Changer d'édition

Rentrée mouvementée au Parlement européen
International 15 4 min. 02.07.2019 Cet article est archivé

Rentrée mouvementée au Parlement européen

Les eurodéputés du parti europhobe de Nigel Farage se sont retournés lors de la session inaugurale du Parlement européen pour manifester contre leur présence à Strasbourg, trois ans après le référendum sur le Brexit.

Rentrée mouvementée au Parlement européen

Les eurodéputés du parti europhobe de Nigel Farage se sont retournés lors de la session inaugurale du Parlement européen pour manifester contre leur présence à Strasbourg, trois ans après le référendum sur le Brexit.
Photo: AFP
International 15 4 min. 02.07.2019 Cet article est archivé

Rentrée mouvementée au Parlement européen

Les députés européens élus fin mai ont pris officiellement possession de leur siège mardi à Strasbourg, lors d'une session inaugurale marquée par la manifestation de plusieurs milliers de Catalans et par la démonstration d'hostilité d'élus britanniques dans l'hémicycle.

(AFP) - Quelque 10.000 manifestants agitaient des drapeaux de la Catalogne devant le siège de l'institution en soutien à trois élus indépendantistes empêchés de siéger par les autorités espagnoles, parce qu'ils n'ont pas pu prêter serment à Madrid. À l'intérieur, la session a démarré au son de l'Ode à la Joie, ostensiblement boudée par les 29 députés britanniques du Brexit Party de Nigel Farage. Priés de se lever durant l'hymne européen, ils l'ont fait mais en tournant le dos à l'assemblée. 

La principale mission de cette session inaugurale est d'élire un nouveau président du Parlement. Ce qui permettra de placer l'une des pièces du puzzle des «top jobs» européens, un casse-tête qui agite depuis des semaines Bruxelles et les capitales de l'UE. Le choix du successeur de l'Italien Antonio Tajani (PPE, droite), qui devait avoir lieu mardi, a été reporté à mercredi pour laisser le temps aux dirigeants des 28 de se mettre d'accord de leur côté sur une répartition des plus hautes fonctions européennes. 

Mais rien n'indique que le sommet marathon réuni depuis dimanche à Bruxelles, et qui joue les prolongations, va déboucher sur un accord. Un échec conduirait alors le Parlement à abattre ses cartes sans attendre que ne soit placée la clé de voûte des postes, celui de la présidence de la Commission. «Les candidats ont jusqu'à 22h mardi soir pour se déclarer», a indiqué mardi le porte-parole du Parlement européen, Jaume Duch. La députée écologiste Ska Keller a déjà annoncé son entrée dans la course. Tandis que son compatriote allemand Manfred Weber, à la tête du groupe du PPE, le plus important du Parlement, pourrait aussi se lancer s'il se confirme qu'il a perdu ses chances d'obtenir la tête de la Commission. 

Manfred Weber et Ska Keller
Photo: AFP

Les manifestants pro-catalans présents en nombre à Strasbourg ont pointé du doigt l'attitude jugée antidémocratique de Madrid. «Où vont nos votes si après, les personnes qu'on élit ne peuvent pas exercer leur rôle? Dans la rivière?», s'est indigné Santiago Solsona, montrant le canal qui borde le Parlement européen. Cet avocat catalan de 54 ans, venu manifester à Strasbourg avec sa femme et son fils, jugeait «important d'être ici» pour soutenir les trois indépendantistes élus fin mai en Espagne. 


Début du procès historique des dirigeants indépendantistes catalans
Le procès historique de 12 dirigeants indépendantistes catalans pour leur rôle dans la tentative de sécession d'octobre 2017 s'ouvre ce mardi à Madrid, alors que la question catalane enflamme toujours autant les esprits en Espagne.

Il s'agit de Carles Puigdemont, l'ex-chef du gouvernement régional catalan qui vit en Belgique pour échapper à un mandat d'arrêt espagnol, après la tentative de sécession de 2017, et de son colistier Toni Comin, dans la même situation. L'indépendantiste Oriol Junqueras, en détention provisoire, n'était pas non plus à Strasbourg. L'Espagne n'a pas transmis formellement leurs noms au Parlement européen, leur situation les ayant empêchés de prêter serment à Madrid. Leurs trois sièges sont donc restés vides.  Puigdemont et Comin «sont à quelques mètres d'ici», a dit devant les manifestants un avocat du premier, laissant entendre que les deux hommes se trouvaient peut-être de l'autre côté de la frontière allemande toute proche. 

