Changer d'édition

Première passe d'armes sur le plan de relance de l'UE
International 4 min. 19.06.2020

Première passe d'armes sur le plan de relance de l'UE

Le président du Conseil Charles Michel attend de la part des 27 qu'ils trouvent un compromis.

Première passe d'armes sur le plan de relance de l'UE

Le président du Conseil Charles Michel attend de la part des 27 qu'ils trouvent un compromis.
Photo: AFP
International 4 min. 19.06.2020

Première passe d'armes sur le plan de relance de l'UE

Les 27 se retrouvent ce vendredi en sommet virtuel pour lancer les tractations, aussi complexes qu'incertaines, sur un plan de relance post-coronavirus massif, qui marquerait une étape historique dans la construction européenne.

(AFP) - Si aucun accord n'est attendu pendant cette réunion, elle doit avant tout permettre à chaque dirigeant européen de dévoiler ses objectifs, ainsi que ses marges de négociation, sur cette relance destinée à soutenir une économie européenne sinistrée.

«Ce sera un tour de chauffe, indispensable pour prendre la température», explique Paris. En particulier celle des Pays-Bas, de l'Autriche, de la Suède et du Danemark, les quatre «frugaux» (ou «radins»), très réservés à l'égard de ce plan, qui bénéficiera avant tout aux pays du Sud. Les Européens, qui se retrouvent à 10h, espèrent trouver un accord avant fin juillet afin que le plan entre en vigueur en 2021, ce qui leur laisse six semaines.


Ursula von der Leyen
750 milliards pour relancer une économie exsangue
Avec un fonds de relance destiné à soutenir les Etats membres mis à mal par le coronavirus, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen dévoile mercredi un plan d'aide exceptionnelle, très attendu.

La discussion portera sur la proposition de la Commission européenne d'un «instrument de relance» de 750 milliards d'euros, largement inspiré de l'initiative d'Angela Merkel et du président français Emmanuel Macron - une alliance de poids dans le débat.

Ce fonds complète une proposition révisée de budget de l'UE pour la période 2021-2027, de 1.100 milliards d'euros, sur laquelle les Etats membres doivent aussi s'entendre.

Les 750 milliards de la relance seraient empruntés au nom de l'UE sur les marchés financiers, engendrant une «dette commune européenne», ce qui brise un tabou européen. Sur cette somme, 500 milliards seraient redistribués dans le cadre du budget de l'UE sous forme de subventions aux pays les plus touchés par le coronavirus, comme l'Espagne et l'Italie, et 250 milliards d'euros sous forme de prêts. «Jamais auparavant la cohésion et la solidarité n'ont été aussi importantes qu'aujourd'hui», a insisté jeudi la chancelière allemande Angela Merkel.

Division interne

Dans sa «lettre d'invitation» au sommet, le président du Conseil européen, Charles Michel, estime qu'«un consensus se fait jour» sur la nécessité d'un tel plan et sur le fait qu'il devra «être financé par des emprunts» communs.

Mais les divergences restent nombreuses, qu'il s'agisse de son montant, de sa durée, de l'équilibre entre prêts et subventions, des critères de répartition des aides, ainsi que de la délicate question d'une «conditionnalité», c'est-à-dire la contrepartie (par exemple des réformes) réclamée à un Etat en échange de ces fonds.

Pour Xavier Bettel, la transformation verte et la digitalisation de nos économies sont plus pertinentes que jamais.
Pour Xavier Bettel, la transformation verte et la digitalisation de nos économies sont plus pertinentes que jamais.
Photo: ME

Partisans d'une plus grande rigueur financière, les quatre «frugaux» réclament un niveau de dépense «proportionné», beaucoup moins élevé que les 750 milliards annoncés. Et ils optent pour des prêts, que chaque Etat devra donc rembourser, plutôt que des subventions, dont les modalités de remboursement ne sont pas définies dans la proposition de la Commission.

Le Premier ministre suédois, Stefan Löfven, se dit «très critique sur le fait que l'UE devrait réunir 500 milliards d'euros (...) pour les distribuer ensuite sous forme de subventions, sans aucune obligation de remboursement, envoyant ainsi la facture aux futurs contribuables».

