Changer d'édition

Péage sur l'A31: les communes concernées sonnent l'alerte
Les 14 kilomètres entre le bois de l'étoile et la frontière sur l'A31 pourraient bientôt être payants

Péage sur l'A31: les communes concernées sonnent l'alerte

Lex Kleren
Les 14 kilomètres entre le bois de l'étoile et la frontière sur l'A31 pourraient bientôt être payants
International 3 min. 23.10.2017

Péage sur l'A31: les communes concernées sonnent l'alerte

Christelle BRUCKER
Christelle BRUCKER
L'association "Non au péage sur l'A31 au nord mosellan" veut se faire entendre: vendredi soir, une réunion était organisée à Kanfen et ces jours-ci, des banderoles seront déployées le long de l'autoroute.

"Plus nous aurons d'adhérents, plus nous pourrons mobiliser de gens", martèle Jean-Marie Cridel, ancien maire de la commune d'Entrange et président de la toute jeune association Non au péage sur l'A31 au nord mosellan qui veut lutter contre l'éventualité d'un péage entre Thionville et le Luxembourg sur l'A31. "Nous devons tenter d'influencer les décideurs politiques."

Face à une soixantaine de personnes déjà acquises à la cause, il énumère les conséquences en cascade qu'aurait l'installation d'un péage:

"Quand l'A31 est bloquée, les automobilistes empruntent le réseau secondaire, ce qui génère de sérieux désagréments. Or, avec un péage, il est clair que les usagers qui voudront se soustraire au paiement de la taxe passeront par les communes. Nos craintes quant au trafic dans ces villages sont légitimes."

Contrôles post-attentats: un trafic multiplié par cinq

L'ancien maire indique alors que dans son village, lors de la mise en place des contrôles de police suite aux attentats de Paris en 2015, le trafic est passé de 3.000 véhicules/jour à 15.000, poids lourds inclus.

"On a des automobilistes qui doublent, qui grillent des stops: la sécurité des piétons est menacée. La chaussée se dégrade à vitesse grand V alors que le réseau est à la charge des municipalités. L'économie locale est donc impactée. Sans parler de la pollution qui, pour le moment, est plus ou moins "fixée" au-dessus de l'autoroute, mais qui se propagerait si le trafic augmentait sur les routes secondaires."

Quatre scénarios toujours à l'étude

Le maire d'Hettange-Grande ne s'est pas encore prononcé pour le moment. Celui de Thionville, Pierre Cuny, s'est déclaré en faveur de l'élargissement à 3 voies le 11 octobre dernier sur France Bleu

Le maire de Kanfen, lui, fait partie du comité de pilotage "A31 bis" présidé par le préfet de région. Il fait le point: "Ce n'est que le début de la bataille. Nous sommes encore en concertation jusqu'à fin 2017 puis il y aura une enquête publique en 2018."

"Dans notre secteur, dix scénarios ont été présentés et on en a éliminé seulement six pour le moment. Quant à l'aspect financier, rien n'a encore été discuté. On sait seulement que chaque tronçon à réaliser coûtera entre 400.000 et 600.000 euros, soit un total d'environ 1,5 million d'euros."

"Trop peu de frontaliers sont au courant"

Le président de l'association annonce que 1.300 signatures ont déjà été récoltées sur la pétition en ligne contre le projet de péage. "Pourtant, encore trop peu de frontaliers, directement concernés, sont au courant du projet." 

D'où l'idée de déployer des banderoles directement sous leur nez: "On va installer des banderoles de 4 mètres x 2 dans les champs qui bordent l'A31. On a obtenu le feu vert des agriculteurs pour recycler des panneaux dont ils ne se servent plus à Oeutrange et Zoufftgen.

Des contacts prévus avec le Luxembourg

Des prises de contact avec les bourgmestres des communes luxembourgeoises concernées comme Dudelange, Bettembourg, Frisange ou Hesperange, sont par ailleurs prévues par l'association: "On attendait que les élections communales soient passées pour prendre contact avec les nouvelles équipes", précise Christophe Biraud, porte-parole de NAPA31NM.