Changer d'édition

«Personne ne sait vraiment» le coût du no deal
International 30.09.2019

«Personne ne sait vraiment» le coût du no deal

Pour Sajid Javid, ministre des Finances, le départ du Royaume-Uni de l'UE «aura un impact» sur l'économie britannique.

«Personne ne sait vraiment» le coût du no deal

Pour Sajid Javid, ministre des Finances, le départ du Royaume-Uni de l'UE «aura un impact» sur l'économie britannique.
Photo: AFP
International 30.09.2019

«Personne ne sait vraiment» le coût du no deal

Le ministre des Finances britannique Sajid Javid a affirmé lundi sur la BBC qu'il n'était pas en mesure de connaître l'impact pour l'économie du Royaume-Uni d'un Brexit sans accord. Un scénario qui reste, selon lui, «une possibilité».

(AFP) - S'il indique que le départ du Royaume-Uni de l'UE sans accord «n'est pas notre scénario préféré» et que le gouvernement britannique travaille «pour parvenir à un accord avec nos partenaires européens», Sajid Javid, ministre des Finances assure que «nous ne pouvons pas avoir encore un report» du Brexit.

Malgré une loi votée au Parlement interdisant au Royaume-Uni de sortir de l'Union européenne sans accord et stipulant que le Premier ministre devrait dans cette éventualité demander un report à Bruxelles, M. Javid, sans donner de détails, a répété que «nous ne pouvons avoir un autre report» du Brexit.

 «L'intention de la loi est claire et elle a rendu plus difficile pour le gouvernement d'obtenir l'accord que nous souhaitons», assure le ministre des Finances, qui ajoute cependant que «le gouvernement respectera la loi». Les entreprises «veulent savoir que l'incertitude va toucher à sa fin», poursuit-il. «Il y a une possibilité de 'no deal', c'est pour cela que nous continuons à nous préparer à toute vitesse» pour cette éventualité, assure le ministre. 

Interrogé par la BBC sur un impact attendu par les autorités britanniques qui pourrait atteindre 30 milliards de livres sur les finances publiques par an, M. Javid a répondu: «je ne pense pas que quelqu'un ait une vraie réponse complète à cette question, (mais) je n'ai jamais prétendu que partir (de l'UE) sans accord ne serait pas difficile». 

En particulier, «si vous faites du commerce avec l'UE, il y aura un impact», a-t-il poursuivi, faisant toutefois valoir qu'il y aurait dans ce cas «une réponse économique significative», à la fois du côté monétaire a-t-il dit en laissant entendre que la Banque d'Angleterre interviendrait, mais aussi «budgétaire». 


Sur le même sujet

Ultimes discussions entre Johnson et l'Irlande
Le Premier ministre britannique rencontre ce jeudi son homologue irlandais Leo Varadkar, pour trouver un arrangement sur la question de la frontière irlandaise sur laquelle butent toujours les négociations du Brexit.
Britain's Prime Minister Boris Johnson reacts outside 10 Downing Street in central London on October 10, 2019, as he greets mental health campaigner Ben West (unseen), delivering a petition calling for compulsory mental health first aid training for teachers. (Photo by ISABEL INFANTES / AFP)
A un mois du Brexit, tensions et divisions à leur comble
Alors que le Brexit doit intervenir le 31 octobre, des élections anticipées risquent de se tenir dans une ambiance plus délétère que jamais au Royaume-Uni, comme en témoignent des échanges particulièrement agressifs au Parlement cette semaine.
Les tensions et les divisions s'exacerbent entre pro- et anti-Brexit au Royaume-Uni à mesure que la date fatidique du 31 octobre se rapproche
Boris Johnson persiste et signe devant le Parlement
Le Premier ministre britannique a mis au défi mercredi l'opposition de voter une motion de défiance, réaffirmant sa volonté de parvenir à un Brexit fin octobre, devant les députés britanniques réunis dans une ambiance surchauffée.
Le Premier ministre conservateur Boris Johnson s'est montré virulent devant la Chambre, mercredi
Rentrée parlementaire sous tension à Londres
Les députés britanniques ont repris leurs travaux mercredi à la mi-journée dans une atmosphère surchauffée après l'arrêt historique de la Cour suprême qui a annulé la décision controversée du Premier ministre Boris Johnson de suspendre le Parlement à l'approche du Brexit.
John Bercow, le truculent speaker de la Chambre des Communes, était de retour à son poste, ce mercredi
Pas de Brexit avant le 30 juin ou dans douze mois?
La Première ministre britannique Theresa May a demandé un report du Brexit jusqu'au 30 juin 2019, dans une lettre envoyée ce vendredi matin au président du Conseil européen Donald Tusk. Il propose un report «flexible» allant jusqu'à douze mois.
Uni Anti-Brexiter, Steve Bray, fait campagne devant le parlement britannique à Westminster.