Changer d'édition

Premier round entre Johnson et Corbyn
International 19.11.2019

Premier round entre Johnson et Corbyn

Fanfaron, Boris Johnson a visiblement envie de mettre KO ses adversaires travaillistes. Pas gagné.

Premier round entre Johnson et Corbyn

Fanfaron, Boris Johnson a visiblement envie de mettre KO ses adversaires travaillistes. Pas gagné.
Photo : AFP
International 19.11.2019

Premier round entre Johnson et Corbyn

Le Premier ministre britannique affronte le chef de l'opposition travailliste, mardi soir, dans un débat télévisé. A l'approche des élections du 12 décembre, dominées par le thème du Brexit, le match s'annonce serré.

(AFP) - Arrivé au pouvoir fin juillet, le chef du gouvernement conservateur Boris Johnson met son adversaire travailliste, Jonathan Corbyn sous pression à l'approche du scrutin qui devrait permettre de désigner une nouvelle majorité parlementaire. Et l'actuel Premier ministre anglais d'exploiter à fond l'un de ses principaux atouts: l'accord de sortie de l'Union européenne qu'il a négocié avec Bruxelles.

Johnson compte sur ce scrutin pour obtenir la majorité au Parlement qui lui a fait défaut pour tenir sa promesse de réaliser le Brexit, désormais repoussé à la fin janvier. Le débat, diffusé sur la chaîne ITV, doit commencer à 20h et durer une heure. Dans une lettre à Jeremy Corbyn lundi soir, Boris Johnson, 55 ans, est venu titiller son rival sur l'un de ses points faibles, en le pressant de questions sur sa position sur le Brexit. Un dossier qui a valu à Jeremy Corbyn des contestations au sein même du Labour.

A presque 40% des intentions de vote, les conservateurs de Boris Johnson sont largement en tête, contre 29% pour le Labour de Corbyn, selon l'agrégateur de sondages Britain elect.
A presque 40% des intentions de vote, les conservateurs de Boris Johnson sont largement en tête, contre 29% pour le Labour de Corbyn, selon l'agrégateur de sondages Britain elect.
Photo : AFP

Le leader travailliste a annoncé qu'en cas de victoire, il négocierait avec l'UE un nouvel accord, qu'il soumettrait dans les six mois de son arrivée au pouvoir un nouveau référendum offrant aussi l'option d'un maintien dans l'Union européenne. Mais il a toujours refusé de dire quelle serait sa position, affirmant qu'il laisserait les électeurs trancher. 

Plus de «tergiversations et de retard», l'accuse à l'envi Boris Johnson, promettant un avenir radieux à un Royaume-Uni qui deviendrait «l'endroit le plus formidable sur terre» pour vivre, entreprendre, respirer... 

Trois autres débats télévisés sont programmés d'ici au vote, dont un seul n'opposant que Boris Johnson et Jeremy Corbyn.


Sur le même sujet

Le Labour promet l'internet gratuit pour tous
Le principal parti d'opposition britannique a promis, vendredi, l'accès au très haut débit libre pour tous s'il remporte les élections du 12 décembre. Il s'agit de l'engagement le plus spectaculaire d'une campagne marquée par des annonces onéreuses.
Jeremy Corbyn, leader travailliste, multiplie les annonces de nationalisation.
La Place, ce véritable refuge face au Brexit
Des centaines de sociétés de financement britanniques ont introduit des demandes de dérogations pour pouvoir poursuivre leurs opérations depuis le Grand-Duché après le départ du Royaume-Uni de l'UE, a indiqué jeudi soir Claude Marx, directeur général de la CSSF.
Wirtschaft, Classement des Banques,Finanzplatz Luxemburg,Banken,Deutsche Bank, KPMG. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«Renégocier l'accord de Brexit n'est pas réaliste»
Le président sortant de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a jugé mardi sur la BBC que la proposition du chef de l'opposition britannique, le travailliste Jeremy Corbyn, de négocier un nouvel accord de sortie de l'Union européenne n'était pas «réaliste».
(FILES) In this file photo taken on October 17, 2019 President of the European Commission Jean-Claude Juncker looks on as he addresses a press conference at a European Union Summit at European Union Headquarters in Brussels. - The president of the European Commission, Jean-Claude Juncker, will undergo surgery on November 11 to treat an aneurysm, members of his inner circle told AFP on October 31, 2019. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)