement d'un vaccin. Quant aux recherches elles-mêmes, où en sont-elles ? Le responsable de Sanofi a confirmé qu'il tablait toujours sur un vaccin prêt d'ici à 18 à 24 mois, soulignant à quel point un tel calendrier était rapide par rapport à la normale.

En temps normal, «développer un vaccin, ça prend dix ans», «on essaie d'accélérer toutes les phases». L'autorité européenne du secteur, l'Agence européenne des médicaments a, elle, évoqué jeudi un possible vaccin d'ici un an, mais prévenu qu'il s'agissait du scénario le plus optimiste dans la course aux vaccins.    

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le virus pourrait ne jamais disparaître
Le coronavirus pourrait devenir une maladie avec laquelle l'humanité devra apprendre à vivre, a averti l'Organisation mondiale de la santé, alors que le bilan mondial s'approche ce jeudi des 300.000 morts.
A medical worker takes a swab sample from a man to be tested for the COVID-19 novel coronavirus in Wuhan, in China�s central Hubei province on May 14, 2020. - China has largely brought the virus under control, but the emergence of new cases in Wuhan in recent days, after weeks without fresh infections, has prompted a campaign to test all 11 million residents in the city where COVID-19 first emerged late last year. (Photo by Hector RETAMAL / AFP)
«La pérennité de l'UE dépend de sa solidarité»
Le Vieux continent commémore sans grande pompe en raison de la crise du covid-19, les 70 ans de la déclaration de Robert Schuman. L'occasion d'un entretien avec le Premier ministre Xavier Bettel qui rappelle l'importance de l'unité européenne, surtout en cette période de pandémie.
Politik, ITV Xavier Bettel für Europa Tag, Foto. Lex Kleren/Luxemburger Wort
La lueur d'espoir du remdevisir contre le Covid-19
Le gouvernement américain a rapporté mercredi que le remdevisir, naguère développé contre Ebola, semblait avoir prise sur le nouveau coronavirus. Le médicament accélèrerait de plusieurs jours le rétablissement des cas les plus graves dans un grand essai clinique.
(FILES) In this file photo one vial of the drug Remdesivir is viewed during a press conference about the start of a study with the Ebola drug Remdesivir in particularly severely ill patients at the University Hospital Eppendorf (UKE) in Hamburg, northern Germany on April 8, 2020, amidst the new coronavirus COVID-19 pandemic. - Gilead Science's remdesivir, one of the most highly anticipated drugs being tested against the new coronavirus, showed positive results in a large-scale US government trial, the company said on april 29, 2020."We understand that the trial has met its primary endpoint and that NIAID (National Institute of Allergy and Infectious Diseases) will provide detailed information at an upcoming briefing," the company said. (Photo by Ulrich Perrey / POOL / AFP)
Un vaccin «efficace» testé sur des humains en Chine
Le pays où est apparu le coronavirus commence à tester sur les êtres humains un vaccin «efficace», indique ce mercredi le ministère de la Défense à Pékin. Il est développé sous la direction de l'épidémiologiste Chen Wei.