Changer d'édition

Salvini fait éclater la coalition populiste italienne
International 2 min. 09.08.2019

Salvini fait éclater la coalition populiste italienne

Matteo Salvini se voit doper par le bon score de la Ligue aux élections européennes.

Salvini fait éclater la coalition populiste italienne

Matteo Salvini se voit doper par le bon score de la Ligue aux élections européennes.
Photo: AFP
International 2 min. 09.08.2019

Salvini fait éclater la coalition populiste italienne

L'homme fort du gouvernement italien et chef de la Ligue (extrême droite) réclame des élections anticipées. De quoi mettre à mal l'alliance instaurée il y a 14 mois avec son allié du Mouvement 5 Etoiles.

(AFP) - «Allons tout de suite au Parlement pour prendre acte qu'il n'y a plus de majorité (...) et restituons rapidement la parole aux électeurs», a exigé, jeudi, Matteo Salvini dans un communiqué diffusé après une série de rencontres entre dirigeants politiques. 

 «Il est inutile d'aller de l'avant avec des disputes, comme ces dernières semaines, les Italiens ont besoin de certitudes et d'un gouvernement qui travaille», a ajouté le vice-Premier ministre de la Ligue (extrême droite). Dans la soirée, celui qui occupe les fonctions de ministre de l'Intérieur a pratiquement lancé sa campagne électorale lors d'un meeting à Pescara. 

Des insultes répétées

«On nous dit qu'on ne peut pas réduire les impôts. Nous prouverons, si vous nous donnez la force de le faire, qu'il est possible de réduire les impôts aux travailleurs italiens», a-t-il lancé devant ses sympathisants. 

La crise au sein de la coalition a été déclenchée par le dernier vote de la session parlementaire sur la ligne ferroviaire Lyon-Turin, mercredi. Le Mouvement 5 Etoiles (M5S) s'est retrouvé à voter seul une motion contre cette liaison franco-italienne, tandis que la Ligue apportait son soutien à deux motions de l'opposition en faveur du projet. 

Matteo Salvini a dénoncé «les insultes répétées à moi et à la Ligue de la part de prétendus alliés», dans une allusion au ministre des Transports, Danilo Toninelli, qui l'avait qualifié de «nain assis sur les épaules de géants». 

La Ligue double le M5S

La tension entre les deux ex-alliés gouvernementaux, la Ligue et le M5S, couvait depuis de longues semaines, plus spécialement depuis les élections européennes qui se sont traduites par un triomphe de la Ligue et un échec cuisant pour le Mouvement.

Ces élections ont marqué un retournement de situation par rapport aux législatives de mars 2018 qui avaient attribué au M5S plus de 32% des voix et à la Ligue environ 17%. Les Européennes ont vu la Ligue pulvériser toutes les prévisions obtenant plus de 34%, soit environ le double du M5S, tombé à 17% environ.

La réaction de Mattarella

Depuis ce scrutin, les observateurs italiens se demandaient combien de temps Matteo Salvini allait accorder au gouvernement de Giuseppe Conte avant de le faire chuter, fort de sondages qui le donnaient à 36/38% des intentions de vote, voire plus, lui permettant potentiellement de gouverner presque seul, ou avec l'appui déjà acquis d'avance du parti post-fasciste Fratelli d'Italia. 


TOPSHOT - German captain of humanitarian ship Sea-Watch 3, Carola Rackete (Rear in car) looks on as she leaves in a car of the Italian Guardia di Finanza law enforcement agency on July 1, 2019 after appearing before a judge at the courthouse in Agrigento, Sicily. - The captain of migrant rescue ship Sea-Watch 3, Germany's Carola Rackete was due to appear in court on July 1 accused of hitting a police boat while entering Italy's Lampedusa port with 40 people rescued from the Mediterranean. Rackete was arrested after a two week standoff at sea and faces up to 10 years in jail if convicted. (Photo by Giovanni ISOLINO / AFP)
Carola Rackete va porter plainte contre Salvini
L'un des avocats de la capitaine du navire humanitaire Sea-Watch, a annoncé vendredi que sa cliente allait porter plainte pour diffamation contre le ministre italien de l'Intérieur, qui s'est déchaîné contre la jeune femme.

La grande inconnue reste la réaction du chef de l'Etat, M. Mattarella, qui a seul le pouvoir de dissoudre le Parlement, avant de convoquer un scrutin. Or M. Mattarella est notoirement opposé à des élections à l'automne, période où le gouvernement doit préparer le budget de l'an prochain, en discuter avec Bruxelles et le présenter pour adoption au Parlement.


Sur le même sujet

Semaine décisive pour le gouvernement italien
L'Italie affronte une nouvelle crise politique qui pourrait voir la fin de l'exécutif populiste dirigé par Giuseppe Conte, à l'agonie depuis que le chef de la Ligue Matteo Salvini a décrété sa mise à mort en fin de semaine dernière.
(FILES) In this file photo taken on January 17, 2019 (from L to R) Italy�s Labor and Industry Minister and deputy PM Luigi Di Maio, Italy's Prime Minister Giuseppe Conte and Italy's Interior Minister and deputy PM Matteo Salvini attend a press conference to present the new economic law at the end of the Minister Council at Palazzo Chigi, in Rome. - Far-right Interior Minister Matteo Salvini pulled his support for Italy's governing coalition on August 8, 2019, and called for snap elections, prompting the country's premier to demand that he "justify" his decision to provoke a political crisis. Salvini, whose hardline League Party has already called for snap polls, has clashed with his fellow Deputy Prime Minister Luigi di Maio of the anti-establishment Five Star Movement (M5S) party over a range of policies. (Photo by Alberto PIZZOLI / AFP)
Les eurosceptiques aux portes du pouvoir en Italie
L'Italie, 3e économie de la zone euro, était sur le point lundi de livrer son destin à deux partis antisystème et eurosceptiques: le Mouvement 5 Etoiles (M5S) et la Ligue ont trouvé un accord de gouvernement et devraient annoncer le nom d'un futur Premier ministre.
Lega Nord far right party leader Matteo Salvini votes for general elections on March 4, 2018 at a polling station in Milan. 
Italians vote today in one of the country's most uncertain elections, with far-right and populist parties expected to make major gains and Silvio Berlusconi set to play a leading role. / AFP PHOTO / Piero CRUCIATTI