Changer d'édition

Revers cuisant pour Trump dans des élections locales
International 3 min. 06.11.2019

Revers cuisant pour Trump dans des élections locales

En Virginie, comme dans le Kentucky, le basculement dans le camp démocrate est perçu comme un signe inquiétant pour Donald Trump, notamment chez les électeurs diplômés des banlieues aisées

Revers cuisant pour Trump dans des élections locales

En Virginie, comme dans le Kentucky, le basculement dans le camp démocrate est perçu comme un signe inquiétant pour Donald Trump, notamment chez les électeurs diplômés des banlieues aisées
Photo: AFP
International 3 min. 06.11.2019

Revers cuisant pour Trump dans des élections locales

Des candidats républicains ont essuyé mardi d'embarrassantes défaites pour le président américain, qui s'était personnellement impliqué dans les campagnes électorales locales en appelant à barrer la route aux démocrates «radicaux», à un an de la présidentielle américaine.

(AFP). - Dans un pays très divisé, ces scrutins étaient attendus comme un test révélateur de la popularité de Donald Trump, quatrième président seulement de l'histoire américaine menacé par une procédure de destitution à cause de l'affaire ukrainienne.

Ironisant sur la frénésie médiatique, l'homme d'affaires avait eu ces mots prémonitoires lundi soir, en appelant ses supporters dans l'Etat conservateur du Kentucky à aller voter: «Parce que si on perd, cela envoie un très mauvais message (...) vous ne pouvez pas laisser cela m'arriver», avait-il lancé à la foule de quelque 20.000 personnes.

Ondes de choc

Vingt-quatre heures plus tard, c'est le candidat démocrate qui a arraché la victoire au gouverneur sortant républicain. La différence de voix est très mince et le républicain Matt Bevin n'avait pas admis sa défaite au milieu de la nuit, malgré les déclarations en ce sens des autorités.

Mais, même de peu et face à ce gouverneur impopulaire, la victoire du démocrate Andy Beshear, dans cet Etat que Donald Trump avait remporté avec une écrasante avance de 30 points sur sa rivale démocrate Hillary Clinton en 2016, envoyait des ondes de choc.


Les démocrates soupçonnent Donald Trump d'avoir gelé 400 millions de dollars d'aide destinée à Kiev pour faire pression sur le président ukrainien, Volodymyr Zelensky.
La crise s'amplifie pour Trump
Le scandale qui secoue la Maison Blanche s'est fait encore plus retentissant jeudi avec la publication des accusations d'un lanceur d'alerte, qui reproche au président d'avoir «sollicité l'ingérence» de l'Ukraine dans sa campagne de réélection.

Le locataire de la Maison Blanche a réagi en affirmant que M. Bevin avait «gagné au moins 15 points ces derniers jours». «Mais peut-être pas assez (Les médias bidons feront toujours retomber la faute sur Trump!)», a-t-il tweeté.

Le démocrate a notamment été porté dans le Kentucky par une plus forte mobilisation dans les banlieues plutôt aisées des grandes villes, une dynamique qui pourrait jouer lors de la présidentielle de novembre 2020.

«Faire trembler» Trump 

En parallèle, les démocrates ont, pour la première fois en quelque 25 ans, repris le contrôle des deux chambres de l'Assemblée de Virginie. Tenant déjà le poste de gouverneur, ils s'emparent ainsi de tous les grands leviers du pouvoir de cet Etat après une campagne marquée notamment par le débat sur les armes à feu.

«Cette victoire historique devrait faire trembler Donald Trump et tous les républicains», a déclaré le président du parti démocrate, Tom Perez.

«Les démocrates se présentent dans toutes les élections et tous les Etats, en faisant campagne sur nos valeurs et en canalisant une énergie inédite jusque dans les isoloirs. C'est comme ça que nous avons gagné ce soir, c'est comme ça que nous battrons Trump dans un an», a-t-il ajouté.

Un signe inquiétant

Dans le Mississippi, le candidat républicain Tate Reeves semblait lui bien parti pour remporter le poste de gouverneur face à un démocrate centriste, le procureur de l'Etat Jim Hood, anti-avortement et pro-armes à feu.

