Changer d'édition

Réouverture des écoles en Italie au mois de septembre
International 3 min. 27.04.2020 Cet article est archivé

Réouverture des écoles en Italie au mois de septembre

Les étapes du déconfinement ont été précisées en Italie, en revanche aucun changement majeur n'est en vue en ce qui concerne la liberté de déplacement. Aujourd'hui elle est exclusivement limitée à l'intérieur de la commune d'appartenance et aux seules exigences de travail et de santé.

Réouverture des écoles en Italie au mois de septembre

Les étapes du déconfinement ont été précisées en Italie, en revanche aucun changement majeur n'est en vue en ce qui concerne la liberté de déplacement. Aujourd'hui elle est exclusivement limitée à l'intérieur de la commune d'appartenance et aux seules exigences de travail et de santé.
Photo: AFP
International 3 min. 27.04.2020 Cet article est archivé

Réouverture des écoles en Italie au mois de septembre

En Italie, les écoles rouvriront en septembre. Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a annoncé une série de mesures pour alléger le confinement auquel sont soumis les Italiens depuis le 9 mars.

(AFP) - Au Luxembourg, c'est actuellement «le» sujet clivant. Dans la perspective du déconfinement progressif annoncé, l'ouverture des écoles soucie beaucoup les parents. «L'école est au centre de nos pensées et rouvrira en septembre», a dit Giuseppe Conte dans un entretien avec le quotidien de gauche La Repubblica, publié dimanche, en soulignant que «tous les scénarios préparés par un comité d'experts prévoyaient des risques élevés de contagion en cas de réouverture (avant septembre, ndlr) des écoles». 

«C'est la santé de nos enfants qui est en jeu», a poursuivi M. Conte, tandis que les établissements scolaires sont fermés depuis début mars en raison du Covid-19 qui a fait déjà près de 27.000 morts en Italie, le pays le plus durement touché en Europe. 


La pétition contre l'ouverture des écoles cartonne
En moins de trois jours, la pétition 1550 a largement atteint le quorum requis des 4.500 signatures pour provoquer un débat à la Chambre des députés. Plus de 5.500 personnes réclament que crèches, écoles et lycées n'ouvrent pas avant septembre.

 Au cours d'une conférence de presse dans la soirée, il a confirmé que «les écoles resteraient fermées jusqu'à la fin de l'année scolaire», tout en annonçant une série de mesures permettant d'alléger la situation dans son pays et de faire redémarrer les activités industrielles. 

Les parcs rouvriront ainsi le 4 mai, mais il faudra y maintenir la distanciation sociale et éviter les rassemblements. «Si tu aimes l'Italie, garde tes distances», a-t-il dit, prévenant que toutes ces ouvertures seraient remises en cause en cas de rebond de la contagion. Il sera également désormais possible de rendre visite à sa famille et de se réunir mais en nombre limité et en respectant toujours les mesures de sécurité. «Les fêtes privées restent interdites», a-t-il insisté. 

Le masque au prix unique de 50 cents

En ce qui concerne les funérailles, un maximum de 15 personnes sera désormais admis «tout en respectant la distanciation sociale et de préférence à l'air libre», a souligné M. Conte. Les Italiens demeureront en revanche privés de messes jusqu'à nouvel ordre. Les bars et restaurants, fermés jusqu'à présent à part ceux qui faisaient les livraisons à domicile, rouvriront à la même date, le 4 mai, mais seulement pour vendre de la nourriture à emporter. Les rassemblements devant ce genre d'endroits resteront interdits. 

La réouverture complète des bars et des entreprises de restauration n'aura lieu que le 1er juin, tout comme celle des salons de beauté ou de coiffure, toujours dans le respect des mesures de sécurité. M. Conte a aussi fourni un calendrier plus précis de la remise en marche de l'économie sans lequel les dégâts seraient «irréversibles». «A partir du 4 mai, nous rouvrirons tout le secteur manufacturier et de la construction ainsi que le commerce de gros pour ces filières», a-t-il dit. Lundi, seules les entreprises jugées stratégiques pourront reprendre leurs activités. 

Le 18 mai, tous les commerces de détail pourront rouvrir, ainsi que les musées, autres lieux culturels et bibliothèques. M. Conte a en outre annoncé que le gouvernement fixerait à court terme, un prix maximum -0,50 euro- pour les masques chirurgicaux. Aucun changement majeur en revanche en ce qui concerne la liberté de déplacement, aujourd'hui exclusivement limitée à l'intérieur de la commune d'appartenance et liée aux seules exigences de travail et de santé qu'un citoyen doit confirmer par une déclaration sur l'honneur. 


Sur le même sujet

En moins de trois jours, la pétition 1550 a largement atteint le quorum requis des 4.500 signatures pour provoquer un débat à la Chambre des députés. Plus de 5.500 personnes réclament que crèches, écoles et lycées n'ouvrent pas avant septembre.
Lundi 4 mai. Plus la date approche, plus la reprise des cours semble se compliquer pour le ministre de l'Education nationale. Claude Meisch doit résoudre une équation d'autant plus délicate que s'y mêlent peur de la contamination, problèmes matériels et organisation inédite.
Sad little girl protecting herself from the flue virus by medical face mask
Alors que les premiers élèves doivent retourner dans leur établissement scolaire dans une dizaine de jours, de nombreux citoyens se sont mobilisés pour retarder ce début de retour à la normale. Des demandes adressées à la commission des Pétitions, qui s'est tenue ce mercredi.
Colin, 10 years old, whose school was closed following the Coronavirus outbreak, does school exercises at home in Washington on March 20, 2020. - As millions of families hunker down amid the coronavirus crisis, the sudden reality of schooling from home risks widening the education gap between those with the means and support to keep up with lessons, and those who risk falling behind. (Photo by Eric BARADAT / AFP)
Le 4 mai, après sept semaines d '«assignation à résidence», les premiers écoliers luxembourgeois retourneront en classe. Mais rien ne sera plus comme avant. Entretien avec le ministre de l'Éducation, Claude Meisch (DP).
Luxtimes - Interview Claude Meisch, Foto: Chris Karaba / Luxemburger Wort