Changer d'édition

"On ne laissera personne nous prendre notre Europe"
International 3 min. 25.06.2016 Cet article est archivé
Brexit / Walter Steinmeier

"On ne laissera personne nous prendre notre Europe"

Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier avant la réunion avec ses homologues européens, le 25 juin 2016 Villa Borsig à Berlin
Brexit / Walter Steinmeier

"On ne laissera personne nous prendre notre Europe"

Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier avant la réunion avec ses homologues européens, le 25 juin 2016 Villa Borsig à Berlin
AFP
International 3 min. 25.06.2016 Cet article est archivé
Brexit / Walter Steinmeier

"On ne laissera personne nous prendre notre Europe"

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank- Walter Steinmeier a déclaré samedi que les six membres fondateurs de l'UE qui se retrouvent à Berlin pour des pourparlers post-Brexit ne se laisseront pas "prendre (leur) Europe".

(AFP) - Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a déclaré samedi que les six membres fondateurs de l'UE réunis à Berlin ne se laisseraient pas "prendre (leur) Europe", tandis que la pression s'accroît sur Londres pour accélérer le Brexit.

"Je suis sûr que ces Etats vont envoyer comme message qu'on ne laissera personne nous prendre notre Europe, ce projet de paix et de stabilité", a-t-il dit avant sa rencontre avec ses homologues Jean-Marc Ayrault (France), Bert Koenders (Pays-Bas), Paolo Gentiloni (Italie), Didier Reynders (Belgique) et Jean Asselborn (Luxembourg).

M. Ayrault a lui jugé que la sortie de l'UE de la Grande-Bretagne devait être actée au plus vite. "Il faut très vite que la négociation s'engage (...) dans l'intérêt commun. La pression va être très forte sur" le Premier ministre britannique David Cameron lors du sommet européen de mardi et mercredi, a dit le ministre à la presse l'accompagnant.

M. Cameron a annoncé vendredi, après la victoire du Brexit au référendum, qu'il quitterait ses fonctions en octobre et qu'il laisserait à son successeur le soin de négocier la sortie de l'UE, de quoi mettre en colère des responsables européens.

"Ce n'est pas un divorce à l'amiable", a lâché le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à l'antenne de la télévision allemande ARD vendredi soir.

"Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement britannique a besoin d'attendre jusqu'au mois d'octobre pour décider si oui ou non il envoie la lettre de divorce à Bruxelles. J'aimerais l'avoir immédiatement", a-t-il insisté.

Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a jugé que M. Cameron prenait ainsi "tout le continent (européen) en otage".

"Je pense qu'il est tout à fait clair que nous sommes dans une situation où ni l'hystérie ni l'état de choc n'est admissible. Nous ne devons pas mener des actions hâtives et faire semblant qu'on a toutes les réponses. Mais nous ne devons pas non plus, après la décision britannique, tomber dans la dépression et l'inaction", a tempéré de son côté M. Steinmeier.

La rencontre à six à Berlin lance un grand ballet diplomatique pour tirer des conclusions du vote de sortie de l'UE de la Grande-Bretagne. Lundi, la chancelière Angela Merkel reçoit le président français François Hollande et le Premier ministre italien Matteo Renzi, à la veille de deux jours de sommet européen.

"Je suis sûr que les 27 pays veulent défendre cette Europe, qu'il y a une grande volonté de renforcer l'Europe", a dit M. Steinmeier, soulignant que des réponses urgentes devaient être apportées sur des thèmes précis : "les réfugiés et les migrations, la crise de l'emploi (...) la sécurité".

De son côté, le ministre français des Affaires étrangères a indiqué que les six ministres allaient discuter de la meilleure manière de relancer le projet européen sur la base d'une proposition franco-allemande.

"On a travaillé sur une proposition avec Steinmeier sur ce qui pourrait rapprocher les points de vue des uns et des autres. Certains privilégient l'intégration de la zone euro, d'autres la politique de sécurité et de défense", a-t-il dit.

"Tout le monde reconnaît que le (couple) franco-allemand joue un rôle. Il n'est pas exclusif mais s'il n'y a pas une bonne entente franco-allemande cela paralyse le reste", a-t-il ajouté.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Estonie réunit vendredi à Tallinn les dirigeants européens pour un sommet «numérique», dossier qui lui tient à cœur mais qui pourrait en partie être occulté par les débats encore brûlants sur l'avenir de l'Europe relancés par le président français Emmanuel Macron.
Le sujet était au menu d'un dîner informel jeudi soir entre les dirigeants européens, qui ont discuté du discours d'Emmanuel Macron mardi à la Sorbonne en faveur d'une Europe «à plusieurs vitesses» autour d'un couple franco-allemand consolidé.
Le président américain Donald Trump a été reçu jeudi à Bruxelles par les présidents du Conseil et de la Commission européens, Donald Tusk et Jean-Claude Juncker, pour sa première rencontre avec les dirigeants d'une UE qu'il a sévèrement critiquée.
Cette première rencontre entre le président américain et les principaux dirigeants de l'Union européenne a duré environ une heure et demie.
Après le coup de tonnerre venu de Londres, l'UE a resserré les rangs vendredi pour éviter toute contagion du Brexit. Les dirigeants de l'UE pressent Londres d'engager sans tarder une procédure de divorce qui s'annonce laborieuse.
«La réaction en chaîne que les eurosceptiques célèbrent maintenant un peu partout n'aura absolument pas lieu», a assuré Martin Schulz, président du Parlement européen (à gauche).
Après un premier tour d'échauffement jeudi, les dirigeants européens se retrouvent vendredi à Bruxelles pour arracher à 28 un compromis sur les réformes demandées par le Premier ministre britannique David Cameron et éloigner le spectre d'un "Brexit".
Luxembourg's Prime minister Xavier Bettel arrives for an EU summit meeting, at the European Union headquarters in Brussels, on February 18, 2016. EU leaders head into a make-or-break summit sharply divided over difficult compromises needed to avoid Britain becoming the first country to crash out of the bloc. AFP PHOTO / EMMANUEL DUNAND
Le président de la Commission européenne s'est dit jeudi "assez confiant" sur la perspective de parvenir d'ici à vendredi à un accord des 28 sur les réformes demandées par le Premier ministre britannique, David Cameron, pour éviter une sortie du Royaume-Uni de l'UE.
European Parliament President Martin Schulz (L) and European Commission President Jean Claude Juncker hold a joint news conference ahead of a European Union leaders summit addressing the talks about the so-called Brexit and the migrants crisis in Brussels, Belgium, February 18, 2016. REUTERS/Yves Herman
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a exclu mardi toute sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, affirmant que l'exécutif européen n'avait "pas de plan B" comme alternative.
Jean-Claude Juncker, lundi 15 février 2016.