Changer d'édition

Première grève nationale des femmes en Belgique
International 1 2 min. 07.03.2019 Cet article est archivé

Première grève nationale des femmes en Belgique

A Toulouse en 2012

Première grève nationale des femmes en Belgique

A Toulouse en 2012
BELGAIMAGE
International 1 2 min. 07.03.2019 Cet article est archivé

Première grève nationale des femmes en Belgique

Christelle BRUCKER
Christelle BRUCKER
Elles veulent rendre visible l'importance de leurs tâches quotidiennes: les femmes font grève ce vendredi en Belgique, inspirées par le mouvement des Espagnoles en 2018.

Ce vendredi 8 mars, les femmes de Belgique sont invitées à faire grève pour revendiquer leurs droits, autrement dit, à arrêter de faire tout ce qu'elles ont l'habitude de faire, le temps d'une journée. Lancée par le  «Collecti.e.f 8 maars» composé de femmes de tous horizons, cette initiative rencontre un franc succès et plusieurs centrales syndicales ont déjà annoncé leur soutien: 

  • la CNE (CSC pour les employées dans le privé),
  • la Centrale Générale (FGTB, notamment pour les secteurs du nettoyage et des titres services)
  • et la CGSP Bruxelles (FGTB pour les services publics à Bruxelles).

Bien plus qu'une grève "classique" qui ne concernerait que le travail rémunéré, les Belges sont invitées à ne pas aller en cours, à ne pas consommer et à ne pas accomplir le travail domestique quotidien, pour dénoncer des inégalités et discriminations qui concernent toutes les sphères de la vie. 

A 14 heures, les grévistes sont appelées à faire le plus de bruit possible, où qu'elles se trouvent, et pour celles qui seront dans la capitale, une manifestation est prévue à 17 heures, départ à la gare centrale. Sur les réseaux sociaux, le hashtag #8maars est lancé.

L'exemple espagnol

En Espagne, l'année dernière, des millions de femmes avaient cessé le travail à l'appel de 10 syndicats et étaient descendues dans la rue pour protester contre les violences faites aux femmes. Les différents rassemblements dans des dizaines de villes avaient littéralement paralysé le pays ce 8 mars.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Le collectif veut dénoncer, à travers cette journée d'action, «les injustices vécues par la moitié de la population. Encore aujourd’hui, les femmes sont agressées, battues, violées parce qu’elles sont femmes. Aussi parce qu’elles sont musulmanes, parce qu’elles sont noires, parce qu’elles sont trans.»

«Quand les femmes s'arrêtent, le monde s'arrête»

«Les femmes sont sous-représentées dans les milieux politiques, culturels, sportifs, académiques, etc. Partout dans le monde elles sont discriminées. Elles vivent des situations économiques plus précaires et gagnent, à métier égal, moins que leurs homologues masculins. Elles assument la plupart du travail domestique et le soin des enfants, gratuitement et de manière invisible.»

Les organisatrices préviennent que cette grève est «une première étape dans la construction d’un mouvement féministe fort en Belgique, visant une société réellement égalitaire.» Elles souhaitent rendre visible leur réalité en montrant que «quand les femmes s'arrêtent, le monde s'arrête». 


Sur le même sujet

La timide grève des femmes belges
Ce vendredi 8 mars, les femmes de Belgique se sont mobilisées, comme au Luxembourg, pour faire entendre leurs voix. Cette première grève des femmes a rassemblé entre 4.000 et 15.000 personnes à Bruxelles selon les versions.
A woman holds a placard during a women's strike in the streets of Brussels, on March 8, 2019, marking the International Women's Day. (Photo by LAURIE DIEFFEMBACQ / various sources / AFP) / Belgium OUT