Changer d'édition

Omicron entraînerait moins d'hospitalisations
International 2 min. 23.12.2021
Covid-19

Omicron entraînerait moins d'hospitalisations

Deux études britanniques se veulent rassurantes quant à la gravité des symptômes provoqués par le variant Omicron.
Covid-19

Omicron entraînerait moins d'hospitalisations

Deux études britanniques se veulent rassurantes quant à la gravité des symptômes provoqués par le variant Omicron.
Photo : dpa
International 2 min. 23.12.2021
Covid-19

Omicron entraînerait moins d'hospitalisations

Deux études menées en Grande-Bretagne et publiées ce mercredi montrent que les infections au variant Omicron du Covid-19 sont moins susceptibles de provoquer des hospitalisations par comparaison avec le variant Delta.

(AFP) - L'une vient d'Ecosse, l'autre d'Angleterre. Deux études préliminaires britanniques indiquent que le variant Omicron entraînerait moins d'hospitalisations que le Delta, confirmant ainsi une tendance d'abord observée en Afrique du Sud. Ces travaux ont été salués par les experts, qui se sont toutefois montrés prudents et ont souligné que le taux de transmission élevé du variant pourrait malgré tout résulter en davantage de cas graves.


A medical worker performs a PCR test on a woman who wanted to be tested for Covid-19 at East Boston Neighborhood Health Center in Boston, Massachusetts on December 20, 2021. - Boston Mayor Michelle Wu announced that starting January 15, 2022, guest and employees, in the Boston will be required to show proof of vaccination against Covid-19 in order to enter some indoor spaces, including dining venues, bars and nightclubs, fitness centers and any indoor entertainment venues.  The new city mandate also requires all city employees to be vaccinated with at least one dose by January 15, and two doses by February 15. (Photo by Joseph Prezioso / AFP)
Omicron déjà responsable de cinq cas au Luxembourg
Jusqu'ici responsable d'une seule infection, le variant Omicron est désormais à l'origine de cinq cas positifs dans le pays. Sa contagiosité fait craindre une reprise épidémique fulgurante, ce qui a poussé l'exécutif à décider de nouvelles mesures.

«Ce que nous disons, c'est que c'est une bonne nouvelle avec des nuances. Avec des nuances parce que ce sont des observations précoces, qu'elles sont statistiquement significatives et que nous montrons un risque réduit d'hospitalisation», a indiqué un coauteur de l'étude écossaise, Jim McMenamin. Les recherches écossaises ont examiné les cas enregistrés en novembre et décembre, et les ont rassemblés en deux groupes: Delta d'un côté, Omicron de l'autre.

Selon cette étude, «Omicron est associé à une réduction de deux tiers du risque d'hospitalisation pour Covid-19 par rapport à Delta». Elle a aussi montré qu'une dose de rappel offrait une protection supplémentaire conséquente contre l'infection symptomatique. Il s'agit d'une petite étude qui n'a examiné aucune personne hospitalisée et âgée de moins de 60 ans, mais les auteurs ont dit avoir ajusté ces limites en utilisant des méthodes statistiques.

La deuxième étude, issue d'Angleterre, a constaté une réduction de 20 à 25% dans tout type d'hospitalisation pour Omicron par comparaison avec Delta, et une réduction de 40 à 45% dans les hospitalisations pour une nuit ou plus (les «admissions»). L'étude écossaise a, elle, seulement examiné les admissions.


A man adjusts his face mask as he sits in New York's Times Square on December 20, 2021. - On December 18, New York state announced a record number of daily cases for the second day in a row with almost 22,000 positive results. (Photo by Ed JONES / AFP)
Omicron inquiète le monde entier
Les Etats-Unis et l'Allemagne sont sur le point de mettre en place de nouvelles mesures sanitaires afin de limiter la propagation du variant Omicron. Au Luxembourg, un seul cas a pour le moment été attribué à cette évolution du covid-19.

«Si la réduction du risque d'hospitalisation avec le variant Omicron est rassurante, le risque d'infection reste extrêmement élevé», a averti Azra Ghani de l'Imperial College de Londres, qui a coécrit l'étude anglaise. «En ajoutant la dose de rappel, les vaccins continuent d'offrir la meilleure protection contre l'infection et l'hospitalisation».

Aucune des deux études n'a encore été soumise à une évaluation par les pairs, mais elles viennent s'ajouter à des éléments de plus en plus nombreux sur Omicron. Il n'est pas clair si la diminution du taux de cas graves observée avec Omicron est due aux caractéristiques du variant ou s'il semble moins sévère parce qu'il se heurte à des populations davantage immunisées parce que vaccinées ou ayant été malades du covid par le passé.

«Cette nouvelle n'enlève rien à l'extraordinaire propagation de ce variant dans la population, et au fait que même une petite proportion de personnes nécessitant des soins hospitaliers pour covid pourrait se transformer en un très grand nombre si le taux de propagation communautaire continue d'augmenter», a mis en garde Penny Ward, professeure de médecine pharmaceutique au King's College de Londres, qui n'a pas participé aux recherches.


Sur le même sujet

Le ministère de la Santé a fait le point sur la situation épidémiologique dans son dernier bulletin hebdomadaire. La plupart des indicateurs sont malheureusement à la hausse en comparaison avec la semaine précédente.
Nurses put on protections before entering the room of a Covid-19 patient under respiratory assistance at the intensive care unit at Valenciennes Hospital on April 6, 2021. - Coronavirus restrictions have been tightened across France as the country struggles to contain a third wave of infections. (Photo by DENIS CHARLET / AFP)
Comme un air de déjà-vu à l'approche des fêtes de fin d'année, les pays européens annoncent les uns après les autres de nouvelles mesures sanitaires pour lutter contre la montée du variant Omicron.