Changer d'édition

Nucléaire: 70 pages de défauts: le rapport allemand qui fusille Cattenom
La centrale nucléaire Cattenom (octobre 2015).

Nucléaire: 70 pages de défauts: le rapport allemand qui fusille Cattenom

Pierre Matgé
La centrale nucléaire Cattenom (octobre 2015).
International 5 min. 26.02.2016

Nucléaire: 70 pages de défauts: le rapport allemand qui fusille Cattenom

Christelle BRUCKER
Christelle BRUCKER
Après le point presse organisé par EDF au début de cette semaine et qui visait à rassurer sur l'état de la centrale nucléaire de Cattenom, un rapport commandé par le groupe parlementaire des Verts en Allemagne met le feu aux poudres ce vendredi.

 (CR/AF) - Alors que mardi, lors d'un point presse, le directeur du site nucléaire de Cattenom rassurait les journalistes de la Grande Région sur l'état des installations et annonçait de grands travaux pour poursuivre l'exploitation de la centrale jusqu'en 2046, un rapport allemand jette le trouble sur ses propos.

Commandé par le groupe des Verts au parlement allemand et publié en exclusivité ce vendredi par le Trierischer Volksfreund, le rapport accable la centrale nucléaire de Cattenom et liste des défauts de sécurité sur 70 pages.

C'est l'expert en ingénierie nucléaire, Manfred Mertins, qui a mené les investigations. Ses conclusions sont très claires: si les normes allemandes étaient appliquées à Cattenom, la centrale devrait immédiatement être fermée.

Fermeture du site exigée

Mertins parle de graves lacunes par rapport aux normes internationales, de mesures de sécurité insuffisantes en cas d'incident, et pointe le fait qu'aucune adaptation particulière n'ait été instaurée suite à la catastrophe de Fukushima. La sécurité au travail (1.400 personnes sur le site) est notamment mise en cause.

Il apparaît ainsi qu'en cas de fusion du cœur, la nature même des installations qui datent des années 1970 fait que les opérateurs ne pourraient pas faire baisser la pression dans le circuit primaire en toute sécurité.

Contre les catastrophes venant de l'extérieur comme les accidents d'avion, les tremblements de terre ou les inondations, la centrale n'est pas suffisamment sécurisée.

Par conséquent, le chef de file des Verts allemands, Anton Hofreitner exige la fermeture immédiate du site pour "danger imminent". Il veut ouvrir des négociations avec la France pour y parvenir.

Mardi, le directeur Guy Catrix avait estimé que les 37 incidents répertoriés l'année dernière étaient insignifiants.

Fort enjeu de sécurité en 2016

Contactée par nos soins, l'Autorité de Sécurité Nucléaire (ASN), qui effectue en moyenne une visite toutes les deux semaines à la centrale nucléaire de Cattenom, ne constate "pas de problème particulier" sur le site, rassure Sophie Letournel, chef de la division de Strasbourg de l'ASN, qui n'avait pas encore eu connaissance du rapport du Pr Mertins lorsque nous l'avons contactée.

"L'année 2015 s'est bien passée et la centrale de Cattenom a une configuration semblable à de nombreuses autres centrales", poursuit-elle. "Des travaux ont été réalisés à Cattenom comme dans d'autres centrales françaises suite à la catastrophe survenue à Fukushima. Ces travaux ont été effectués conformément au programme initial."

Sur la question des attaques terroristes, "l'ASN n'est pas compétente pour y répondre. C'est une entité liée au ministère de l'Environnement" français qui l'est, dans un cadre strictement confidentiel.

Vives réactions au Luxembourg

Édifié par la publication du rapport du Pr Mertins, le député vert Claude Turmes a réagi dans un communiqué vendredi matin, s'indignant que les travaux de sécurisation des réacteurs prévus suite à la catastrophe de Fukushima n'aient pas été effectués en France. Le député s'inquiète aussi de l'état financier d'Areva, l'entreprise française qui exploite le site de Cattenom, "presque en banqueroute".

Son inquiétude concerne aussi les finances d'EDF: "Nous avons l'impression, que par manque d'argent, des investissements importants dans la sécurité de Cattenom et des parcs français nucléaires ne sont pas mis en œuvre.

Déi Gréng ont adressé une question parlementaire où ils demandent ce que le Gouvernement compte faire suite à la publication de cette étude du Pr Mertins.

Les ministères de la Santé ainsi que du Développement durable et des Infrastructures ont rappelé leurs revendications aux autorités françaises, leur demandant d'appliquer scrupuleusement la nouvelle directive 2014/87/Euratom et sollicitent l'avis de la Commission européenne sur le sujet:

"Celle-ci établit un cadre communautaire pour la sûreté nucléaire des installations nucléaires. De par cette directive, il deviendra en effet obligatoire d’orienter les améliorations de sûreté aux objectifs imposés pour un nouveau réacteur. La question de l’amélioration de la sûreté nucléaire est d’ailleurs régulièrement évoquée dans le cadre des réunions bilatérales entre le Luxembourg et la France. De ce qui ressort du journal allemand, les critiques énumérées dans le rapport semblent rejoindre celles exprimées lors du stress test réalisé en 2012 par l’expert engagé conjointement entre la Rhénanie-Palatinat, la Sarre et le Luxembourg. Les autorités luxembourgeoises vont en échanger également avec leurs homologues allemands. En outre, les ministres de la Santé et de l’Environnement estiment judicieux que la Commission européenne donne son avis sur le rapport, notamment en ce qui concerne les critiques liées aux travaux réalisés afin d’améliorer la sûreté conformément aux mesures fixées suite au stress test mentionné ci-dessus. Une demande y relative sera introduite à la Commission."

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Nouvel incident détecté à la centrale de Cattenom
Une erreur de montage s'est retrouvée à l'origine d'un dysfonctionnement survenu en début de semaine au sein de la centrale nucléaire lorraine, annonce vendredi EDF. L'opérateur français assure que cet événement n'a eu «aucun impact sur la sûreté des installations».
Visite Centrale Nucléaire de Cattenom.Atomzentrale . Foto:Gerry Huberty
Des Luxembourgeois ont porté plainte contre EDF: ils racontent
Ils étaient un peu plus de 250 personnes, dans 5 villes de France ce weekend, à porter plainte contre EDF et l'Etat français pour «mise en danger de la vie d'autrui». Leur revendication? La fermeture des centrales nucléaires. Une vingtaine de Luxembourgeois ont fait le déplacement.
Ils ont fait la queue pendant plus de deux heures pour déposer leur plainte au bureau de police de Thionville.