Changer d'édition

Première journée marathon pour désigner le jury
International 4 min. 01.12.2022
Procès des attentats de 2016 à Bruxelles

Première journée marathon pour désigner le jury

Mercredi matin, les neuf accusés attendus étaient tous présents, sept dans le box dont Abdeslam et deux comparaissant libres.
Procès des attentats de 2016 à Bruxelles

Première journée marathon pour désigner le jury

Mercredi matin, les neuf accusés attendus étaient tous présents, sept dans le box dont Abdeslam et deux comparaissant libres.
AFP
International 4 min. 01.12.2022
Procès des attentats de 2016 à Bruxelles

Première journée marathon pour désigner le jury

«Abdeslam Salah, 33 ans, électromécanicien»: le jihadiste français, pull noir et barbe fournie, s'est contenté de décliner poliment son identité à la cour, à l'ouverture de l'audience mercredi matin.

(AFP) - Six ans et demi après les faits, le procès des attentats jihadistes de 2016 à Bruxelles s'est ouvert mercredi dans la capitale belge par la formation d'un jury de cour d'assises exceptionnellement fourni pour affronter de longs mois de débats. Neuf hommes accusés de crimes terroristes, dont Salah Abdeslam, un millier de parties civiles, 36 jurés dont 24 suppléants pour pallier d'éventuelles absences chez les titulaires: ce procès est celui de la démesure à plusieurs titres.


A Belgian police officer stands in the courtroom at the Justitia building in Brussels on November 30, 2022, ahead of the trial against the nine alleged jihadists accused of taking part in the March 2016 suicide bombings. - Belgium's worst peacetime massacre left 32 dead and hundreds marked for life. Now, six and a half years later, Brussels will host its biggest ever criminal trial. (Photo by Stephanie LECOCQ / POOL / AFP)
Ouverture du procès en présence de Salah Abdeslam
Le procès des attentats de 2016 à Bruxelles s'est ouvert mercredi dans la capitale belge, en présence du jihadiste français déjà condamné à la perpétuité incompressible en France pour les attaques du 13 novembre 2015.

La première journée a été entièrement consacrée à la constitution du jury populaire, un objectif atteint à l'issue d'une audience marathon de plus de douze heures, suspendue peu après 23H15 (22H15 GMT). Quelque 600 citoyens belges avaient été convoqués comme jurés potentiels mercredi, et 200 d'entre eux ont obtenu d'être dispensés. Les 36 appelés à siéger n'ont été tirés au sort qu'après un long défilé à la barre pour que chaque dispensé se justifie.

Après ce passage obligé du procès d'assises, les débats commenceront lundi. La semaine sera marquée par la lecture prévue sur plusieurs jours de l'acte d'accusation, un document d'environ 500 pages. Le procès doit durer jusqu'en juin.

32 morts et des centaines de blessés

Le matin du 22 mars 2016, deux jihadistes s'étaient fait exploser dans le hall des départs de l'aéroport de Bruxelles-Zaventem, et un troisième une grosse heure plus tard dans une station de métro de la capitale belge, causant 32 morts et plusieurs centaines de blessés.


This photograph taken on November 14, 2022, shows Belgian police officers standing to attention as they attend a tribute to Thomas Monjoie, the 29-year-old policeman who was stabbed and killed in a knife attack in Brussels, on November 10, 2022. - The knifeman who fatally stabbed a Brussels police officer before being shot and arrested was already on a watch list maintained by Belgium's terrorism monitoring agency, federal prosecutors said on November 11, 2022. Investigators told reporters that the suspect "Yassine M.", who was born in Brussels in 1990, had shouted "Allahu Akbar" -- "God is greatest" -- as he lunged at two officers late on November 10, 2022. (Photo by NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Yassine M., violeur radicalisé, voulait se faire soigner
On en sait plus sur l'homme qui a tué un policier à Schaerbeek jeudi dernier.

Ces attentats-suicides, revendiqués par le groupe Etat islamique (EI), ont été perpétrés par la cellule jihadistes déjà à l'origine des attaques du 13 novembre 2015 (130 morts à Paris et Saint-Denis). Ils surviennent quatre jours après l'arrestation - le 18 mars dans la commune bruxelloise de Molenbeek - de Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos du 13 Novembre. Une interpellation qui précipite ce nouveau passage à l'acte du groupe.

«Electromécanicien» 

«Abdeslam Salah, 33 ans, électromécanicien»: le jihadiste français, pull noir et barbe fournie, s'est contenté de décliner poliment son identité à la cour, à l'ouverture de l'audience mercredi matin.

Une attitude qui contrastait avec celle de septembre 2021 au lancement du procès du 13-Novembre à Paris. «J'ai délaissé toute profession pour devenir un combattant de l'Etat islamique», avait alors asséné Abdeslam, condamné en juin à la perpétuité incompressible, la peine la plus lourde du code pénal français.

