Changer d'édition

L’automne social belge s'annonce chaud
International 3 min. 09.09.2021
Réforme des retraites

L’automne social belge s'annonce chaud

En Belgique, le montant moyen de la retraite d’un salarié est de 1.281 euros bruts.
Réforme des retraites

L’automne social belge s'annonce chaud

En Belgique, le montant moyen de la retraite d’un salarié est de 1.281 euros bruts.
International 3 min. 09.09.2021
Réforme des retraites

L’automne social belge s'annonce chaud

Max HELLEFF
Max HELLEFF
La réforme des pensions n’a pas encore débuté qu’elle pourrit déjà les relations entre les partis gouvernementaux.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - Sans surprise, la réforme des pensions esquissée par la ministre socialiste Karine Lalieux a mis ces derniers jours le gouvernement De Croo sens dessus dessous. La première salve est venue du président du Mouvement réformateur (MR, libéral francophone) Georges-Louis Bouchez, mais dans un autre dossier : celui de la politique du travail. 


Une réforme des pensions écrite «au stylo rouge»
Le projet de la ministre socialiste belge Karine Lalieux se veut généreux. Trop généreux même au goût de ses partenaires gouvernementaux.

«Il y a 125 métiers en pénurie en Wallonie mais plus de 200.000 chômeurs. Il faut promouvoir beaucoup plus la formation en alternance et permettre à des entreprises de participer à des formations. (Mais) il faut aussi travailler sur la sanction. Un chômeur de longue durée qui refuserait deux formations et/ou deux emplois dans un métier en pénurie doit pouvoir être directement sanctionné (via) une exclusion du chômage, avec une activation qui peut continuer à se faire au niveau du CPAS (aide publique)».

La réponse du président du PS Paul Magnette n'a pas tardé. «Ces recettes libérales ne marchent pas et stigmatisent les gens. Le PS ne les acceptera jamais! Contre les pénuries, il faut améliorer la qualité de l’emploi et les salaires». Contre-attaque de Bouchez : «Les recettes socialistes c’est la culture du chômage et des échecs sociaux comme nous devons les subir à Charleroi ou à Mons. Comment oser faire la leçon quand on dirige des villes depuis plus de 60 ans qui ne cessent de s’enfoncer socio-économiquement ?» 

Re-réplique de Magnette: «Il faut que Monsieur Bouchez s’y fasse, on n’est plus dans le gouvernement MR/N-VA où il a pu mener des politiques de droite absolument odieuses pendant des années». Et pour finir, l’écologiste Jean-Marc Nollet en rajoute une couche : «Le Mouvement réformateur est une véritable menace pour les jeunes, pour les 20-35 ans qui constituent la principale cible de sa proposition»…


15.11. Wirtschaft / Finanzbeilage /Wirtschaftbeilage / Patrimoine /  Rentner / Rente  Foto: Guy Jallay
Les inégalités de genre se maintiennent à la retraite
Le Luxembourg est champion d'Europe en ce qui concerne les écarts de pension entre les hommes et les femmes, selon les derniers chiffres d'Eurostat. Pour Georges Engel, ces disparités devraient s'estomper dans les prochaines années.

Telle est l’ambiance qui prévaut en ce moment entre partis francophones appartenant au gouvernement De Croo. La coalition Vivaldi s’apprête ainsi à vivre des temps difficiles, sous l’impulsion d’un PS bien décidé à réactiver le vieux clivage gauche-droite à la faveur de la réforme des pensions, mais aussi des mesures touchant à la protection des travailleurs ou aux finances publiques.

Là où les socialistes francophones sont prompts à bourse délier pour relancer l’économie de l’après-covid, les libéraux en appellent à un retour à l’équilibre budgétaire le plus rapidement possible.

Qui payera la facture?

Le tout relève d’un jeu politique bien compris. Le PS doit faire montre de surenchère pour tenir à distance les communistes du PTB qui lui taillent des croupières dans les sondages. Quant à la droite, et plus particulièrement la droite flamande, elle doit se méfier des nationalistes de Bart De Wever, même relégués dans l'opposition depuis 2018. «On veut encore une fois dépenser de l'argent qu'on n'a pas», tance la formation nationaliste.

Pour la N-VA, les propositions de réforme des pensions mises sur la table par le PS (possibilité accrue de pension anticipée, à mi-temps, bonus-pension, etc) laissent croire qu'on pourra travailler moins pour avoir une plus belle pension. Mais ce sont nos enfants et petits-enfants qui paieront la facture».


A boy waves a small Belgian flag during the 'March for Unity', a march to support Belgium's unity, 18 November 2007 in Brussels. 165 days after the federal elections of June 2007 demonstrators urge leading politicians to find a solution to form a government without breaking up the country. Several thousand people demonstrated 18 November in Brussels in favour of Belgian unity as a political crisis threatened to tear the country apart into its Dutch and French-speaking communities.   AFP PHOTO / BELGA / BENOIT DOPPAGNE
Tout bonus pour les communes frontalières belges
Elles se partageaient de l'ordre de 34 millions d'euros, ce sera à l'avenir 48 millions. Ainsi les communes belges limitrophes du Grand-Duché viennent-elles de recevoir un cadeau quasi inespéré. Avec assurance d'une augmentation de 5% chaque année, pendant une décennie.

L’échange d’amabilités ne s’arrête pas aux partis, tant s’en faut. Le syndicat chrétien flamand ACV exige ainsi que les jobs étudiants et les flexi-jobs soient taxés car ils servent le patronat.

L'automne social s’annonce donc chaud, une fois encore. Le 24 septembre, le syndicat socialiste francophone FGTB lancera les hostilités en organisant à Bruxelles une marche nationale pour exiger la refonte de la loi qui plafonne les salaires.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

S'il concernait jusque-là certains évènements, le «Covid Safe Ticket» sera étendu à partir du 1er octobre dans la capitale belge, notamment dans le secteur de l'Horeca. L'objectif: endiguer les nouvelles infections alors que les autorités peinent à vacciner ses habitants.
Une soixantaine de caméras-piétons vont être distribuées aux agents des zones de police Famenne-Ardenne et Semois et Lesse. S'il doit encore être approuvé par chaque commune, le dispositif vise notamment à protéger les policiers.