Changer d'édition

Rentrée partielle dans les écoles belges
International 3 min. 17.05.2020

Rentrée partielle dans les écoles belges

Dernières mesures barrières avant la reprise des jeunes écoliers belges.

Rentrée partielle dans les écoles belges

Dernières mesures barrières avant la reprise des jeunes écoliers belges.
Photo : AFP
International 3 min. 17.05.2020

Rentrée partielle dans les écoles belges

Max HELLEFF
Max HELLEFF
A 8 heures, le 18 mai, une minorité d’élèves belges retourneront en classe moyennant une batterie de mesures visant à les protéger du covid-19. Les syndicats sont aux aguets.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - En avril dernier, les syndicats belges du secteur de l’enseignement prévenaient : «Pas de retour à l'école sans une sécurité assurée pour tous». Les organisations représentatives des parents et des élèves leur emboîtaient le pas. L'ensemble du secteur s'inquiétait d'une rentrée qui ne se ferait pas dans les meilleures conditions sanitaires. Et se préoccuperait surtout de permettre aux parents de reprendre le chemin du travail. 

Un mois plus tard, le contexte a changé. Si les syndicats ne sont pas tout à fait apaisés, la plupart des enseignants devraient être présents au poste lundi 18 mai pour une rentrée des classes partielle. Une semaine avant la rentrée, au Luxembourg, des jeunes en crèches et au fondamental. Chaque école a mis en place une batterie impressionnante de mesures d’hygiène et de distanciation sociale destinées à faire barrage au coronavirus. Des masques leur ont été distribués  –  parfois in extremis.

La semaine dernière, le Secrétariat général de l’enseignement catholique (Segec), qui fédère l’ensemble des pouvoirs organisateurs des écoles du réseau catholique en Fédération Wallonie-Bruxelles, avait recommandé de ne reprendre les cours que le 19 mai seulement, et non la veille. En cause : l’incertitude régnant sur l’arrivée des masques dans les établissements scolaires de la partie sud du pays. Contrairement à ses homologues des communautés flamande et germanophone, le ministre-président francophone Pierre-Yves Jeholet avait singulièrement manqué de persuasion quant aux chances de disposer de ces protections en temps et heure.

Quoi qu’il en soit, l’enseignement obligatoire reprend ses droits ce lundi. Une première journée d'essai de la réouverture des écoles s'est bien déroulée vendredi, en Communauté flamande. Cette rentrée ne concerne toutefois qu’une minorité d’élèves. Pour éviter la propagation du virus, il fallait en effet prévoir un espace suffisant entre chaque pupitre.

Ainsi, la rentrée francophone concerne d'abord les élèves de 6e primaire et ceux de 6e ou 7e secondaire, à raison de maximum deux jours par semaine et par groupe. Ces classes ont été jugées prioritaires car elles cristallisent les choix et les orientations des jeunes face à leurs études et formations futures.

Si la rentrée de ce lundi se déroule de manière satisfaisante, une seconde phase sera déclenchée dans une semaine. Le 25 mai, les élèves de première et peut-être de seconde primaire pourraient reprendre le chemin de l’école, en fonction de rythmes allégés. L’espace disponible dans chaque établissement sera pris en compte. Certaines écoles ont déjà décidé de ne pas faire rentrer les élèves de deuxième primaire, par exemple.

Au choix des familles

Mais alors qu’en Belgique l’enseignement obligatoire (jusqu’à 18 ans) tient lieu de vache sacrée, il n’y a pour l’instant aucune obligation de revenir à l’école pour les classes concernées. «Nous voulons tenir compte aussi du sentiment de crainte ressenti par une partie de la population. Aucun élève ne sera donc sanctionné pour absence injustifiée», a rassuré la ministre de l’Education, la socialiste Caroline Désir.

L’inquiétude de voir les écoles rouvrir pour permettre aux parents de retourner en entreprise est donc vaine – même si, sur le bord d’en face, certaines sociétés font pression pour que leurs employés soient présents. Le télétravail reste officiellement la norme, lorsqu’il est possible.

Tous les élèves non concernés par la reprise restent à la maison ou seront, en l’absence d’autres solutions, accueillis en garderie. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un panier moins cher au Luxembourg qu'en Belgique
Si des différences de prix entre les commerces de la Grande Région existent bien, le Grand-Duché obtient de bons points. Même dans le domaine des produits bio pour certaines enseignes, indique la dernière étude de l'Observatoire de la formation des prix, publiée vendredi.
Lokales, Shopping  Center Belle Etoile, so macht Shoppen keinen Spass, Desinfektionsspender, Abstand, Sicherheitsbestimmungen, Mindestabstand, Höchstanzahl von Kunden,  der Corona-Krise, Lockerung,   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
La côte belge ne sort pas du brouillard
La Belgique ouvre un peu plus les vannes du déconfinement. Mais aucune décision sur l’accès aux résidences secondaires ne sera prise avant le 8 juin, au plus tôt.
An aerial view of the seaside resort town of Ostende, Belgium is shown on Tuesday, Sept. 9, 2003. More than 10 tons or 3,000 gallons of oil leaked from the car carrier Tricolor which sank in the North Sea in December of 2002.  Most of the slick has disappeared, maritime officials said Tuesday, reducing the threat of pollution to the Dutch and Belgian coastline for now. (AP Photo/Virginia Mayo)
La Belgique accuse le Grand-Duché de «désinformation»
L'appel à la mobilisation de Carole Dieschbourg (Déi Gréng) mardi contre le projet de l'État belge d'enfouir des éléments radioactifs non loin de la frontière n'est pas passé inaperçu dans le royaume. Marie-Christine Marghem (MR), la ministre fédérale de l'Énergie est sortie de ses gonds.
10.11.2015 Luxembourg, intégtation des marchés gaziers, CREOS,  Marie Christine Marghem  photo Anouk Antony
Les partis politiques adhèrent à la reprise des cours
Ce jeudi matin, les ministres de l'Education nationale et de la Santé recevront l'auteure de la pétition à succès contre la réouverture des écoles. Mais l'issue de la discussion est connue. L'école reprendra bien, tous les partis politiques y sont favorables.
Près de 6.000 élèves de terminale ont repris ce lundi le chemin des classes de cours.
Claude Meisch veut rassurer les parents d'élèves
Le 4 mai, après sept semaines d '«assignation à résidence», les premiers écoliers luxembourgeois retourneront en classe. Mais rien ne sera plus comme avant. Entretien avec le ministre de l'Éducation, Claude Meisch (DP).
Luxtimes - Interview Claude Meisch, Foto: Chris Karaba / Luxemburger Wort