Changer d'édition

Premier revers électoral pour Boris Johnson
International 3 min. 02.08.2019

Premier revers électoral pour Boris Johnson

Ed Davey et Jane Dodd, victorieux lors du scrutin dans la circonscription de Brecon et Radnorshire, au Pays de Galles.

Premier revers électoral pour Boris Johnson

Ed Davey et Jane Dodd, victorieux lors du scrutin dans la circonscription de Brecon et Radnorshire, au Pays de Galles.
Photo: AFP
International 3 min. 02.08.2019

Premier revers électoral pour Boris Johnson

Le nouveau Premier ministre britannique a subi sa première désillusion dans les urnes, une défaite de son parti à une élection partielle ayant ramené sa faible majorité parlementaire à seulement une voix, compliquant sa stratégie pour le Brexit.

AFP - Le Parti conservateur au pouvoir, dont Boris Johnson a pris la tête la semaine dernière, a perdu le siège de la circonscription de Brecon et Radnorshire, au Pays de Galles (ouest), au profit d'une candidate pro-européenne, selon les résultats officiels annoncés vendredi.


(FILES) This file photo taken on June 22, 2016 shows A Union flag flies in the wind in front of the Big Ben clock face and the Elizabeth Tower at the Houses of Parliament in central London.
Britain's referendum vote to leave the European Union has pitted parents against children, cities against rural areas, north against south and university graduates against those with fewer qualifications. "What the government is now faced with is not only the economic consequences of a break with the EU, but a fracturing of the United Kingdom," said Rodney Barker, emeritus professor of government at the London School of Economics. / AFP PHOTO / JUSTIN TALLIS
Royaume-Uni : Brexit: les Britanniques votent la sortie de l'UE
Le référendum organisé le jeudi 22 juin a signé la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne.

Cette défaite fragilise le tout nouveau gouvernement qui vient d'annoncer le doublement de son budget annuel consacré aux préparatifs d'un Brexit sans accord, en leur allouant 2,1 milliards de livres supplémentaires (2,3 milliards d'euros).

Cet argent servira à «accélérer les préparations à la frontière, soutenir les préparatifs des entreprises et assurer l'approvisionnement des médicaments essentiels» ainsi qu'à lancer une nouvelle campagne de communication sur le Brexit, a précisé le ministère des Finances.

Pas de nouveau report

Au total, 6,3 milliards de livres (6,9 milliards d'euros) auront été alloués pour préparer le Brexit, dont 4,2 milliards cette année. «Depuis que je suis arrivé au Trésor, j'ai mis le turbo pour nos préparatifs (...) pour un Brexit sans accord, non parce que nous le voulons, mais nous devons être préparés car nous partirons le 31 octobre», a déclaré jeudi le nouveau ministre des Finances, Sajid Javid.

Si Boris Johnson veut renégocier l'accord de retrait conclu entre l'ancienne Première ministre Theresa May et Bruxelles - ce que l'Union européenne exclut - il a affirmé qu'en cas d'échec, il ne demanderait pas de nouveau report du Brexit et que le Royaume-Uni quitterait l'UE, accord ou pas, le 31 octobre.

Un «gaspillage»

«La probabilité d'un Brexit sans accord a augmenté pour les participants du marché», a noté la Banque d'Angleterre, qui a sabré jeudi les prévisions de croissance pour le pays. Elles passent à 1,3% en 2019 et 2020, contre respectivement 1,5% et 1,6% en mai.

«Ce gouvernement aurait pu écarter un "no deal" et dépenser ces milliards pour nos écoles, nos hôpitaux et nos citoyens», a fustigé John Mcdonnell, ministre des Finances du cabinet fantôme de l'opposition travailliste, dénonçant un «gaspillage».

Jane Dodds victorieuse

L'opposition ne se situe pas seulement dans les rangs du Labour. Le poids lourd Philip Hammond, ministre des Finances du précédent gouvernement conservateur, a déjà prévenu qu'il ferait tout pour bloquer un «no deal».

L'élection de Brecon a été remportée par la candidate libérale-démocrate Jane Dodds qui a, elle, mis en garde contre un plan de Brexit «sans accord» qui frapperait économiquement les fermiers gallois.