La Commission évoque plusieurs possibilités pour le financement de ces 500 milliards en trouvant de nouvelles ressources pour alimenter le budget de l'UE, sans augmenter les contributions nationales des Etats: élargissement des recettes collectées sur le marché du carbone européen, taxe carbone aux frontières, impôt sur l'activité des grandes entreprises ou encore un impôt sur les entreprises numériques. Mais là encore, un compromis va devoir être trouvé entre les Etats membres.


ARCHIV - 10.06.2019, Belgien, Br¸ssel: Flaggen der Europ‰ischen Union wehen im Wind vor dem Berlaymont-Geb‰ude, dem Sitz der Europ‰ischen Kommission. (Zu dpa ´EU-Kommission: Schon 3,4 Billionen gegen Corona-Krise mobilisiertª) Foto: Arne Immanuel B‰nsch/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'UE en quête d'un compromis sur un plan de relance
La Commission européenne proposera mercredi un plan de relance pouvant atteindre 1.000 milliards d'euros pour surmonter la crise engendrée par le coronavirus. Cette proposition marquera le coup d'envoi de négociations difficiles entre des Européens divisés sur la solidarité financière.

Après ce premier tour de table, Charles Michel lancera des consultations en vue d'un ou deux nouveaux sommets en juillet à Bruxelles, physiques cette fois-ci. Une rencontre réelle entre dirigeants avec ses pauses et ses apartés, est jugée indispensable pour arriver à un compromis sur une question aussi complexe, où l'unanimité est requise.    

Par ailleurs à l'instar de Greenpeace, de nombreuses organisations ont prié Bruxelles de mettre en place des garanties environnementales dans ce plan de relance. Histoire de répondre aux objectifs fixés par l'accord de Paris. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Greenpeace favorable à une relance écologique
L'organisation écologiste craint que le fameux plan européen de reprise fasse la part belle aux énergies fossiles. Elle demande à l'UE de mettre en place des garanties environnementales qui répondent aux objectifs de l'accord de Paris.
L'UE ambitionne de devenir neutre en carbone dans une trentaine d'années.
L'UE dévoile ses choix pour la réouverture des frontières
Bruxelles a recommandé ce jeudi la levée de toutes les restrictions de voyage au sein de l'Union européenne et de l'espace Schengen au lundi 15 juin. Quant à la réouverture des frontières extérieures, la date du mercredi 1er juillet est avancée.
This image taken in Nova Gorica/Gorizia, Slovenia on June 3, 2020, shows a general view of a border crossing between Slovenia and Italy. (Photo by Jure Makovec / AFP)
L'Europe relancée par un plan de 500 milliards d'euros
France et Allemagne ont proposé un dispositif financier afin d'aider l'Union européenne à surmonter la crise historique engendrée par la pandémie de coronavirus. Ce plan, pas encore accepté, passerait par un mécanisme inédit de mutualisation de la dette européenne.
German Chancellor Angela Merkel arrives to address a joint press conference with French President Emmanuel Macron, who attends via video link, at the Chancellery in Berlin, Germany, on May 18, 2020 on the effects of the novel coronavirus COVID-19 pandemic. (Photo by Kay NIETFELD / POOL / AFP)
L'UE prône la solidarité pour sortir de la crise
Les 27 chefs d'Etat et de gouvernement, flanqués des dirigeants des trois institutions de l'Union européenne, ont prôné la solidarité pour sortir «plus forts» de la pandémie de coronavirus, dans une vidéo publiée ce samedi sur Twitter à l'occasion de la journée de l'Europe.
A picture taken in Brussels on May 6, 2020 shows the  EU Commission building bearing a banner that reads "Coronavirus Global Response", as the country is under lockdown to stop the spread of the Covid-19 pandemic caused by the novel coronavirus. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / POOL / AFP)
«La solidarité européenne est cruciale»
Jean Asselborn (LSAP) a mis en évidence la coopération entre les pays de l'UE face à la pandémie de covid-19 lors du Conseil des affaires étrangères qui s'est tenu ce vendredi. Le ministre des Affaires européennes a aussi rappelé que le Luxembourg était disposé à aider d'autres pays.
Medical staff embark patients infected with the COVID-19 onboard a French air force medical Airbus A330 Phenix aircraft on April 3, 2020 at the Findel airport in Luxembourg as part of the "Morphee" operation to evacuate COVID-19 patients from the CHR of Metz to hospitals in areas where the outbreak has been limited so far. (Photo by JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)