Changer d'édition

Plus de soupçons que de preuves autour d'AstraZeneca
International 4 min. 15.03.2021 Cet article est archivé

Plus de soupçons que de preuves autour d'AstraZeneca

D'ici à la fin du mois de mars, le Luxembourg attend encore 15.000 doses du vaccin AstraZeneca.

Plus de soupçons que de preuves autour d'AstraZeneca

D'ici à la fin du mois de mars, le Luxembourg attend encore 15.000 doses du vaccin AstraZeneca.
Photo : AFP
International 4 min. 15.03.2021 Cet article est archivé

Plus de soupçons que de preuves autour d'AstraZeneca

Le vaccin anti-covid du laboratoire suédo-britannique est-il dangereux? De nombreux pays (Luxembourg, France et Allemagne notamment) l'ont suspendu après de graves problèmes sanguins chez quelques vaccinés en Europe.

(AFP) - L'emballement des autorités de santé des différents pays divise les professionnels de santé. Fallait-il aussi vite repousser le vaccin AstraZeneca alors que de premiers effets indésirables étaient signalés ici ou là, dans l'Union européenne notamment. «Cela n'a aucun sens (de) procéder à des arrêts de cette vaccination», s'étonnait lundi Bruno Riou, cadre de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris. «C'est comme si on disait: «Il y a eu un accident de voiture chez un vacciné, on va interdire la conduite ou supprimer la vaccination!»


Et de quatre, avec Johnson & Johnson
L'Agence européenne des médicaments autorise les Etats membres à protéger leur population avec le vaccin américain. Facile à conserver et ne nécessitant qu'une seule dose, le produit va bouleverser les campagnes de vaccination en cours

Pourtant, lundi, l'Allemagne, la France et l'Italie ont suspendu le vaccin jusqu'à au moins mardi. Jour où le régulateur européen rendra un nouvel avis sur cette formule développée en collaboration avec l'Université d'Oxford. Depuis une semaine, il y a rarement eu une journée sans qu'un autre pays suspende le recours à ce vaccin. Le 9 mars dernier, c'était ainsi au tour du Luxembourg d'écarter un lot douteux (ABV5300), oubliant de l'annoncer individuellement aux 4.141 personnes ayant reçu une injection issue de ce pack mis hors circuit.

L'Autriche a lancé le mouvement le 8 mars en suspendant ce même lot de vaccins après la mort d'une infirmière qui venait de recevoir une dose d'AstraZeneca. La femme de 49 ans est décédée à cause d'une mauvaise coagulation sanguine. Depuis, c'est l'emballement. A chaque fois, les autorités sanitaires réagissent à des cas, dans leur pays ou à l'étranger, où des personnes vaccinées ont développé des problèmes sanguins parfois mortels.

Ce sont soit des difficultés à coaguler, comme en Autriche, soit la formation de caillots sanguins (thrombose), pour lequel un seul cas grave a été signalé en France après la prise d'un vaccin AstraZeneca. Mais les autorités concernées le reconnaissent: il n'y a aucun lien avéré entre ces problèmes de santé et ce vaccin, à part l'enchaînement chronologique. Si celui-ci est suspendu, c'est simplement le temps de s'assurer qu'un tel rapport n'existe pas, ce qui nécessite une véritable enquête scientifique.

C'est un classique principe de précaution qui a l'aval de certains chercheurs. «Quand on utilise un produit relativement récent comme tous ces nouveaux vaccins, on doit les surveiller comme le lait sur le feu et dès qu'il y a un signal, même si on n'y croit pas, il faut tout arrêter», estimait jeudi la vaccinologue suisse Claire-Anne Siegrist. Mais l'approche laisse perplexes nombre d'autres professionnels, qui pointent que ces problèmes de santé ne semblent pas plus fréquents après le vaccin AstraZeneca qu'après les autres actuellement distribués en Europe, Pfizer/BioNTech et Moderna.

