Changer d'édition

Présidentielles aux USA: Dernière ligne droite, surprise du FBI et plafond de verre
International 3 min. 29.10.2016

Présidentielles aux USA: Dernière ligne droite, surprise du FBI et plafond de verre

L'affaire des emails des époux Clinton refait surface.

Présidentielles aux USA: Dernière ligne droite, surprise du FBI et plafond de verre

L'affaire des emails des époux Clinton refait surface.
AFP
International 3 min. 29.10.2016

Présidentielles aux USA: Dernière ligne droite, surprise du FBI et plafond de verre

L'affaire des emails des époux Clinton a été relancée par le FBI, alors que les élections auront lieu dans 11 jours. Le point sur les événements de cette dernière ligne droite avant les présidentielles américaines qui auront lieu le 8 novembre.

(AFP) - Hillary Clinton et Donald Trump ont enchaîné les meetings cette semaine, les sondages montrant un léger resserrement dans la dernière ligne droite même si la candidate démocrate reste nettement favorite.

Le FBI a créé la surprise en relançant l'affaire des emails et de la messagerie privée de Mme Clinton, 11 jours avant le scrutin.

La candidate démocrate se garde bien de relâcher ses efforts, mais son choix pour la soirée électorale du 8 novembre traduit ses espoirs: un bâtiment au plafond de verre, celui qu'elle espère briser en devenant la première présidente des Etats-Unis.

A moins d'une semaine et demie du scrutin, voici un résumé express de la semaine:

Fin de campagne effrénée

Floride, Caroline du Nord, Iowa, Ohio, New Hampshire, Arizona: Hillary Clinton et Donald Trump ont multiplié les apparitions dans les Etats-clés qui peuvent faire basculer l'élection. Mme Clinton a passé deux jours en Floride, l'Etat qui pourrait à lui seul décider du résultat, M. Trump y a passé presque trois jours. La candidate démocrate s'y est offert une brève pause pour ses 69 ans en assistant à un concert de la chanteuse Adele à Miami. Et elle a fait campagne pour la première fois avec la très charismatique Michelle Obama en Caroline du Nord. Deux Premières dames en campagne, du jamais vu plein d'énergie.

Donald Trump a aussi pris le temps d'aller brièvement inaugurer son nouvel hôtel de luxe à Washington mercredi avec ses enfants et sa femme, avant de reprendre ses meetings, au rythme de plusieurs par jour.

Léger resserrement des sondages

Les sondages se sont légèrement resserrés dans certains Etats-clés comme la Floride, le Nevada et l'Iowa, et au niveau national (45,1% contre 40,7%). Mme Clinton reste la grande favorite, mais le moindre hoquet des sondages fait l'affaire de tous: les chaînes d'information en continu toujours en quête d'audience, le camp Clinton qui veut continuer à mobiliser, et le camp Trump qui veut encore espérer.

L'affaire des emails relancée

Le directeur du FBI a créé l'émoi vendredi en annonçant la découverte de nouveaux emails «qui semblent pertinents» vis-à-vis de l'enquête close en juillet sur les emails et le serveur privé utilisé par Hillary Clinton lorsqu'elle était secrétaire d'Etat. Cette enquête n'a donné lieu à aucune poursuite.

Dans un bref courrier à des élus du Congrès, James Comey a précisé que ces emails étaient examinés «dans le cadre d'une affaire distincte», et que le FBI ne pouvait pas encore évaluer leur impact.

Il s'agit d'emails trouvés sur des appareils électroniques ayant appartenu à la collaboratrice d'Hillary Clinton, Huma Abedin, et à son mari Anthony Weiner, qui fait l'objet d'une enquête pour avoir échangé des textos à connotation sexuelle avec une mineure de 15 ans, selon les médias américains.

Plafond de verre

Hillary Clinton parle rarement de son objectif de devenir la première présidente des Etats-Unis, et de briser ainsi, selon ses termes, «le plus haut et le plus dur des plafonds de verre» pour les femmes.

Mais elle a annoncé avoir choisi pour la soirée électorale un lieu symbolique de cette ambition: l'énorme Javits Center à New York, centre de conventions sans aucun charme, mais à la structure entièrement faite de verre.

WikiLeaks et Bill Clinton

Une nouvelle série d'emails piratés et rendus publics par le site WikiLeaks, a révélé les intérêts financiers apparemment parfois interconnectés entre Bill Clinton et les entreprises contribuant à la Fondation qui porte son nom.

Certains clients d'un ancien collaborateur, Doug Band, ont payé l'ex-président des centaines de milliers de dollars pour des discours ou conseils, tout en contribuant à sa Fondation, à en croire un mémo de Doug Band, datant de novembre 2011. M. Band, qui était en charge des collectes de fonds pour la Fondation, mais avait aussi sa propre entreprise de conseil, y expliquait avoir «aidé à sécuriser» des dizaines de millions de dollars pour Bill Clinton.

«Nous avons également sollicité et obtenu, au besoin, des services en nature pour le président et sa famille - pour ses déplacements personnels, son hébergement, ses vacances et autres», écrivait-il.

Ce mémo figurait dans les emails piratés de John Podesta, ancien secrétaire général de la Maison Blanche durant la deuxième présidence Clinton et actuel président de l'équipe de campagne d'Hillary Clinton.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet