Changer d'édition

Qui est Salah Abdeslam?
International 4 min. 16.11.2015 Cet article est archivé

Qui est Salah Abdeslam?

Cette photo de Salah Abdeslam a été largement diffusée lundi par les autorités et les médias.

Qui est Salah Abdeslam?

Cette photo de Salah Abdeslam a été largement diffusée lundi par les autorités et les médias.
AFP
International 4 min. 16.11.2015 Cet article est archivé

Qui est Salah Abdeslam?

Le principal suspect recherché pour les attentats meurtriers de Paris, Salah Abdeslam, a côtoyé un jihadiste belge notoire du groupe Etat islamique (EI), que les enquêteurs considèrent comme un "inspirateur" possible des tueries de vendredi soir.

(AF avec AFP) - Mohamed Abdeslam, le frère du principal suspect recherché pour les attentats meurtriers de Paris, Salah Abdeslam, a été relâché par la police bruxelloise lundi en fin de journée après avoir été interrogé par la police. Un autre de leurs frères, Brahim, est l'un des kamikazes qui s'est fait exploser à Paris, vendredi.

Sur RTL Belgique, il a affirmé n'avoir «aucun lien» avec les attentats de vendredi 13 à Paris. «Je suis employé communal depuis plus de dix ans et je n'ai jamais eu de problème avec qui que ce soit. Beaucoup de gens me connaissent ici dans la commune.»

Il a aussi déclaré: «Nous sommes une famille ouverte, nous n'avons jamais eu de problème avec la justice.» Or d'après nos informations, Salah Abdeslam est bien connu des services de police.

«Nous ne savons pas où se trouve mon frère. Nous ne savons pas s'il osera se rendre à la justice», a ajouté Mohamed Abdeslam. «Il a grandi ici, il a étudié ici. C'est un garçon tout à fait normal.»

Aperçu du côté de Metz-Nancy

Le signalement de Salah Abdeslam a été diffusé par tous les médias et circule sur les réseaux sociaux. D'après nos confrères de l'Est Républicain, il aurait été aperçu ce lundi dans le secteur de Metz-Nancy, circulant à bord d'une Renault Scénic en direction du Nord, donc du Luxembourg.

D'importants dispositifs ont été déployés pour le rechercher en France: police, douanes, gendarmerie, hommes armés de fusils-mitrailleurs, hélicoptère. Le véhicule a pu être arrêté, les trois personnes à bord contrôlées, mais il ne s'agissait pas du suspect recherché par toutes les polices. Le dispositif a été levé vers midi.

Proche d'un jihadiste notoire

Salah Abdeslam, a côtoyé un jihadiste belge notoire du groupe Etat islamique (EI), que les enquêteurs considèrent comme un "inspirateur" possible des tueries de vendredi soir, ont affirmé des sources proches de l'enquête.

Cet homme, Abdelhamid Abaaoud, 28 ans, soupçonné d'être en Syrie dans les rangs jihadistes de l'EI, est aussi considéré comme le commanditaire des attentats projetés par la cellule de Verviers, dans l'est de la Belgique. Cette cellule jihadiste s'apprêtait à s'attaquer à des policiers ou des commissariats quand elle avait été démantelée en janvier quelques jours après les attentats parisiens contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher.

"Les enquêteurs voient un lien avec Verviers" titrait lundi en "une" le journal flamand De Standaard.

Un suspect-clé

Suspect-clé dans les attaques de vendredi soir, Salah Abdeslam avait été incarcéré en Belgique pour des braquages, dans un dossier où apparaissait également Abdelhamid Abaaoud, ont dit à l'AFP deux sources proches de l'enquête.

Les liens entre les deux hommes et le profil d'Abaaoud conduisent les enquêteurs à étudier comme une "hypothèse sérieuse" le fait que ce dernier puisse être un "inspirateur" des attentats commis dans Paris et au Stade de France, selon ces sources.

Les noms de Salah Abdeslam et d'un de ses frères, Brahim, qui s'est fait exploser vendredi soir dans Paris, apparaissent aussi dans une enquête ouverte en Belgique sur des départs en Syrie, selon l'une de ces sources. Les deux hommes sont soupçonnés de s'être rendus dans ce pays pour rejoindre le groupe EI.

Un lien avec les attentats de Verviers

Selon De Standaard, le nom de Brahim Abdeslam apparaît aussi dans plusieurs dossiers criminels de droit commun avec Abdelhamid Abaaoud, pour des faits commis à Bruxelles en 2010 et 2011.

Brahim Abdeslam et Abdelhamid Abaaoud ont tous deux vécu dans la commune bruxelloise de Molenbeek, où ont séjourné plusieurs suspects des attentats de Paris.

Abdelhamid Abaaoud, activement recherché dès le lendemain de l'assaut donné par la police contre la cache des jihadistes présumés à Verviers le 15 janvier, avait affirmé avoir réussi à regagner la Syrie, dans Dabiq, le "magazine" en anglais de l'EI.

Il apparaît notamment dans une vidéo où l'EI se vante de commettre des atrocités, s'adressant goguenard à la caméra alors qu'il conduit un véhicule qui tire des cadavres mutilés vers une fosse commune.

Il a été condamné, en son absence, à 20 ans de prison en juillet à Bruxelles, dans un procès sur les filières de recrutement de jihadistes belges pour la Syrie.

Il avait fait la "une" des journaux belges dès 2014, après avoir enlevé son propre frère Younès, emmené en Syrie alors qu'il était âgé de 13 ans, et qui a été surnommé "le plus jeune jihadiste du monde" par certains médias. Leur père, Omar Abaaoud, sans nouvelles de ses deux fils, s'est porté partie civile contre son aîné.  


Sur le même sujet

Attentats de Paris: Toujours pas de trace de Salah Abdeslam
Deux suspects ont été inculpés lundi à Bruxelles pour terrorisme à la suite des attentats meurtriers de Paris, mais une vaste opération policière dans le quartier de Molenbeek n'a pas permis d'appréhender un suspect clé des attaques, Salah Abdeslam.
Handout picture shows Belgian-born Abdeslam Salah seen on a call for witnesses notice released by the French Police Nationale information services on their twitter account November 15, 2015. Police have identified two more French nationals who blew themselves up in the coordinated attacks in Paris on Friday, the prosecutor said, and also put out a request for a Belgian-born man they warned was dangerous.The two men, aged 20 and 31, were suicide bombers at the Stade de France and at a bar in the 11th district. On their Twitter feed the police said they were also seeking a Belgian-born man, Abdeslam Salah in connection with the attack, describing him "dangerous". REUTERS/Police Nationale/Handout via ReutersATTENTION EDITORS - THIS PICTURE WAS PROVIDED BY A THIRD PARTY. THIS PICTURE IS DISTRIBUTED EXACTLY AS RECEIVED BY REUTERS, AS A SERVICE TO CLIENTS. EDITORIAL USE ONLY. NOT FOR SALE FOR MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS. NO SALES. NO ARCHIVES.      TPX IMAGES OF THE DAY