La candidate démocrate Jane Dodds veut «trouver Boris Johnson où il se cache» et lui dire ses quatre vérités.
La candidate démocrate Jane Dodds veut «trouver Boris Johnson où il se cache» et lui dire ses quatre vérités.
Photo: AFP

«Ma toute première action en tant que députée quand j'arriverai à Westminster sera de trouver Boris Johnson où qu'il se cache et lui dire haut et fort: arrêtez de jouer avec l'avenir de nos communautés et écartez un Brexit sans accord», a affirmé Mme Dodds après sa victoire. 

L'élection partielle de jeudi suit la destitution du député conservateur Chris Davies, déclenchée par des électeurs comme le permet une procédure introduite en 2015 par l'ancien Premier ministre conservateur David Cameron. Les électeurs avaient sanctionné M. Davies à la suite de sa condamnation pour fausses déclarations de dépenses.


Au palais de Buckingham, Boris Johnson a accepté l'offre de sa majesté et lui a embrassé la main lors de son investiture comme Premier ministre.
Les difficultés qui attendent Boris Johnson
Brexit, crise iranienne, faible majorité parlementaire, incertitudes économiques: voici quelques-unes des difficultés auxquelles celui qui a été nommé Premier ministre britannique ce mercredi après-midi devra faire face.

Estimant avoir fait une erreur, Chris Davies s'était présenté de nouveau. Il a finalement été battu par sa rivale Jane Dodd par 13.826 voix contre 12.401. Le candidat du Parti du Brexit a obtenu pour sa part 3.331 voix, tandis que le Parti travailliste est arrivé en quatrième position avec 1.680 voix.

La circonscription de Brecon et Radnorshire avait voté à 52% en faveur d'un divorce avec l'Union européenne lors du référendum sur le Brexit en 2016, dont Boris Johnson est l'un des grands artisans.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Premier conseil des ministres pour Boris Johnson
Le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson réunit jeudi les poids lourds de son gouvernement, fraîchement nommés, première étape de sa bataille pour résoudre la crise du Brexit qui dure depuis trois ans et qu'il promet de régler en trois mois.
(L-R) Britain's Education Secretary Gavin Williamson, Britain's International Trade Secretary Liz Truss, Britain's Health and Social Care Secretary Matt Hancock, Cabinet Secretary Mark Sedwill, Britain's Prime Minister Boris Johnson, Britain's Chancellor of the Exchequer Sajid Javid, Britain's Work and Pensions Secretary Amber Rudd, Britain's Housing, Communities and Local Government Secretary Robert Jenrick, Britain's Scotland Secretary Alister Jack and Britain's Culture Secretary Nicky Morgan listen as Britain's Prime Minister Boris Johnson (C) holds his first Cabinet meeting at 10 Downing Street in London on July 25, 2019. - Britain's newly installed Prime Minister Boris Johnson held his first cabinet meeting today faced with the burning challenge of resolving the three-year Brexit crisis in three months. (Photo by Aaron Chown / POOL / AFP)
Les difficultés qui attendent Boris Johnson
Brexit, crise iranienne, faible majorité parlementaire, incertitudes économiques: voici quelques-unes des difficultés auxquelles celui qui a été nommé Premier ministre britannique ce mercredi après-midi devra faire face.
Au palais de Buckingham, Boris Johnson a accepté l'offre de sa majesté et lui a embrassé la main lors de son investiture comme Premier ministre.
Place aux deux finalistes pour Downing Street
Les députés conservateurs britanniques détermineront jeudi qui se mesurera à Boris Johnson dans le sprint final de la course à la succession de la Première ministre, Theresa May, jusqu'ici dominée de la tête et des épaules par l'exubérant champion des pro-Brexit.
A combination of pictures created in London on June 19, 2019 shows the remaining four contenders in the contest for leader of the Conservative party: (L-R) Britain's Home Secretary Sajid Javid, Britain's Environment, Food and Rural Affairs Secretary Michael Gove, former foreign secretary Boris Johnson, and Britain's Foreign Secretary Jeremy Hunt. - Rory Stewart was knocked out of the race to become Britain's next prime minister on June 19, leaving four candidates led by former foreign secretary Boris Johnson. (Photo by STF / AFP)