Changer d'édition

Sanofi aidera Pfizer à conditionner son vaccin
International 3 min. 27.01.2021

Sanofi aidera Pfizer à conditionner son vaccin

C'est le site de Francfort du laboratoire Sanofi qui devrait produire les dosettes pour le compte de son concurrent.

Sanofi aidera Pfizer à conditionner son vaccin

C'est le site de Francfort du laboratoire Sanofi qui devrait produire les dosettes pour le compte de son concurrent.
Photo : AFP
International 3 min. 27.01.2021

Sanofi aidera Pfizer à conditionner son vaccin

A défaut d'avoir trouvé une formule anti-covid, le groupe pharmaceutique est prêt à mettre ses chaines de production au service du laboratoire allemand.

(AFP) - Des vaccins, il en existe diverses compositions. Mais c'est bien les outils de production de masse qui manquent aux laboratoires retenus. Aussi, le laboratoire français Sanofi va mettre en flacon celui de ses concurrents Pfizer et BioNTech. De quoi assurer le conditionnement de plus de 100 millions de doses cette année, toutes à destination de l'Union européenne (et donc du Luxembourg).


A health worker prepares a Moderna Covid-19 vaccine at the vaccination centre Hall Victor Hugo in Luxembourg, on January 21, 2021, during a vaccination campaign aimed at curbing the spread of the Covid-19 pandemic. (Photo by JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)
Le pays au gré des livraisons de vaccins
Déjà 6.897 doses anti-covid ont été injectées dans le pays. La campagne s'adaptant au jour le jour, selon les stocks mis à disposition par Pfizer, Moderna et -qui sait- bientôt AstraZeneca.

L'annonce de ce coup de pouce a été faite par le directeur général de Sanofi, Paul Hudson, après que le gouvernement français lui a demandé à plusieurs reprises de mettre ses chaînes de fabrication à la disposition de ses concurrents. Dans un entretien publié sur le site internet du Figaro, M. Hudson explique que Sanofi utilisera son usine allemande de Francfort pour conditionner le vaccin, qui lui sera fourni par ses concurrents à partir de juillet. «Ce site de production étant situé à proximité du siège de BioNTech (à Mayence, NDLR), cela permettra de faciliter les choses», fait valoir le patron du groupe français. 

Cet accord survient au moment où plusieurs laboratoires rencontrent des difficultés pour tenir les cadences élevées nécessaires afin de respecter les contrats qu'ils ont signés. La semaine dernière encore, c'était au tour du britannique AstraZeneca, dont le vaccin doit encore être approuvé dans l'Union européenne, d'indiquer que ses livraisons seraient moins importantes que prévu au premier trimestre, provoquant la colère de Bruxelles.

Mardi, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a mis la pression sur les fabricants en affirmant qu'ils devaient «honorer leurs obligations». «L'Europe a investi des milliards pour développer les premiers vaccins et créer un véritable bien commun mondial. Maintenant, les entreprises doivent tenir leurs promesses», a-t-elle soutenu dans une intervention en vidéo au Forum économique mondial de Davos. En réponse, le PDG d'AstraZeneca, Pascal Soriot, a assuré que son groupe «ne pren(d) certainement pas de vaccins aux Européens pour les vendre ailleurs avec profit» mais mis en avant des soucis de production à régler. 

Le retard de Sanofi

Bruxelles avait annoncé début janvier un nouvel accord avec le duo Pfizer-BioNTech, prévoyant une précommande ferme de 200 millions de doses supplémentaires de leur vaccin anti-Covid, assorti d'une option pour 100 millions de plus. Cela s'ajoutait au contrat déjà conclu portant sur 300 millions de doses du vaccin, autorisé depuis le 21 décembre par la Commission européenne. 

Alors que plusieurs variants du virus responsable du Covid-19 ont été identifiés (dont 36 cas du variant britannique au Grand-Duché) et que des questions demeurent concernant l'efficacité des vaccins commercialisés face à ces derniers, le laboratoire français développe tout de même un vaccin fondé sur la technologie de l'ARN messager. Mais pas avant la fin du premier trimestre 2021 a priori.


Sur le même sujet

Vaccination ne rimera pas avec profession
Pour l'heure, le comité d'éthique n'est pas favorable à donner la priorité à l'accès aux vaccins anti-covid à tel ou tel métier. Mais si tel devait être le cas, dans les mois à venir, il faudrait alors une égalité de traitement entre salariés résidents et frontaliers.
Pharmacist Gurjit Dhadday (R) administers a Oxford/AstraZeneca Covid-19 vaccine  injection to pharmacist Josh Athwal at the Black Country Living Museum in Dudley, central England, on January 25, 2021. - Over 30 new coronavirus vaccination centres were set to open around England this week, including at the Black Country Living Museum, used as the backdrop to the award-winning period crime drama Peaky Blinders, as Britain's largest ever innoculation programme continues to gain pace. (Photo by Oli SCARFF / AFP)
AstraZeneca s'attire déjà les foudres de l'UE
Il n'a pas encore reçu l’agrément des autorités médicales européennes que le vaccin produit par AstraZeneca et l'Université d'Oxford fait bondir la présidente Ursula von der Leyen. En cause des retards déjà annoncés dans la fourniture de la commande passée
Vials of Covishield, AstraZeneca-Oxford's Covid-19 coronavirus vaccine are pictured inside a lab where they are being manufactured at India's Serum Institute in Pune on January 22, 2021. (Photo by Punit PARANJPE / AFP)
«A quand la mobilisation générale face au covid?»
Le Pr Paul Wilmes, porte-parole adjoint de la Task Force covid luxembourgeoise, estime que les Etats devraient se mobiliser pour assurer eux-mêmes les doses nécessaires de sérum anti-covid. Si le vaccin est une arme d'utilité publique, alors il faut en accélérer la fabrication.
ARCHIV - 27.12.2020, Sachsen, Lichtentanne: Spritzen von B. Braun, gefüllt mit dem Covid-19-Impfstoff von Pfizer/Biontech, liegen in einem Pflegeheim bereit. Firmen wie der hessische Medizintechnik-Zulieferer B. Braun haben auch durch die Impfungen volle Auftragsbücher. (zu dpa «Fläschchen, Logistik, Kühlschränke: Zulieferer der Corona-Impfungen») Foto: Hendrik Schmidt/dpa-Zentralbild/Pool/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Une semaine de plus entre deux vaccins anticovid
En allongeant d'une semaine le délai entre les deux piqûres anti-covid préconisées pour l'heure, le ministère de la Santé luxembourgeois espère pouvoir vacciner plus de monde, plus rapidement.
Fenna Martin (R) vaccines Richard Kilian, 86, against Covid-19 at the vaccination centre installed at the congress centre in Wiesbaden, western Germany, on January 19, 2021, as the western federal state of Hesse opened its first six vaccination centres amid the novel coronavirus / COVID-19 pandemic. (Photo by Arne Dedert / POOL / AFP)