Donald Trump était allé le soutenir dans cet Etat conservateur qu'il avait remporté avec 18 points d'avance en 2016. «Notre meeting vendredi soir a fait évoluer les chiffres depuis un score à égalité jusqu'à une grosse VICTOIRE», a tweeté M. Trump mardi soir tard.

La dynamique était différente en Virginie, Etat voisin de Washington que Donald Trump avait perdu de 5 points lors de la présidentielle.

Mais comme dans le Kentucky, le basculement était perçu comme un signe inquiétant pour le milliardaire, notamment chez les électeurs diplômés des banlieues aisées.

«J'espère que tout le monde en Virginie ira voter pour envoyer un message à Washington», avait tweeté Donald Trump en plaçant cette élection sous le signe de la défense du droit de porter des armes, de la baisse d'impôts ou encore de la lutte anti-immigration clandestine.

L'homme d'affaires n'avait pas fait campagne en Virginie mais dans le Mississippi comme au Kentucky, il s'était employé à galvaniser sa base enthousiaste.

Appelant à «envoyer un message aux démocrates radicaux», il avait affirmé que l'enquête en vue de le destituer avait créé «une majorité en colère».    


Sur le même sujet

Le déni climatique américain officiellement confirmé
La lettre était attendue depuis 2017 mais ne pouvait être envoyée pour des raisons juridiques jusqu'à lundi: les Etats-Unis de Donald Trump ont notifié les Nations unies de leur intention de se retirer de l'accord de Paris sur le climat.
Les Etats-Unis sont le seul pays à se désengager de l'accord de Paris, signé par 197 pays
Trump réclame l'identité du lanceur d'alerte
Le président américain a de nouveau réclamé dimanche l'identité du lanceur d'alerte à l'origine de la procédure de destitution à son encontre qui, selon son avocat, se tient prêt à répondre aux questions des républicains.
Le président américain Donald Trump exige que le lanceur d'alerte sorte de l'ombre
Donald Trump choisit l'affrontement avec le Congrès
Après plusieurs jours d'atermoiements, Donald Trump a choisi la guerre ouverte avec le Congrès: la Maison Blanche a annoncé qu'elle refusait de coopérer à l'enquête en cours en vue d'une éventuelle procédure de destitution.
US President Donald Trump listens during a Presidential Medal of Freedom ceremony for Edwin Meese in the Oval Office at the White House in Washington, DC on October 8, 2019. (Photo by Brendan Smialowski / AFP)
La crise s'amplifie pour Trump
Le scandale qui secoue la Maison Blanche s'est fait encore plus retentissant jeudi avec la publication des accusations d'un lanceur d'alerte, qui reproche au président d'avoir «sollicité l'ingérence» de l'Ukraine dans sa campagne de réélection.
Les démocrates soupçonnent Donald Trump d'avoir gelé 400 millions de dollars d'aide destinée à Kiev pour faire pression sur le président ukrainien, Volodymyr Zelensky.
«Pas de pression, rien du tout»
Le président américain a contesté mercredi toute irrégularité après la publication du contenu d'un échange dans lequel il demande à son homologue ukrainien d'enquêter sur son rival démocrate Joe Biden.
Le président Donald Trump balaie les critiques en dénonçant une chasse aux sorcières
Trump a bien demandé une enquête sur Biden
Le président des Etats-Unis a bien évoqué à son homologue ukrainien d'investiguer sur son rival démocrate, selon la transcription d'un appel téléphonique entre les deux dirigeants rendue publique mercredi par la Maison Blanche.
The US Capitol is seen on September 25, 2019 in Washington, DC. - President Donald Trump maintained that he had exerted "no pressure" on Ukraine, as the White House released a call transcript confirming he had asked Kiev to probe his political rival Joe Biden. (Photo by MANDEL NGAN / AFP)
Tout comprendre sur la destitution d'un président
Même s'il reste peu probable que Donald Trump perde son siège de président américain à la suite du déclenchement de cette procédure, le déclenchement d'une enquête à l'encontre du plus haut responsable politique US reste une mesure exceptionnelle qui a déjà conduit à des démissions.