Changer d'édition

Panama papers: Société Générale: 2 tiers des offshores via le Luxembourg
International 05.04.2016 Cet article est archivé

Panama papers: Société Générale: 2 tiers des offshores via le Luxembourg

Les autres filiales de la banque concernées sont basées en Suisse et aux Bahamas.

Panama papers: Société Générale: 2 tiers des offshores via le Luxembourg

Les autres filiales de la banque concernées sont basées en Suisse et aux Bahamas.
Reuters
International 05.04.2016 Cet article est archivé

Panama papers: Société Générale: 2 tiers des offshores via le Luxembourg

La banque française Société Générale fait partie des cinq banques qui ont créé le plus grand nombre de sociétés offshore par l'intermédiaire du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca, a détaillé mardi le quotidien Le Monde, après analyse des données "Panama Papers".

La banque française Société Générale fait partie des cinq banques qui ont créé le plus grand nombre de sociétés offshore par l'intermédiaire du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca, a détaillé mardi le quotidien Le Monde, après analyse des données "Panama Papers".

"Au total, elle compte à son actif 979 sociétés, derrière la britannique HSBC (2.300 sociétés), les suisses UBS (1.100 sociétés) et Crédit Suisse (1.105 sociétés)", selon le journal, qui précise que "deux tiers de ces entités offshore ont été créées par SG Bank and Trust Luxembourg".

Les autres filiales de la banque concernées sont basées en Suisse et aux Bahamas.

Le quotidien souligne que, si la création de sociétés offshore a nettement ralenti depuis 2012 et des structures ont été fermées, "une centaine des entités ouvertes par la Société Générale chez Mossack restent actives".

D'autres ont en outre été cédées à d'autres gestionnaires et continuent leurs activités.

Avant ces révélations, Société Générale avait pris les devants lundi en affirmant dans un communiqué ne plus détenir depuis 2012, directement ou indirectement, aucune implantation en activité dans les Etats et territoires non-coopératifs.

"Les structures auxquelles il est fait référence dans les médias ne sont pas détenues par Société Générale mais par des clients. Si la loi française ne prévoit aucune restriction concernant les relations avec des clients établis dans ces juridictions, Société Générale est particulièrement vigilante et mène depuis plusieurs années une politique proactive afin de s'assurer que nos activités respectent les standards les plus élevés en matière de lutte contre la fraude et l'évasion fiscales", avait informé le groupe bancaire.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un esprit pionnier
BGL BNP Paribas fête ses 100 ans d'engagement et d'innovation au service de l'économie.
Wirtschaft,100 Joër BGL BNP Paribas, Feier mit Glanz und Gloria.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort.
L'émission Cash Investigation: La Société Générale Bank and Trust Luxembourg dans l’œil du cyclone
En 2012, la Société Générale assurait ne plus avoir d'activité dans 
les paradis fiscaux. Les informations diffusées ce mardi par le journal Le Monde et l'émission Cash Investigation contredisent en partie cette déclaration. Les «Panama papers» montrent que la banque française 
a créé des centaines de sociétés-écrans, dont les deux tiers via 
sa filiale luxembourgeoise.
L'entité luxembourgeoise SGBT Luxembourg ne communique plus directement. Elle renvoie les journalistes à la
direction parisienne du groupe pour toute question relative aux «Panama papers».