Changer d'édition

Philippe de Belgique présente ses «regrets» au Congo
International 4 min. 30.06.2020

Philippe de Belgique présente ses «regrets» au Congo

Le roi des Belges a exprimé pour la première fois des «regrets» pour le passé colonial en RDC.

Philippe de Belgique présente ses «regrets» au Congo

Le roi des Belges a exprimé pour la première fois des «regrets» pour le passé colonial en RDC.
Photo: AFP
International 4 min. 30.06.2020

Philippe de Belgique présente ses «regrets» au Congo

Dans une lettre adressée au président Etienne Tshisekedi, le souverain apporte son écot à l’amélioration des relations belgo-congolaises. Sa démarche reste toutefois limitée.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - Il en avait été beaucoup question ces derniers jours: la Belgique allait-elle présenter des excuses à son ex-colonie à la faveur du 60e anniversaire de l'indépendance du Congo qui est célébrée ce mardi. Et si oui, qui en recevrait la délicate mission? Le roi ou le gouvernement Wilmès?

En définitive, c'est le roi Philippe qui a fait parvenir ce 30 juin une lettre au président congolais Etienne Tshisekedi. Une lettre où il est question de «regrets», mais pas d'«excuses».

«En ce 60e anniversaire de l'indépendance de la République démocratique du Congo, je tiens à vous adresser ainsi qu'au peuple congolais mes vœux les plus chaleureux», écrit le souverain belge qui renouvelle au passage «nos sentiments d’amitié profonde», se réjouit «de la coopération intense qui existe entre nos deux pays» (notamment dans le domaine médical) et réaffirme «notre engagement à vos côtés».

Des mots pesés

Puis Philippe en vient aux exactions commises par les Belges et leurs partenaires dans l'ex-colonie: «A l'époque de l'Etat indépendant du Congo (de 1885 à 1908 sous Léopold II), des actes de violence et de cruauté ont été commis, qui pèsent encore sur notre mémoire collective. La période coloniale qui a suivi a également causé des souffrances et des humiliations.» Il poursuit: «Je tiens à exprimer mes plus profonds regrets pour ces blessures du passé dont la douleur est aujourd'hui ravivée par les discriminations encore trop présentes dans nos sociétés. Je continuerai à combattre toutes les formes de racisme. J’encourage la réflexion qui est entamée par notre Parlement afin que notre mémoire soit définitivement pacifiée.»

L'analyse de cette lettre montre que chaque mot a été pesé et que le roi a veillé à ne pas aller au-delà du rôle que lui donne la Constitution. Il ne présente pas d'«excuses», ce qui est une prérogative de l'Etat en charge des relations avec les autres pays de la planète. Mais il se borne à exprimer des «regrets», regrets qui portent sur la période 1885-1908, années durant lesquelles son ancêtre Léopold II a exploité sans vergogne les territoires de l'actuel Congo tout en fermant les yeux sur les atrocités commises par ses représentants sur place.


Des histoires autour de Léopold II
Le rôle du roi des Belges au Congo divise les historiens, compliquant le travail de reconnaissance des responsabilités

Les mêmes «regrets» valent pour la période de la colonisation, soit de 1909 à 1960, période durant laquelle la Belgique a dirigé le Congo hérité de Léopold II. Ici toutefois, il n'est pas question de dénoncer «des actes de violence et de cruauté» comme ceux attribués implicitement au second roi des Belges, mais de déplorer «des souffrances et des humiliations». Il y a comme un decrescendo dans les «regrets» royaux…

La lettre du roi se termine par d'autres regrets, plus personnels: « Les circonstances actuelles ne permettent malheureusement pas de me rendre dans votre beau pays, que j’aimerais tant mieux connaître. J'espère que j'en aurai bientôt l'opportunité», écrit Philippe.

Ceux qui attendaient de véritables excuses pour le rôle joué par la Belgique au Congo devront donc encore patienter. En bon accord avec le gouvernement Wilmès, le roi Philippe s'est avancé au plus loin qu'il le pouvait, à titre personnel, mais aussi en tant que chef de l'Etat.


TOPSHOT - A picture taken on June 10, 2020 shows the defaced statue of King Leopold II of Belgium in Brussels. - Statues of Leopold have long been a target of activists because of his record of brutal colonial rule in Belgium's former central African colonies. The movement has gained momentum in recent days after the latest US police killing of an unarmed black suspect triggered a global wave of protest. (Photo by kenzo tribouillard / AFP)
La Belgique en butte à l'amnésie
Le déboulonnage des statues de Léopold II renvoie le pays à un passé désormais connu, mais peu enseigné.

Dans la presse belge de ce mardi matin, les chroniqueurs royaux relèvent l'originalité de la démarche tout en la recadrant. «Avant lui, écrit Le Soir, aucun roi régnant n'avait tenu de tels propos officiels, Baudouin ayant même, pour son dernier discours sur le sujet, fait l’éloge de Léopold II. Mais Albert Ier et Léopold III s'étaient déjà montrés critiques envers la politique de Léopold II au Congo, lorsqu'ils étaient encore princes. (…) Et le futur Léopold III, de retour de la colonie, a prononcé au Sénat, en 1933, un discours dans lequel il dénonce la politique d’'exploitation capitaliste qui y sévit.»

Enfin, relevons que le Palais n’a pas voulu s’en tenir à une empathie de circonstances. Dans sa lettre, Philippe «encourage la réflexion entamée par notre Parlement afin que notre mémoire soit définitivement pacifiée». En septembre, une commission parlementaire se penchera en effet sur le passé colonial de la Belgique. C’est une des multiples conséquences de l'affaire George Floyd et du regain du mouvement de protestation Black Lives Matter. Il a réussi à faire bouger les lignes, en Belgique comme ailleurs

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet