Changer d'édition

Philippe en appelle à la «responsabilité» des grévistes
International 2 min. 13.01.2020 Cet article est archivé

Philippe en appelle à la «responsabilité» des grévistes

Edouard Philippe s'est montré ferme dans sa volonté de mettre fin aux régimes spéciaux de retraite en France.

Philippe en appelle à la «responsabilité» des grévistes

Edouard Philippe s'est montré ferme dans sa volonté de mettre fin aux régimes spéciaux de retraite en France.
Photo : AFP
International 2 min. 13.01.2020 Cet article est archivé

Philippe en appelle à la «responsabilité» des grévistes

Le Premier ministre français entend aller «jusqu'au bout» de son projet de réforme des retraites. Un message réaffirmé alors que voilà déjà 40 jours qu'une grève interprofessionnelle est organisée en France, notamment dans les transports publics.

(AFP) - Dimanche soir, sur le plateau du JT de France2, le Premier ministre Edouard Philippe en a appelé à la «responsabilité» de ceux qui veulent poursuivre la grève. «Nous allons aller au bout et, au fond, tous ceux qui incitent (les grévistes) à poursuivre la grève les envoient peut-être dans une impasse (...) Je pense qu'ils devraient prendre leurs responsabilités», a déclaré le chef du gouvernement, au lendemain du «compromis» proposé aux partenaires sociaux de retirer l'âge pivot de 64 ans.

Le locataire de Matignon a rendu hommage «à la résilience» des «millions de Français qui subissent» les grèves, avant de rappeler sa détermination à préserver l'équilibre financier du système. «Je pense toujours que l'âge pivot est la meilleure façon de garantir le retour à l'équilibre du système actuel et la pérennité et l'équilibre financier du système futur», a dit le Premier ministre.

«Mais les organisations syndicales et les organisations patronales se sont mises d'accord dans le respect d'un calendrier que je souhaitais pour me faire des propositions pour revenir à l'équilibre. Ce qui compte, ce n'est pas l'instrument, c'est l'objectif, c'est l'équilibre», a ajouté Edouard Philippe. «Dès lors que (les syndicats) l'admettent eux-mêmes, c'est un bougé», s'est-il réjoui, renvoyant à la conférence de financement qui doit se mettre en place fin janvier pour trouver un accord, d'ici fin avril, sur l'équilibre financier du système.


A protestor holds a sign that reads in French, 'Subway, job, cellar' during a demonstration on day 36 of a nationwide multi-sector strike over French government's plan to overhaul the country's retirement system in Nantes, western France on January 9, 2020. - The French President's push for sweeping changes to the pension system has unleashed the longest transport strike in France in decades, causing weeks of travel chaos in the French capital Paris particularly. (Photo by Sebastien SALOM-GOMIS / AFP)
200.000 à défiler contre la réforme des retraites
En province ou dans la capitale, le quatrième jour de manifestations a donné l'occasion aux opposants de se rassembler.

«Nous allons faire des propositions, chacun a bougé, mais l'équilibre (...) n'est pas négociable», a développé le bras droit d'Emmanuel Macron, saluant «l'esprit de responsabilité» du patron de la CFDT Laurent Berger et des syndicats réformistes. 

«Je ne laisserai pas passer, et le gouvernement ne laissera pas passer un projet de loi qui ne prévoirait pas les mesures de remise à l'équilibre à l'horizon 2027 car ce serait totalement irresponsable, donc je prendrai mes responsabilités», a-t-il insisté, interrogé sur une possible réintroduction de l'âge pivot dans le projet de loi, qui doit être examiné par l'Assemblée nationale à partir du 17 février. 


Sur le même sujet