Des accusés impassibles

Mercredi matin, les neuf accusés attendus étaient tous présents, sept dans le box dont Abdeslam et deux comparaissant libres. Un dixième homme, Oussama Atar, dirigeant de la cellule, est jugé par défaut (comme à Paris) car il est présumé mort en Syrie.

Un seul accusé, le Suédois d'origine syrienne Osama Krayem, a refusé de se lever lors de l'appel et de prononcer le moindre mot à l'adresse de la cour.


Dieses Archivfoto vom 18. Juni 2004 zeigt Hassan Iquioussen (l.). Mit seiner Flucht kam der radikale Hassprediger einer Ausweisung zuvor.
Un imam au discours haineux arrêté en Belgique
La France avait émis un arrêté d’expulsion contre Hassan Iquioussen, un imam de nationalité marocaine au discours sulfureux.

Pendant de longues heures, face à des accusés impassibles, bavardant parfois l'un avec l'autre dans le box collectif, des dizaines de femmes et d'hommes, candidats jurés, se sont succédé devant la cour pour appuyer leur demande de dispense. «Je vais être opéré en mars», «je dois allaiter mon bébé de 8 mois», «j'ai déjà réservé mes vacances en Thaïlande»: la plupart ont fait valoir des raisons médicales, familiales, parfois professionnelles.

Certains ont avancé des liens personnels avec tel avocat ou telle victime des attentats risquant d'affecter leur impartialité. Le cinéaste Joachim Lafosse a ainsi été dispensé. Même chose pour l'athlète Kevin Borlée. Après «339» dispenses accordées avant le procès la présidente de la cour Laurence Massart en a délivré 200 autres mercredi.

«Abandonnées à leur sort» 

A l'inverse de la France où ils sont soumis à une cour d'assises spéciale (uniquement composée de magistrats), les crimes «terroristes» sont encore jugés en Belgique par 12 citoyens tirés au sort pour assister trois magistrats professionnels.


Police officers stand guard near the scene of a stabbing attack in Brussels, on November 10, 2022. - A Belgian police officer was killed Thursday in a knife attack in Brussels, authorities said, with officials probing the motive of the assailant. A judicial source told AFP there was "a suspicion" that terrorism could have been the reason for the assault, but investigators have yet to gather evidence to substantiate it. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Un policier tué dans une attaque au couteau à Bruxelles
Le parquet fédéral belge, compétent en matière de terrorisme, a été saisi jeudi soir de l'enquête sur l'attaque au couteau qui a coûté la vie à un policier à Bruxelles, a indiqué un porte-parole du parquet.

Situation inédite en Belgique, permise par une loi récente: 36 sièges seront occupés dans leurs rangs, pour 12 jurés titulaires et 24 suppléants amenés à remplacer au pied levé toute absence. Selon un calendrier prévisionnel, les accusés sont censés être interrogés sur les faits à partir du 19 décembre, les premiers témoignages de victimes étant attendus à la mi-janvier.

Proches de victimes décédées, personnes blessées ou souffrant de séquelles psychologiques: un millier de personnes se sont constituées parties civiles au procès pour réclamer la réparation d'un préjudice.

Plusieurs rescapés et témoins interrogés par l'AFP ont aussi décrit leur pénible combat pour obtenir des assurances la prise en charge des soins médicaux. «Les victimes ont été abandonnées à leur sort par l'Etat belge», a dénoncé un collectif représentant près de 300 parties civiles.


Sur le même sujet

Le procès des attentats de 2016 à Bruxelles s'est ouvert mercredi dans la capitale belge, en présence du jihadiste français déjà condamné à la perpétuité incompressible en France pour les attaques du 13 novembre 2015.
A Belgian police officer stands in the courtroom at the Justitia building in Brussels on November 30, 2022, ahead of the trial against the nine alleged jihadists accused of taking part in the March 2016 suicide bombings. - Belgium's worst peacetime massacre left 32 dead and hundreds marked for life. Now, six and a half years later, Brussels will host its biggest ever criminal trial. (Photo by Stephanie LECOCQ / POOL / AFP)
Les deux accusés, deux proches d'Amedy Coulibaly, sont rejugés deux ans après leur premier procès. La cour aura jusqu'au 21 octobre pour soupeser le degré de responsabilité de chacun dans la préparation des attentats.
A French gendarme walks outside the Palais de Justice ahead of the appeal trial for their alleged role in the Charlie Hebdo attacks when members of the French satirical magazine were killed by jihadist gunmen in January 2015, in Paris, on September 12, 2022. - Two of the 11 sentenced over the 2015 Charlie Hebdo attacks, Ali Riza Polat and Amar Ramdani, are to appear in an appeal trial from September 12, 2022 in Paris. (Photo by Emmanuel DUNAND / AFP)