Changer d'édition

Pfizer et BioNTech débutent l'essai d'un nouveau vaccin
International 2 min. 25.01.2022 Cet article est archivé
Contre Omicron

Pfizer et BioNTech débutent l'essai d'un nouveau vaccin

L'alliance pharmaceutique ambitionne de développer un vaccin qui offre une protection plus longue contre le variant Omicron.
Contre Omicron

Pfizer et BioNTech débutent l'essai d'un nouveau vaccin

L'alliance pharmaceutique ambitionne de développer un vaccin qui offre une protection plus longue contre le variant Omicron.
Photo: AFP
International 2 min. 25.01.2022 Cet article est archivé
Contre Omicron

Pfizer et BioNTech débutent l'essai d'un nouveau vaccin

L'alliance pharmaceutique lance un essai clinique sur des adultes de 55 ans et moins pour tester la sécurité et la réponse immunitaire de son nouveau sérum qui vise spécifiquement Omicron.

(AFP) - Pfizer et BioNTech ont débuté le recrutement pour un essai clinique qui vise à tester, sur des adultes de 55 ans et moins, la sécurité et la réponse immunitaire de leur vaccin contre le Covid-19 qui vise spécifiquement le variant Omicron, ont annoncé mardi les deux entreprises.


Lokales, Neuer Tramabschnitt: Reportage mit einem der Fahrer und einem Instruktor, Luxtram, Tram, Mobilität, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Peu d'absences à cause d'Omicron dans les services publics
Malgré une augmentation des infections par le variant Omicron et des absences de personnel, les services publics peuvent continuer à assurer leurs services.

Le patron du laboratoire américain Pfizer, Albert Bourla, avait déclaré début janvier que le géant pharmaceutique pourrait être prêt à demander les autorisations du nouveau vaccin, qui vise ce variant du Covid-19, dès le mois de mars.

Si les données actuelles indiquent que les doses de rappel du vaccin original protègent contre les formes graves d'Omicron, l'entreprise préfère agir par excès de prudence, a estimé la responsable des vaccins chez Pfizer, Kathrin Jansen, dans le communiqué.

«Nous reconnaissons l'importance d'être prêt dans le cas où cette protection diminuerait avec le temps, et d'aider à faire face à Omicron et d'autres variants dans le futur», a-t-elle déclaré.

Sur 1.420 personnes

Pour le PDG de l'entreprise allemande BioNTech Ugur Sahin, la protection du vaccin initial contre les formes légères ou modérées du Covid-19 semble disparaître plus rapidement contre Omicron.

«Cette étude prend place dans le cadre de notre approche scientifique qui vise à élaborer des vaccins ciblés contre les variants qui parviennent à développer des niveaux de protection similaires face à Omicron, comme pour les variants apparus plus tôt, mais avec une plus longue durée de protection», a-t-il détaillé.

L'essai clinique implique 1.420 personnes âgées de 18 à 55 ans. L'essai n'inclut pas de personnes de plus de 55 ans car le but de l'étude est de relever la réponse immunitaire des participants, et non d'estimer l'efficacité du vaccin, a indiqué à l'AFP un porte-parole de Pfizer.


19.01.2022, Sachsen, Dresden: Eine Mitarbeiterin wertet in einem Corona-Testcenter einen Corona-Schnelltests aus. Foto: Sebastian Kahnert/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Omicron représentait 86% des contaminations début janvier
Le variant Omicron a continué de progresser au Luxembourg depuis fin décembre. Pour la première semaine de janvier, cette mutation est à l'origine de 86% des contaminations au Grand-Duché selon le Laboratoire national de la Santé.

Les participants à l'essai sont divisés en trois groupes. Le premier inclut des personnes qui ont reçu deux doses du vaccin Pfizer-BioNTech dans les 90 à 180 jours auparavant, et qui recevront une ou deux injections du nouveau sérum testé.

Le second est composé d'individus qui ont reçu leur 3e dose, ou rappel, dans cette même période et qui recevront soit une nouvelle dose du vaccin initial, soit une dose du vaccin conçu contre Omicron.

Le troisième comporte des personnes qui n'ont reçu aucun vaccin contre le Covid-19 et qui recevront trois doses de celui qui vise spécifiquement Omicron.

Un vaccin ARN messager

Le vaccin initial développé par Pfizer et BioNTech avait été le premier autorisé dans les pays occidentaux, en décembre 2020.

Sa conception, basée sur la technologie de l'ARN messager, lui permet d'être relativement facile à modifier et mettre à jour pour suivre l'évolution des mutations spécifiques aux nouveaux variants.

Plusieurs pays ont commencé à voir une baisse des cas dus à la vague provoquée par Omicron, le variant le plus transmissible détecté à ce stade, même si le nombre de contaminations dans le monde continue de grimper.


Sur le même sujet

A l'issue de plusieurs heures de débat, les députés sont tombés d'accord pour ouvrir la voie à la vaccination obligatoire des plus de 50 ans et à celle du personnel soignant.
Alors que les Luxembourgeois se découvrent positifs par milliers, la campagne de vaccination de rappel bat son plein. Certains vaccinés risquent donc d'apprendre qu'ils sont contaminés, alors que leur injection vient d'être réalisée.
16.01.2022, Nordrhein-Westfalen, Düsseldorf: Eine Spritze mit Kochsalzlösung verabreicht Nagiva Rounia ihrem Ehemann Haitham (r) bei einem Lehrgang der Apothekerkammer. Bei dem Lehrgang werden Apotheker und Apothekerinnen für den Impf-Einsatz vorbereitet, in dem sie lernen, wie man eine Spritze richtig setzt. Die Apotheken könnten bald ein Teil der Impfkampagne werden. Foto: Roberto Pfeil/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Un sérum développé par les laboratoires Pfizer et BioNtech apporte une preuve d'efficacité inégalée à ce jour, selon une annonce lundi de ces groupes pharmaceutiques. Mais cet espoir doit encore être confirmé, alors que le virus a déjà causé la mort de 1,2 million de personnes à travers le monde.