Puisque le Brexit n'a toujours pas eu lieu - la nouvelle date butoir est fixée au 31 octobre -, il y avait à nouveau 73 députés britanniques à Strasbourg (sur 751), dont l'europhobe Nigel Farage. Son Brexit Party, avec 29 élus, est même le parti national avec la plus grande délégation. 

En théorie, le nouveau Parlement ne devait compter que 705 sièges. 27 des sièges britanniques devaient ainsi être redistribués à d'autres pays, tandis que les 46 autres devaient être mis de côté pour d'éventuels nouveaux élargissements de l'UE. Le report du divorce a changé la donne et créé une situation inédite: les Britanniques vont occuper leurs sièges provisoirement, jusqu'à ce que le Brexit se concrétise. Et 27 personnes élues fin mai (dont cinq en France, trois en Italie, et cinq en Espagne) seront «réservistes» en attendant.


In a handout picture released by the British Broadcasting Corperation (BBC) on June 18, 2019 Conservative Party leadership contender Conservative MP Boris Johnson (L) checks his watch seated next to Britain's Foreign Secretary Jeremy Hunt (R) during a BBC television leadership debate in London on June 18, 2019. - The UK leadership race narrowed to five in a second vote by MPs on June 18 with the remaining contenders taking part in a televised debate organised by the BBC. (Photo by JEFF OVERS / BBC / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / JEFF OVERS-BBC " - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS TO REPORT ON THE BBC PROGRAMME OR EVENT SPECIFIED IN THE CAPTION - NO ARCHIVE - NO USE AFTER  JULY 9, 2019 /
Duel de favoris aux portes du 10 Downing Street
Il n'en reste plus que deux: le chouchou des pro Brexit, Boris Johnson affrontera le chef de la diplomatie, Jérémy Hunt, en finale pour succéder à la Première ministre britannique, Theresa May le mois prochain.

«Nous ne devrions pas être là, mais en fait je ne suis pas particulièrement en colère contre l'UE ou contre Michel Barnier», le négociateur en chef européen du Brexit, «ils ont fait leur travail», a dit Nigel Farage. «C'est la classe politique britannique qui a laissé tomber son peuple», a-t-il ajouté, avant de rejoindre son siège dans l'hémicycle. D'autres élus britanniques, les Lib-Dem membres du groupe Renew Europe aux côtés des macronistes français, y arboraient eux des T-shirts jaunes avec un tout autre message: "Stop Brexit".»



Sur le même sujet

Le social-démocrate italien a été élu mercredi à la présidence du Parlement européen, au lendemain de l'accord au forceps conclu par les dirigeants des 28 à Bruxelles pour répartir les postes clés de l'UE.
David-Maria Sassoliwurde am Mittwoch mehrheitlich zum neuen EU-Parlamentsvorsitzenden gewählt.
Les dirigeants européens ont tenté dans la nuit de dimanche à lundi de sortir leurs négociations de l'impasse, provoquée par leurs dissensions sur la répartition des postes de pouvoir de l'UE et l'hypothèse d'un nouveau sommet était évoquée par de nombreuses délégations.
Les dirigeants européens étaient réunis dimanche soir à Bruxelles pour un sommet consacré aux nominations des postes clés de l'UE mais une proposition de compromis a été déclarée pour morte, laissant augurer une longue nuit de discussions.
Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, et le Premier ministre Xavier Bettel avant le début du sommet de Bruxelles ce dimanche soir.
Les dirigeants de l'UE vont tenter de s'entendre durant leur sommet jeudi à Bruxelles sur le nom d'une personnalité acceptable par le Parlement européen pour la présidence de la Commission, car aucun des prétendants en lice ne fait consensus.
La Première ministre britannique quitte vendredi la tête du Parti conservateur, ouvrant officiellement la course à sa succession pour régler la question du Brexit.
Entre le jeudi 23 mai et le dimanche 26 mai, 427 millions de personnes sont appelées à élire leurs représentants au Parlement européen. Particularité du scrutin, ce dernier se compose de 28 élections distinctes, réalisées dans chacun des pays de l'UE... et les 73 eurodéputés britanniques élus en 2019 ne siégeront vraisemblablement qu'à peine quelques mois.