57 cas de thromboses sur 19 millions de vaccinés

C'est d'ailleurs l'argument employé par le groupe lui-même. Dans un communiqué publié dimanche, AstraZeneca souligne que les cas de thromboses après avoir reçu son vaccin sont «similaires» à ceux de ses homologues. Ces affirmations sont appuyées par les chiffres officiels du Royaume-Uni, l'un des pays les plus avancés dans sa campagne de vaccination. Ils témoignent par ailleurs du caractère extrêmement rare des thromboses.

Il y en a eu 35 sur les 9,7 millions de personnes ayant reçu une dose AstraZeneca (0,0004%) et 24 sur les 10,7 millions de vaccinés Pfizer/BioNTech (0,0002%). Dans chaque catégorie, il n'y a qu'un seul décès.


(FILES) In this file photo taken on January 10, 2021 a health worker fills a syringe with the Pfizer-BioNTech COVID-19 vaccine against the novel coronavirus at the vaccination center in Pfaffenhofen, southern Germany. - Pfizer-Biontech's coronavirus vaccine offers more protection than earlier thought with effectiveness in preventing symptomatic disease reaching 97 percent, according to real world evidence published on March 11, 2021 by the pharmaceutical companies. (Photo by Christof STACHE / AFP)
Parce que chaque goutte compte
Les vaccins anti-covid se faisant attendre, pas question de gâcher la moindre dose. Le ministère de la Santé a d'ailleurs listé des consignes à destination des centres de vaccination.

«Manifestement, la proportion (...) n'est pas différente», souligne dans un communiqué Stephen Evans, épidémiologiste à la London School of Hygiene and Tropical Medicine, et qui regrette la suspension du vaccin dans de multiples pays. «C'est tout à fait raisonnable d'étudier attentivement les liens entre vaccins et problèmes de coagulation, mais on va trop loin en (empêchant) les gens de recevoir des vaccins qui peuvent leur éviter de tomber malade», insiste-t-il.

Selon AstraZeneca, les cas de thromboses sont même nettement moins fréquents que la moyenne dans la population. Cela ne veut pas dire pour autant que le vaccin est sans effets indésirables. 

En France, les données du régulateur des médicaments, l'ANSM, montrent qu'ils sont plus fréquents à être signalés chez des vaccinés AstraZeneca (0,66%) que Pfizer/BioNTech (0,19%) ou Moderna (0,12%). Ils sont le plus souvent sans gravité. Lorsqu'ils sont lourds, il s'agit en grande majorité de syndromes proches de la grippe «particulièrement sévères» avec, par exemple, des accès de fièvre intense.

Certains effets peuvent, toutefois, être, encore plus graves comme des réactions allergiques qui empêchent de respirer. L'Union européenne les a ajoutées voici quelques jours à la liste des effets secondaires potentiels du vaccin AstraZeneca, même si les cas sont exceptionnels: 41 sur cinq millions.


Sur le même sujet

Alors qu'un membre de l'Agence européenne des médicaments a confirmé mardi l'existence d'un lien «clair» entre les thromboses et le vaccin, un collectif de chercheurs français explique qu'une mauvaise administration en serait la cause précise.
Alors que les Pays-Bas ont suspendu dimanche par précaution l'utilisation du vaccin contre le covid-19, le laboratoire suédo-britannique multiplie les déboires en Europe où il ne parvient déjà pas à honorer ses commandes.
A bottle of the AstraZeneca Covid-19 vaccine sits on a table next to syringes during a mass vaccination campaign for people between ages of 50 to 55 in Vigo, northwestern Spain, on March 13, 2021. (Photo by MIGUEL RIOPA / AFP)
Le gouvernement français tente de passer la vitesse supérieure dans sa gestion de l'épidémie de covid-19 après avoir refusé d'imposer un nouveau confinement dans l'immédiat. Dans ce cadre, quatre sites pharmaceutiques en France vont commencer à produire des vaccins sur le territoire, dès fin février.
(FILES) In this file photo taken on January 14, 2021 helpers walk inside the Erika-Hess ice stadium that serves as the second vaccination center against the novel coronavirus in Berlin. - Sports stadiums, cathedrals and theme parks the world over have been rapidly repurposed as temporary vaccination centres in a global drive to administer the life-saving jabs. (Photo by Kay Nietfeld / POOL / AFP)